[Impostures intellectuelles] – Judith Butler

Ci-dessous, deux articles sur le livre de Sabine Prokhoris, qui déconstruit proprement la déconstructrice en chef :

Un livre cloue au pilori l’oeuvre de la philosophe américaine Judith Butler, pourtant célébrée pour ses travaux sur les minorités.

Avec son ouvrage phare, Trouble dans le genre, publié en 1990 aux États-Unis et traduit pour la première fois en France en 2005, la philosophe américaine Judith Butler est devenue la représentante la plus connue et la plus subversive des gender studies , ce courant des sciences humaines qui vise à distinguer le sexe physiologique de l’identité sociale et psychique. Elle-même lesbienne militante, la chercheuse récuse la norme biologique et invite à s’interroger sur les comportements sexuels marginaux – transgenre, transsexualisme, bisexualité, travestisme – pour mieux bousculer l’ordre hétérosexuel supposé culturellement établi. Épouvantail de la Manif pour tous, mais largement célébrée par une certaine gauche non seulement pour son travail sur le genre mais aussi pour sa défense résolument anti-universaliste de toutes les minorités, Butler est, en France, une figure incontournable dont on débat des options de fond mais rarement de la légitimité intellectuelle. Or la psychanalyste et philosophe Sabine Prokhoris, qui a lu attentivement la prolifique oeuvre butlérienne, ose aujourd’hui dénoncer une imposture. Dans un ouvrage extrêmement critique, Au bon plaisir des « docteurs graves » (Puf), elle relève les approximations, raisonnements tautologiques, contresens et fausses citations qui jalonnent, selon elle, les ouvrages de Judith Butler et s’interroge sur leur réception fascinée en France. Les défenseurs enamourés de la philosophe américaine l’ont-ils vraiment lue ? Interview.

Ayant travaillé sur les mêmes questions et connaissant ses positions sur les droits LGBT, j’avais un a priori plutôt favorable. J’avais déjà lu, plus ou moins attentivement, la plupart de ses ouvrages, mais je dois dire qu’ils ne m’avaient guère convaincue. Et puis j’ai découvert sa tribune publiée dans Libération au lendemain des attentats du 13 novembre (1), et j’ai senti monter alors une forte colère, mêlée de consternation intellectuelle. Traiter du deuil collectif que nous étions en train de vivre comme elle le faisait – en le soupçonnant d’exprimer un partage entre les vies « dignes d’être pleurées » (les nôtres, ici, en Occident) et celles qui ne le seraient pas, en assénant des absurdités sur les bénéfices que les Parisiens auraient tirés ce soir-là de leur soumission supposée à l’état d’urgence -, j’ai trouvé cela obscène et stupide. Or j’ai eu le sentiment que ce qu’elle disait là n’était pas un accident, mais résonnait au contraire avec l’ensemble de ses travaux. Il m’a donc semblé nécessaire d’aller y voir de plus près. D’où ce travail, qui fut très ingrat à mener. Il y a des règles au débat intellectuel, et elle ne les respecte pas.

Parce qu’elle est le plus souvent illisible, qu’elle jargonne en permanence, et je pense que beaucoup de gens, lisant Judith Butler, en concluent qu’ils sont trop bêtes pour comprendre, alors que sa prose est réellement absconse. Cela fait partie du tour de passe-passe : vous ne saisissez pas, c’est donc que tout cela est très intelligent.

Et surtout parce que ses raisonnements théoriques sont spécieux, donc compliqués à suivre. Mais elle est le chevalier blanc des « minorités », la cible de la droite conservatrice, La Manif pour tous en tête, et cela semble lui conférer une légitimité intellectuelle et politique automatique.

Oui, mais les falsifications qu’elle inflige aux textes qu’elle utilise pour ses démonstrations – la plus flagrante étant celle qu’elle fait subir au philosophe Emmanuel Levinas, à qui elle attribue d’ignobles propos – sont un signe. Il y a des règles au débat intellectuel, et elle ne les respecte pas.

Que la vulgate psychanalytique, qui véhicule une version figée et simpliste de ce fameux complexe d’OEdipe, soit au service d’un discours normalisateur, c’est un fait indéniable, et je n’ai cessé de le critiquer moi-même. Mais, malgré le conservatisme bien réel de la corporation, je crois, au contraire de ce qu’affirme Butler, que la psychanalyse freudienne a beaucoup contribué à dissoudre les supposées « évidences » sur la question sexuelle.

Pour répondre de façon très sommaire, parce qu’une Afghane qui prétendrait, dans le contexte de l’après-11 Septembre, jeter aux orties sa burqa (une tenue traditionnelle issue d’une culture patriarcale rigoriste et qui fut imposée par le régime taliban), sera considérée, dans le « féminisme » butlérien qui est anti-universaliste, comme une complice de l’impérialisme « occidental »…

L’adhésion à un discours, fût-elle parée du plus chatoyant plumage académique, ne constitue pas à mes yeux une preuve de validité. Et ce succès planétaire demeure pour moi une énigme. Mais il est vrai qu’en philosophie une ère « post-vérité » prospère depuis plusieurs décennies, notamment outre-Atlantique. On y postule, à la suite de Roland Barthes et de quelques autres, que le réel est tout entier réductible à des discours et à des constructions rhétoriques. La critique « radicale » que met en oeuvre la pensée de Butler, qui consiste juste à « déconstruire » ce qui n’est qu’un « récit », au moyen d’une rhétorique concurrente plus puissante, plus autoritaire, plus habile, plus intimidante en somme, se suffirait en quelque sorte à elle-même. Dès lors, peu importe la vérité, la force du discours butlérien tient à sa réception fascinée. Moins vulgaire que Trump, certes. Mais pas moins inquiétant dans la production de maîtres à ne pas penser.

*

La psychanalyste et philosophe française dénonce une large imposture.

Il se trouve quelques femmes d’influence dans le panthéon intellectuel de la philosophe juive américaine Judith Butler (Cleveland, 1956; en photo), formée à Yale mais professeure de rhétorique à Berkeley. Hannah Arendt et Simone de Beauvoir, comme de juste, y figurent en bonne place, mais Maria Torok, Monique Wittig, Luce Irigaray et Julia Kristeva en font également partie. Une littérature qui ne pouvait être anodine pour une écrivaine militante de cet ordre, féministe et homosexuelle de surcroît, très marquée aussi par Hegel, Freud, Adorno, Michel Foucault ou Jacques Derrida. Voire Lacan.

S’inscrivant en effet dans l’héritage de la « French Theory » exportée aux Etats-Unis par ces trois derniers notamment, et installée plus précisément dans le post-structuralisme et la déconstruction, Judith Butler a depuis longtemps axé ses travaux sur les « gender studies » (études de genre) et la « théorie queer », portant l’idée que le genre et l’orientation sexuelle ne sont pas exclusivement déterminés par le sexe biologique, mais même principalement par son inscription socio-culturelle et son histoire de vie. Ce qui ne manque pas de rappeler Beauvoir paraphrasant Erasme dans « Le Deuxième Sexe » : « On ne naît pas femme, on le devient. »

Bref, est ainsi née une œuvre marquée dès 1990 par son « Trouble dans le genre » – traduit en français dans les années 2000 – et en 2004 par « Défaire le genre ». En clair, résumé à gros traits, il n’est pas écrit dans la nature que le petit garçon jouera aux petites voitures et la petite fille aux poupées Barbie. Cependant, après la philosophe française Bérénice Levet, qui avait méticuleusement démonté la théorie « butlérienne » dans « La Théorie du genre ou Le Monde rêvé des anges : l’identité sexuée comme malédiction » (Grasset, 2014), c’est la psychanalyste et philosophe Sabine Prokhoris qui attaque violemment la théoricienne du genre.

Ce n’est rien de moins qu’une vaste « imposture intellectuelle » que dénonce à présent Mme Prokhoris, qui ne laisse pas, par moments, de situer Judith Butler entre la stupidité et l’escroquerie. Et de déplorer les « amalgames grossiers » auxquels se livrerait l’égérie de « la supposée mélancolie du genre ». A l’heure où la psychanalyse (et les sciences de la famille, comme on dit aussi) s’interroge sur la parenté homosexuée, et « cela dans la perspective d’une remise en question de l’ordre de la ‘famille hétéronormée’ », elle attribue déjà à Mme Butler une lecture faussée de la figure d’Antigone qui rendrait compte, en finale, d’un Etat dont la domination serait solidaire du modèle précisément hétéronormé de la famille. Et, dans le même ordre d’idées, son interprétation de Freud serait tout aussi biaisée.

Forte d’une lecture approfondie des travaux butlériens, Sabine Prokhoris perçoit d’abord et surtout, à travers la subversion de son « héroïne », un discours marqué au coin d’une « enflure mystifiante » et d’une inintelligibilité maximale. « Plus le style est amphigourique […], plus il sera ‘radical’[…] et censé subvertir les ‘normes’. » Elle nomme cela « les logiques du galimatias », au cœur d’un chapitre intitulé : « Une bulle spéculative ». Elle n’en veut pour preuve, notamment, que la manière outrancière qu’a Judith Butler de traiter la grammaire des langues comme le support d’une aliénation au Pouvoir, forcément aliénante. Autrement dit, « l’impérialisme grammatical et syntaxique de la langue ».

A vrai dire, après l’avoir lue avec quelque intérêt, ou du moins avec une bienveillante distraction, Sabine Prokhoris s’est soudain inquiétée de la prose de Judith Butler à la suite d’une étrange tribune parue dans « Libération » au surlendemain des attentats parisiens du vendredi 13 novembre 2015. Y évoquant un concept de « chagrin transversal », elle faisait écho en somme aux théories d’un certain Tariq Ramadan, le Calimero de l’islam, « pour qui pleurer les morts d’ici signifierait d’évidence qu’ils comptent davantage que les morts de là-bas ». Elle en fut passablement écœurée.

Raillant décidément la cohérence du discours de J. Butler, Sabine Prokhoris nous fait observer qu’il est systématiquement articulé autour de l’opposition aliénation/subversion. Soit, assène-t-elle encore, un slogan répété en boucle qui n’aurait « d’égale que l’inconsistance de sa teneur intellectuelle ». Ce qui nous offre une ardente controverse entre deux femmes pourtant pareillement sensibles à l’œuvre de Michel Foucault, lequel en d’autres temps « pouvait dire sa répulsion pour la polémique, au motif qu’elle annule l’autre comme ‘interlocuteur possible’, et ne le rencontre pas alors comme ‘partenaire dans la recherche de la vérité’ ». Mais, certes, on n’en est plus là. Et le débat fait rage aujourd’hui entre les progressistes et les conservateurs, quand ceux-ci ne sont pas carrément qualifiés de réactionnaires.

Plus sommairement, en des mots un peu désuets, le débat opposerait en quelque sorte les gauchistes aux impérialistes. Il serait injuste, sous ce prisme, de ne point citer à cette occasion l’ouvrage à six mains qui vient de réunir trois grandes figures de la pensée critique contemporaine. Judith Butler, Ernesto Laclau et Slavoj Zizek ont contribué, par leurs essais, à renouveler la compréhension que la gauche post-marxiste pouvait avoir d’elle-même. « Cette confrontation originale, nous dit-on, tente ainsi de dessiner les voies de possibles ‘contre-hégémonies’au règne du capitalisme financier et de préciser les contours d’une ‘démocratie radicale’. » Vaste programme, aurait dit un grand Général; le plus grand assurément de sa génération.

« Au bon plaisir des « docteurs graves ». A propos de Judith Butler », Sabine Prokhoris, PUF, 254 pp., env. 17 €

  • Voir aussi :

La réaction honteuse de Judith Butler au massacre du Bataclan :

Judith Butler à Paris, ou l’impasse du Bataclan

[Besoin de lunettes ?] – Pour France « Cancel » Culture, ce scribe aux yeux bleus est un noir africain

Les jours se suivent et se ressemblent sur France « Cancel » Culture, notre nouvelle station racialiste d’état. Après cette pastille vidéo d’une bêtise confondante sur la sculpture grecque ravalée à du suprémacisme blanc, en voici une nouvelle aujourd’hui qui vient relancer les délires africanistes de Cheikh Anta Diop sur les « anciens égyptiens noirs » :

https://www.facebook.com/franceculture/posts/10159120505948349

Je venais tout juste de dénoncer une autre imposture issue de la cervelle en surchauffe du même Anta Diop, celle sur le « Christ noir ». Il semble donc que la propagande panafricaniste soit le nouveau conformisme « intellectuel » (je mets des guillemets à ce mot, vu l’absence totale de culture et de réflexion) à la mode chez les gauchistes de France Inculture, désormais réduits à racoler grossièrement les BLM pour espérer retrouver un auditorat.

  • Que nous dit donc cette pastille vidéo ?

Il s’agit d’une apologie, sans aucun esprit critique et s’inscrivant entièrement dans la scandaleuse mouvance décoloniale, du falsificateur Cheikh Anta Diop, pseudo-historien mais authentique militant africaniste.

5-10″ : La vidéo commence par nous montrer des représentations culturelles (au cinéma) d’égyptiens anciens avec un type physique européen, tout en laissant croire qu’il s’agissait en réalité de négro-africains à la peau noire. On se garde, bien évidemment, de nous montrer des représentations égyptiennes authentiques pour illustrer ces dires. Comme par exemple le célèbre « Scribe accroupi » du Musée du Louvre (vers 2600 avant Jésus-Christ, IVe ou Ve dynastie – c’est-à-dire l’Ancien Empire, à l’aube de la civilisation égyptienne) qui, comme chacun peut le constater sur cette photo, était un noir avec des traits négroïdes (peau noire, nez épaté, lèvres charnues, cheveux crépus, etc.) :

Paris, Musée du Louvre, détail du visage du « scribe accroupi », 2600 avant Jésus-Christ. Calcaire peint et cristal de roche.

Je plaisante. Son type physique est bien évidemment celui d’un blanc – qui plus est, aux yeux BLEUS (« la face postérieure du cristal est recouverte d’une couche de matière organique qui donne à l’iris sa couleur gris-bleu »). Son visage est peint en ocre rouge, couleur conventionnelle pour les hommes dans l’art égyptien ; la peau des femmes, plus claire, étant toujours rendue en ocre jaune.

Détail: Le regard BLEU du « Scribe accroupi ». La pupille est taillée dans un cristal de roche très pur puis dépoli pour faire rayonner l’éclat de l’iris. La forme tronconique du cristal révèle une connaissance très précise de l’anatomie de l’oeil humain (photo : jfbradu)

On suppose même aujourd’hui qu’il s’agissait, non pas d’un authentique scribe, mais du portrait idéalisé, en intellectuel de haut rang, d’un fils du pharaon. C’est dire si ces premiers pharaons étaient des noirs africains fiers de l’être… De la même époque, voici la statue d’Hémiounou, l’architecte de la pyramide de Khéops (IVe dynastie)…

Statue du vizir Hémiounou découverte à Gizeh – Musée Roemer et Pelizaeus, Hildesheim

Il en va de même pour le tout aussi célèbre buste de Néfertiti (vers 1435 avant Jésus-Christ, XVIIIe Dynastie) du musée de Berlin, une africaine typique elle aussi :

Berlin, Neues Museum, Buste de Néfertiti, vers 1435 avant J.-C. Calcaire peint.

Je plaisante encore. Même en acceptant l’hypothèse que ce buste soit un faux fabriqué à l’occasion de sa découverte pour créer l’événement – ce que je crois volontiers –, il suffit de faire défiler l’intégralité des représentations des égyptiens anciens pour se faire une idée : à part la XXVe dynastie, effectivement des noirs africains d’origine nubienne (VIIIe-VIIe s. avant J.-C., donc une époque tardive), il n’y a jamais eu que des blancs de type occidental (plus exactement du type levantin) dans la civilisation et la production artistique égyptiennes. Comment peut-on un seul instant prétendre le contraire ?

  • Continuons le débunkage de la vidéo de France Inculture :

À 1 mn de la vidéo, Cheikh Anta Diop mélange tout, confondant la sortie d’Afrique de l’homme moderne (60000 ans avant notre ère) et la civilisation égyptienne (environ 2500 ans avant notre ère). On voit tout de suite qu’il ne s’agit pas du tout de la même échelle de temps ! Pas un mot de France Inculture pour recadrer, bien sûr. Aujourd’hui, c’est gloubi-boulga à tous les repas.

1’30 : On victimise Anta Diop comme un grand intellectuel incompris car « subversif » – alors que ses théories sont tout simplement nulles et non avenues.

2′ : Ce qu’il dit sur l’Égypte ancienne en tant que phare de la civilisation pour l’Occident et le Proche-Orient (Perses, Grecs, Romains – il oublie au passage les Hébreux) est plutôt exact, sauf que les égyptiens en question n’étaient pas un peuple africain au sens racial où il l’entend !

2’30 : Diop se base sur Hérodote, dont le récit est pourtant truffé d’erreurs et qui n’avait pas du tout une approche « historique » au sens où en entend aujourd’hui cette discipline, pour prétendre que les égyptiens anciens étaient « noirs avec des cheveux crépus » ! Hérodote a simplement pris pour argent comptant ce que lui a raconté un prêtre du Ve siècle avant Jésus-Christ, sans que cela prouve quoi que ce soit les 2500 ans qui ont précédé.

2’35 : On nous laisse croire que Diop aurait trouvé des « passerelles » entre l’égyptien hiéroglyphique et la « famille des langues africaines ». FOUTAISES ! J’ai étudié l’égyptien hiéroglyphique pendant 5 ans : il s’agit d’une langue paléo-sémitique ! Jamais on ne m’a parlé de dialectes d’Afrique noire !

3′ : Diop raconte n’importe quoi sur les « leucodermes » et le « taux de mélanine ». Ses obsessions raciales relèvent clairement de la psy ; il n’y a rien de scientifique dans son discours. On nous montre à l’image un relevé (un dessin) sans aucune datation ni contexte archéologique ou iconographique.

Suit une hagiographie sans intérêt de Diop et sans la moindre mise en perspective de ses thèses racialistes. Aucun spécialiste sérieux n’est convoqué pour démentir – et pourtant, il n’en manque pas ! Il faut attendre les dernières secondes de la vidéo (à plus de 4′) pour apprendre que ses théories racialistes sont radicalement contestées, notamment par l’éminent égyptologue Jean Yoyotte.

La vidéo est signée Yann Lagarde, journaliste maison, visiblement une nullité en histoire et en égyptologie. France Inculture est décidément tombée bien bas au niveau de ses contenus « culturels ».

  • Dans l’iconographie comme sur leurs stèles, les égyptiens anciens se différenciaient pourtant clairement des ethnies africaines

Cette image parle d’elle-même : Sur ce bas-relief du Nouvel Empire (Tombeau de Hohemreb, XVIIIe dynastie, XIVe s. av. J.-C.), des prisonniers de guerre nubiens (= sud de l’Égypte et Soudan actuels) réduits en esclavage sont dénombrés, probablement pour être vendus sur un marché aux esclaves. Un égyptien brandit un fouet pendant qu’un scribe enregistre les données. Leurs types ethniques sont clairement différenciés.

Bologne, Musée archéologique : Dénombrement de captifs noirs. Tombeau de Horemheb, XVIIIème dynastie, XIVème siècle av. J.-C.

Sur une stèle du règne de Sésotris III, on peut également lire cette injonction discriminatoire à l’égard des noirs :
« Frontière sud, stèle élevée en l’an VIII, sous le règne de Sésostris III, roi de Haute et de Basse-Égypte, qui vit depuis toujours et pour l’éternité. La traversée de cette frontière par terre ou par eau, en barque ou avec des troupeaux est interdite à tout noir, à la seule exception de ceux qui désirent la franchir pour vendre ou acheter dans quelque comptoir. Ces derniers seront traités de façon hospitalière, mais il est à jamais interdit à tout noir, dans tous les cas, de descendre le fleuve en barque au-delà de Heh ».
Stèle érigée par le pharaon Sésostris III ; 19e siècle avant notre ère.

  • La polémique sur la couleur des égyptiens, une propagande africaniste sciemment entretenue par France « Cancel » Culture

Depuis les fadaises de Cheikh Anta Diop, donc depuis quelques décennies maintenant, la prétendue négritude des égyptiens anciens revient régulièrement dans l’actualité. Il faut donc à chaque fois rappeler que NON, les égyptiens anciens n’étaient pas noirs !

… D’autant que l’ADN des momies a parlé ! En 2017, une étude portant sur l’ADN de 90 momies datées en 1380 avant Jésus-Christ et 425 après (donc couvrant presque tout le Nouvel Empire jusqu’aux époques romaine et copte) a permis de démontrer scientifiquement que « leurs parents les plus proches étaient des personnes vivant aux âges du Néolithique et du Bronze dans une région connue sous le nom de Levant. Étonnamment, les momies étaient plus étroitement liées aux anciens Européens et aux Anatoliens qu’aux Égyptiens modernes » (Revue Nature, juin 2017).

Les chercheurs expliquent que ce n’est qu’à partir du XIVe siècle après Jésus-Christ que de l’ADN subsaharien s’est mélangé de manière substantielle à l’ADN de ce peuple d’origine levantine : « Les chercheurs disent qu’il y a probablement eu une montée subite d’ADN d’Afrique subsaharienne en Égypte il y a environ 700 ans« .

Le résumé de l’étude de Nature, intitulée « Les génomes des momies de l’Égypte antique suggèrent une augmentation de l’ascendance africaine subsaharienne dans les périodes post-romaines » précise bien que : « Nos analyses révèlent que les Égyptiens de l’Antiquité partageaient plus d’ascendance avec les Proche-Orientaux que les Égyptiens d’aujourd’hui, qui ont reçu un mélange subsaharien supplémentaire ces derniers temps. » Pour un bref compte-rendu en français : « Le patrimoine génétique des momies égyptiennes enfin décrypté » : « L’étude montre ainsi que l’ADN des momies analysées, datant de 1 400 avant J.C. à l’an 400, est plus proche de celui des habitants de l’Europe actuelle que de l’Egypte d’aujourd’hui ».

À quoi sert donc de continuer à colporter les salades d’Anta Diop, sinon à entretenir le racisme anti-blanc et à tenter, par tous les moyens, de mettre à bas l’histoire, la civilisation et la science occidentales ? Ce n’est pas à ce genre d’entreprise idéologique que devrait aller l’argent public !

[à suivre…]

  • Voir aussi :

Égypte : Toutânkhamon, nouvelle victime du complotisme (Le Point, 12/04/19) : « Cela nous ferait rire si les implications n’étaient pas aussi graves. On sent qu’il existe un courant qui veut nous interdire la réflexion et la pensée, c’est très dangereux, car c’est ce qui nourrit les extrémismes. L’université commence à abdiquer, on est en train de tout aseptiser, quitte à modifier les choses au nom d’un pseudo-respect de la personne. »

. Sur les délires de l’africanisme militant :

. Sur la récriture de l’histoire de l’art à des fins de propagande racialiste :

[Fake Christ] – La « première image connue du Christ » (noir) est une icône post-byzantine du XVIIIe siècle !

Le nouveau racialisme BLM va vraiment se nicher où on l’attend le moins… Depuis quelques années, une peinture byzantine conservée au Musée Copte du Caire circule sur internet avec des légendes toutes plus invraisemblables les unes que les autres – par exemple ici dans la Dépêche d’Abidjan : « Fresque datant de -310 AV JC (Musée copte du Caire) on y voit le KER SESHETA (Christ) Issa qui est un négro africain » (13/03/2018). Lol !

Depuis 2016 en effet, les partages pullulent sur Twitter, Facebook ou Pinterest (sans parler de tous les sites de propagande raciale), toujours sans la moindre vérification, ni même la moindre trace de doute – et dans une inculture artistique totale – afin de faire croire qu’il s’agirait de la plus ancienne représentation attestée du Christ : un africain à la peau noire, donc.

À l’origine de ce militantisme africaniste, on retrouve sans surprise l’historien sénégalais très controversé Cheikh Anta Diop, connu également pour avoir tenté de faire croire que les pharaons égyptiens anciens étaient des noirs africains : « Jésus-Christ est noir ». Ayant vu passer ce matin ce fake iconographique sur Facebook et ne trouvant rien en français pour le débunker d’un simple clic, j’ai pensé qu’il ne serait pas inutile de jeter les bases d’un petit point historiographique sur la question.

Que chaque peuple veuille s’approprier la physionomie, l’ascendance ou la généalogie du Christ, après tout, pourquoi pas… C’est ainsi que l’histoire des religions a toujours procédé : un peuple doit pouvoir, d’une manière ou d’une autre, s’identifier avec sa figure divine tutélaire. Que le Christ soit perçu comme un homme blanc, noir ou métis, avec des cheveux lisses, crépus, bruns ou blonds ne pose en soi aucun problème – et ce, d’autant moins que le christianisme a toujours porté un message universaliste. Par contre, j’ai un très gros problème avec la manipulation et la réécriture de l’histoire de l’art à des fins de propagande racialiste.

Voici donc le genre de légende que l’on trouve associée à cette représentation, toujours accompagnée de commentaires poussant à croire que l’on se trouverait devant un portrait copte original (Ve-VIIe siècles) du « Christ noir » :

La vraie légende est : Incrédulité de saint Thomas, icône du début du XVIIIe siècle, Musée copte du Caire (Égypte).

De quoi s’agit-il exactement ?

Comme on peut le lire dans cet article universitaire de Sherik SADEK EL GENDI, « Different Attitudes of Jesus Christ in Coptic Art », The Conference Book of the General Union of Arab Archeologists, 2013,  16, p. 209-246 (sp. p. 228), il s’agit en réalité d’une icône byzantine du début du XVIIIe siècle. Je traduis le paragraphe consacré à cette oeuvre :

« Dans l’épisode de l’Incrédulité de Thomas ornant une autre icône rare du Musée Copte du Caire, le Christ est debout sur une volée de marches, entouré de ses disciples (n°4871). Ses cheveux bruns mi-longs sont ornés d’un nimbe doré crucifère. Pieds nus, il lève la main droite pour montrer ses plaies. Sur son autre main, son flanc droit et ses pieds, d’autres blessures sont visibles. Portant barbe et moustache, Jésus est vêtu d’une tunique blanche sous un pallium orange. Six disciples, dont Thomas, se tiennent à gauche de Jésus. À sa droite, cinq autres disciples sont présents, qui le désignent de leurs mains. Portant des tuniques et des pallia de différentes couleurs, ils ont les cheveux bruns ou gris, des barbes et des moustaches. Comme le premier disciple de droite, Thomas a un ruban rouge autour de son bras droit. Tous ont de petites têtes, des sourcils légèrement incurvés, de petits yeux et une petite bouche et un nez droit. La scène se déroule sous une arcade rouge-brun. À gauche et à droite de l’arrière-plan, les bâtiments sont représentés sous un ciel doré. Au-dessus des bâtiments, il est écrit: « Incrédulité de Thomas ». Sur le nimbe crucifère du Christ, on peut lire : « Celui qui est ». Datant du début du XVIIIe siècle après J.-C., l’icône est peinte sur une toile de lin fixée à un panneau ».

Dimensions : 43,9 x 59,1 x 1,8 cm.
Provenance : achetée à NICOLA KYRODOS le 26 juin 1939.
Bibliographie : V. GIRGIS, Icons from the Coptic Museum, Le Caire, 1965, p. 59, nº66, fig. 66 ; The Icons. Catalogue général du Musée Copte, par P. VAN MOORSEL, MAT. IMMERZEEL et L. LANGEN, avec la collaboration de A. SERAFEEM, Le Caire, 1991, pp. 108-109, nº 119, pl. 31/b.

Saint Thomas, vêtu d’un pallium jaune, touche de sa main droite la blessure au côté du Christ, seul moyen pour lui de croire en sa résurrection. Tout comme celle du Christ, la peau de son visage paraît très sombre.

Les premières représentations du Christ figurent-elles un homme noir ?

Bien sûr que non, et il n’est pas besoin de chercher très loin pour s’en apercevoir.

Rome, catacombe de Commodille, fin du IVe siècle : le Christ entre l’Alpha et l’Oméga.

Sur la fresque du cubiculum « des boulangers » de la catacombe de Domitille (fin du IVe siècle), le Christ qui trône entre ses disciples a les traits d’un jeune homme à la peau tout aussi claire que sur le portrait contemporain de la catacombe de Commodille, de même que sur l’ensemble de ses représentations dans les catacombes romaines.

Rome, catacombe de Domitille, cubiculum des Pistores, fin du IVe siècle: Le Christ trônant.

Sur les icônes coptes anciennes (les vraies), comme sur celle du Christ et de l’abbé Ména, provenant de Baouît au VIIIe siècle, Jésus a une peau relativement claire et un type méditerranéen (éventuellement basané ou moyen-oriental), à l’image des ethnies qui produisaient ces oeuvres :

Paris, Musée du Louvre : icône copte du Christ et de l’abbé Ména, VIIIe siècle. Encaustique et tempera sur bois de figuier.

Il est inutile de multiplier les exemples. Il est tout simplement, au vu, de l’histoire de l’art, IMPOSSIBLE de prétendre un seul instant que les premières représentations du Christ dans l’art puissent avoir fait état d’un noir africain. On se contentera de rappeler que l’iconographie du Christ, à l’origine de ses représentations, se rangeait grosso modo selon deux types physiques :

  • Le type dit « hellénistique » : le Christ est un jeune homme imberbe aux cheveux bouclés, de type Apollon, comme sur le sarcophage de Junius Bassus (359) :
Sarcophage de Junius Bassus, 359 : Le Christ de type hellénistique
  • Le Christ de type dit « syrien », du fait de ses occurrences au VIe siècle dans des manuscrits provenant de Syrie, tels le Codex rossanensis (Évangiles pourpres de Rossano), où il apparaît plus âgé, barbu, avec le visage émacié et des cheveux bruns mi-longs :
Rossano (Italie), Evangiles pourpres de Rossano, réalisés en Syrie ou Asie Mineure vers le milieu du VIe siècle. Le Christ (de type syrien) entrant à Jérusalem.

Mais comme on peut le voir avec l’exemple de la catacombe de Commodille ci-dessus, le type barbu était déjà présent dans la Rome de la fin du IVe siècle. Inversement, dans la Syrie du IIIe siècle, sur les fresques de Doura-Europos, on trouve la plus ancienne figuration datable du Christ (vers 232), où celui-ci apparaît jeune et imberbe (et blanc) :

Doura-Europs (Syrie), vers 232 : La Guérison du paralytique.

Quoi qu’il en soit, c’est le type physique barbu dit « syrien » qui l’emportera et sera majoritaire dans l’art byzantin puis médiéval. C’est également celui que l’on retrouve dans notre icône tardive du musée du Caire.

  • Et de toutes façons, pour mettre tout le monde d’accord, on rappellera que la plus ancienne représentation connue du Christ est le graffiti d’Alexamenos, que l’on situe entre le Ier et le IIIe siècles, et qui figure un homme crucifié avec une tête d’âne :
Rome, Musée du Palatin, graffiti (Ier-IIIe siècles) : « Alexamenos adore son dieu »

Il s’agit d’une caricature anti-chrétienne probablement réalisée par un jeune page d’origine grecque qui se moquait de la religion d’un de ses camarades de classe (tous deux étaient en formation dans l’école de pages du palais).

Conclusion sur l’icône du Caire :

  • Le type physique du Christ y est le type dit « syrien » byzantin et médiéval ; c’est-à-dire un type physique indo-européen et/ou sémitique.
  • L’édicule architecturé qui le surplombe, avec ses colonnes de porphyre surmontées de chapiteaux corinthiens dorés et sa perspective maladroite ressortissent de l’art byzantin tardif influencé par l’art de la Renaissance – le premier art chrétien copte (Ve-VIIe siècles) ayant pour sa part renoncé à la perspective.
  • Le lieu de production de l’icône est inconnu, mais il pourrait d’agir d’une icône gréco-russe.
  • Le brunissement des visages du Christ et des apôtres de gauche (mais pas de ceux de droite) est un phénomène fréquent habituellement dû à la fumée des cierges, l’oxydation des pigments métalliques ou le vieillissement des huiles. Il n’atteste en rien d’un Christ de type négroïde.
  • Il est habituel que la physionomie du Christ s’adapte aux régions et aux peuples qui produisent ses représentations. On ne peut évidemment en tirer aucune espèce de conclusion quant à la physionomie réelle du Christ, surtout quand on essaie de faire passer une oeuvre du XVIIIe siècle pour un portrait du IVe siècle avant Jésus-Christ ! Que des gens puissent prendre au sérieux de telles divagations (un portrait de Jésus-Christ réalisé 300 ans avant Jésus-Christ lui-même !) est aussi décourageant qu’alarmant quant au niveau de réflexion de ceux qui propagent de telles énormités.

Conclusion plus générale :

  • Il est d’autant plus aberrant de se lancer dans des récupérations identitaires et de vouloir assigner une couleur de peau au Christ qu’il n’a jamais été démontré qu’il ait eu la moindre existence historique – même le « Maître de Justice » des Esséniens, qui pouvait fournir un proto-Jésus historique (mis à mort avant 60 ans J.-C.) est aujourd’hui remis en question.
  • Le christianisme est un syncrétisme religieux tardo-antique qui mêle des influences égyptiennes, gnostiques, hébraïques, grecques et hellénistiques et dont le corpus de textes (le Nouveau Testament) n’a été fixé et diffusé largement que sous l’empereur Théodose au début du Ve siècle. Auparavant, c’était une secte comme une autre et des dizaines d’évangiles, tout plus légendaires les uns que les autres (devenus par la suite les Apocryphes), pullulaient autour de la Méditerranée. Rechercher la véritable couleur de peau de Jésus au milieu de tout cela n’a donc aucun sens – sinon faire flamber les confits raciaux, ce qui est, on l’a bien compris, l’agenda à peine dissimulé derrière ce militantisme.

[à suivre…]

  • Voir aussi :

. Sur Cheikh Anta Diop et les « anciens africains noirs » :

[Real Life] – La domination féminine

Au fil des jours, je me propose de lister dans cet article les occurrences de la domination féminine, notamment dans les secteurs d’activité professionnelle ou dans la justice. L’objectif étant de démontrer que la complainte féministe victimaire tourne en réalité à vide.

Le monde de l’édition : un empire ultra féminisé

Comme cet intéressant article permet de s’en rendre compte, le monde de l’édition est devenu majoritairement féminin : 70% des éditeurs sont des femmes, pour un lectorat essentiellement féminin également : « Édition : l’empire des femmes » (L’Express, 03/03/20). L’article est à lire en intégralité ici.

Édition française : on n’est même pas surpris de retrouver en tête de liste la pleurnicheuse en chef Vanessa Spingora, incarnation même de la domination féministe victimaire.

L’école et l’université : conçues par et pour les femmes

Déjà en 2017 :

  • 44,4 % des diplômés supérieurs à bac + 2 sont des hommes.
  • 43,2 % des étudiants à l’université sont des hommes.
  • Les hommes représentent 47 % des effectifs du BAC général, contre 62 % pour les CAP, BEP et équivalents.
  • 85,6 % de réussite des garçons à comparer avec 90,1 % de réussite pour les filles au baccalauréat.
  • 6,2 % en faveur des filles, c’est l’écart entre les notes attribuées aux garçons et aux filles à performance égale en mathématiques en 6ème.
  • 84,4 % des élèves punis sont des garçons.

    (Liste complète des privilèges féminins avec les sources Insee à retrouver par exemple ici)

Les cadres de la fonction publique sont majoritairement des femmes

  • Selon le rapport de l’Insee 2017 (page 36), « le taux de féminisation varie fortement selon les catégories. Les jeunes femmes représentent ainsi 62 % des cadres hiérarchiques dans la fonction publique, 69 % parmi les professeurs et professions scientifiques, 62 % dans les professions de l’information des arts et des spectacles mais 46 % des encadrants parmi les cadres administratifs et commerciaux d’entreprise et seulement 22 % des ingénieurs et cadres techniques d’entreprise. Mais plus encore que parmi l’ensemble des cadres, les femmes encadrantes travaillent massivement dans la fonction publique : en 2013, près de 37 % d’entre elles y travaillent contre 15 % pour les hommes (respectivement 26 % et 14 % en 2001). »
  • En 2019, selon l’Insee toujours, « les deux catégories socioprofessionnelles affichant la part de femmes la plus élevée sont les professeurs et professions scientifiques (55 %) et les cadres de la fonction publique (50 %). À un niveau plus fin, « les professions les plus féminisées sont les professeurs de l’enseignement secondaire général et technique (60%), les médecins et pharmaciens salariés (59%) et les cadres spécialistes des fonctions administratives et financières (58%) » explique l’étude de l’Insee.
  • Le schéma qui suit illustre les récriminations féministes, venant essentiellement de femmes déjà favorisées sur le marché de l’emploi. Globalement, on les retrouve dans les professions intermédiaires, cadres moyens et supérieurs :

C’est une chose dont Camille Paglia parle également : « Le féminisme de deuxième vague s’est mis à privilégier les plaintes et préoccupations des femmes de carrière de la classe moyenne supérieure qui convoitent le statut enviable et les récompenses matérielles d’un système économique construit par et pour les hommes ». [Camille Paglia, Femmes libres, hommes libres, Laval (Qc), 2019, p. 318].

Les femmes qui, dans le monde du travail, occupent la majorité des postes dans le tertiaire (ceux où il n’y a pas à se salir les mains ou à ruiner sa condition physique), laissant les « sales boulots » (égoutier, éboueurs, équarisseurs…) aux hommes, en veulent encore plus : elles ont l’oeil braqué sur la poignée de très hauts revenus qui leurs échappent encore mais ignorent volontairement, et même méprisent, la majorité silencieuse des hommes dont les emplois peu valorisés leur permettent pourtant de vivre confortablement – par exemple ces laveurs de vitres qui leur permettent de contempler la ville tout en récriminant, leur tasse de thé à la main, dans leurs réunions féministes…

C’est aussi ce qui ressort du Gender Pay Gap (les différences de salaire H/F) : les seules RÉELLES différences qui subsistent se situent tout en haut de l’échelle des revenus. Ceci s’explique surtout parce que les femmes ne savent pas négocier comme les hommes (elles sont moins combatives) et parce que leur personnalité et leurs choix de vie les poussent à privilégier d’autres formes de vie professionnelle :

[à suivre…]

[Festival de connes] – Les César 21 et les pompeuses cornichonnes

* J’ai fait une exception à mes principes et j’ai féminisé les « pompeux cornichons » de Noël Godin. J’aurais pu aussi écrire « festival de con.NE.s », seul emploi de l’inclusive que je m’autorise :

… mais je vais me contenter d’une discrète allusion à César et Pompée, aux nichons de l’héroïne de la soirée et à tous ces cornichons culturels qui nous pompent l’air.

Je suis en tout cas toujours aussi étonnée, pour ne pas dire agacée, de découvrir à quel point mes descriptions du néo-féminisme sont systématiquement mises en oeuvre et illustrées, avec une régularité de métronome, par celles-là mêmes que je visais. J’eusse pourtant préféré que cette réalité n’existât point, que tous ces tableaux consternants de la féministe d’aujourd’hui ne soient que de mauvais rêves ou des inquiétudes sans fondement. Hélas, trois fois hélas.

César 2021 : le festival de connes bat son plein

À quelques exceptions près, dont la majestueuse Fanny Ardant qui a su prendre le contrepied de l’armada de pleureuses subventionnées en robe Vuitton à plusieurs milliers d’€, quand celle-ci a déclaré : « C’est une joie de fêter les acteurs, de célébrer les hommes, leur dire qu’ils sont beaux, qu’ils sont braves, qu’on rêve de les connaître (…) Qu’on désire les revoir. Et que… on les aime… on les admire. Et que vivre sans eux ne serait pas tout à fait vivre », la cérémonie 2021 a été le pénible et attendu défilé de néo-féministes et de gauchistes « culturels » avec leurs postures rebellocrates et leurs blagues téléphonées plus affligeantes les unes que les autres.

D’autres ayant déjà brillamment commenté leurs célébrations de l’agresseur Adama Traoré (mais quand c’est un racisé, ce n’est pas du viol, voyons), leurs citations d’Hitler destinées à Polanski (Vincent Dedienne et son « césar de l’abjection »), leurs soutiens à Michel Zecler ou à Dieudonné, l’insulte à Nathalie Baye traitée de merde et j’en passe, je vais surtout revenir sur le spectacle offert par Corinne Masiero.

Masiero, c’est cette actrice de second rang connue pour avoir vécu de ses charmes dans sa jeunesse avant de se recycler dans une série TV dont j’ignore tout et surtout, de militer pour l’extrême gauche.

Elle est donc une synthèse parfaite de la féministe gauchiste et raciste sur le retour et de l’actrice-bobo pleure-misère qui, ayant compris que le 7e Art (le vrai) ne se risquerait pas de sitôt à lui servir de grands rôles, a fait le calcul, comme nombre de starlettes fatiguées, d’épouser la cause féministe, voiture-balai bien connue du cinéma féminin international. Elle est l’illustration même de ce que j’écrivais dans mon article sur le « cinéma des féministes » : le meilleur rôle pour une actrice sans personnalité et sans classe, c’est de nous la jouer néo-féministe revendicative, c’est-à-dire de servir urbi et orbi sa pleurnicherie victimaire, une fois que le « patriarcat » – dont elle a en général plus que largement profité – ne la laisse plus lui faire les poches aussi facilement :

On croirait que Corinne Masiero est allée puiser son inspiration directement dans mon bréviaire de la néo-féministe en débine, ce catalogue de névroses et de revendications en carton pour bourgeoises occidentales désoeuvrées. Ou qu’elle a plagié les photos des « règles du dégoût », ces mises en scène déjà éculées mais toujours efficaces pour impressionner le chaland :

Elle incarne tellement le « féminisme trash et la haine de la beauté » que j’aurais pu écrire cet article rien que pour elle :

Quant au petit sac d’excréments promené par cette control freak revêche de Marina Foïs, tout est là :

Dans ce catalogue César 21 des postures féministo-régressives à base de pipi-caca-prout, elles ont juste oublié le pipi, semble-t-il. On notera également l’absence du clito, mais celle-ci pourrait s’expliquer par la prise en compte, il est vrai tout récente, qu’aujourd’hui, certaines femmes n’ont pas de clitoris mais un pénis et qu’il serait particulièrement malvenu de les offenser :

8 mars 2021

On relèvera par ailleurs une contradiction chez notre peau de fesse nationale : elle a pris soin de ne pas trop s’épiler la chatte (juste un ticket de métro) mais elle s’est quand même épilé les aisselles : bon, alors, c’est quoi cette demi-soumission au patriarcat ? Il fallait venir en poils et assumer ! Quand on milite pour la mort de l’érotisme et qu’on essaie de rivaliser avec un flacon de bromure pour être certaine de passer l’envie de baiser même à un bonobo en rut, on va jusqu’au bout de sa logique !

On pourrait bien sûr se demander en quoi le « combat pour l’égalité » serait défendu et l’image de la femme valorisée par ce triste spectacle ; en quoi des sacs de crotte en guise de sac à main, des tampax sanguinolants aux oreilles, des prouts et des bite-couilles-merde à tous les coins de phrases donneraient envie de défendre un sexe qui se présente hypocritement comme faible et opprimé mais qui vient de démontrer que Jean-Marie Bigard, en comparaison, c’était Pierre de Ronsard (l’humour en plus car lui au moins, il arrive à être drôle, ce qui n’est jamais le cas des féministes) :

Ce que l’on finit surtout par comprendre ici, c’est que la mascarade féministe n’a plus tellement d’autres fondements que la névrose personnelle, la haine de soi, l’immaturité sous toutes ses formes, la paranoïa et les postures régressives.

Mais pourquoi jeter ainsi la laideur féminine à la face du monde ?

Au-delà du contexte convenu et répétitif (« gneu gneu, je m’exhibe parce qu’on nous subventionne pas assez, ouin ouin »), le geste lui-même, associé ici au combat ridicule contre la pseudo-précarité menstruelle, nous renseigne aussi et surtout sur l’état psychologique de ces femmes. Quand Sébastien Thiéry venu aux Molières en 2015 dénoncer, nu lui aussi, la précarité de ses semblables, il était classe (et même sexy) :

Sébastien Thiéry, Cérémonie des Molières, 2015, avec la ministre Fleur Pellerin

Six ans plus tard, le gag est un peu essoufflé, alors elles vont prétendre que la nudité trash, c’est pour « libérer la femme des diktats de la beauté et du patriarcat », gna gna gna… Sauf que c’est faux. Déjà pour commencer, le « patriarcat » n’existe pas, il n’existe rien d’autre que la longue marche, souvent accidentée, de la civilisation humaine, portée et voulue conjointement par les deux sexes – car en période d’insécurité, seul le « patriarcat » pouvait permettre aux femmes de rester en vie. Aucune gynocratie faisant fi de la combativité des hommes ou de leur « art de la guerre » n’a jamais perduré, ja-mais. Aujourd’hui encore, face à Daesh, aucune société féministe ou matriarcale ne tiendrait deux secondes sans les bonnes vieilles recettes masculines : l’armée, la défense stratégique, l’ingénierie, le maniement des armes sur les terrains d’opérations militaires, le sang qui coule – et cette fois, pas le faux sang des règles de la comédie féministe ! –, etc.

Ensuite, le désir de beauté est un invariant chez les deux sexes, une aspiration du cerveau profond. Nos gènes ne nous ont pas programmés pour être attirés par la crasse, la décomposition, les remugles, la laideur, l’urine ou même le sang des règles, que l’on associe inconsciemment à l’impureté. Aucune femme ne renonce volontairement à être attrayante, aucun homme hétérosexuel ne se détourne spontanément de l’appel érotique d’une femme. Les féministes livrent comme toujours un combat perdu d’avance ; combat qui, en vérité, dissimule bien mal leur profond désespoir – car je suis de plus en plus convaincue que ce néo-féminisme n’est qu’une expression de la dépression féminine.

L’enrôlement dans les falbalas féministes de toutes ces quinquas dépressives, ce baroud d’honneur consistant à jeter agressivement à la figure de ceux qui n’ont rien demandé leur corps vieillissant et désérotisé, cela révèle surtout qu’elles ont fait connaissance avec l’horloge biologique, avec Chronos, avec le temps… Or Saturne n’est pas tellement l’ami de la féministe écervelée, en règle générale. L’actrice féministe est l’archétype de la femme qui a perdu le seul capital sur lequel elle avait misé, sa jeunesse et/ou sa beauté, sans anticiper que son pouvoir s’amenuiserait en même temps que sa fraîcheur ; ce qui la rend toujours très amère. Le réveil est forcément douloureux quand on réalise qu’on a perdu la bataille de la compétition sexuelle sans avoir véritablement de plan de rechange – manque d’anticipation qui est dans les faits la principale marque de fabrique féministe, voir : [Échec et mat] – Les féministes et le coup d’après.

Nihilisme et désespoir, les deux mamelles du féminisme anti-maternel

Je le dis souvent, le néo-féminisme est fondamentalement une idéologie de femmes jeunes, inexpérimentées ou restées immatures qui s’imaginent, à l’heure où elles ont tous les pouvoirs, qu’elles pourront se comporter toute leur vie comme des impératrices, avec des hommes et une société à leurs pieds. Ivre de suprématie, leur féminisme triomphant se paie le luxe de cracher sans relâche sur tout ce qui jusque-là protégeait la femme vieillissante : la si décriée institution du mariage, par exemple, ou bien le rôle sociétal des femmes à la tête de leur maisonnée, sans parler de la maternité, des enfants… Passé 50 ans, dans les sociétés « traditionnelles », la mère de famille est toujours puissante et respectée, quoi que prétendent les féministes occidentales à qui il ne reste souvent que leurs yeux pour pleurer, l’âge venu – je suis convaincue qu’aucune de ces mères « old school » ne voudrait échanger sa place avec Miss Masiero. La question m’a effleurée un instant de savoir comment réagiraient les enfants de Masiero devant ce pitoyable spectacle… Mais comme je le soupçonnais, c’est une féministe radicale anti-gosses (elle-même est incapable de prononcer le mot « enfants », elle parle uniquement de « gosses »: « Pour rien au monde, je ne ferais un gosse »). Ceci explique cela… Elle prétend qu’elle ne veut pas avoir d’enfants dans ce monde, sans comprendre que ce monde est aussi ce qu’il est à cause des gens comme elle (et c’est bien ce qui désespère ceux qui justement ont des enfants). On rapprochera aussi ces postures de la sortie de Marina Foïs à Nathalie Baye : « Donc vous êtes une mère de… ». Cracher sur la maternité est encore et toujours le seul motto de toutes ces femmes en délicatesse avec la féminité et la santé mentale.

Je me demande aussi ce que pensent les jeunes musulmanes de France quand elles voient ce spectacle, si ça ne leur donnerait pas par hasard une furieuse envie de défendre encore plus fort le patriarcat islamique… Quand elles voient que la féministe libérée d’aujourd’hui, au même âge que leurs mères, à travers le modèle d’une artiste de second rang, n’a d’autre « créativité » que d’imposer la vue de ses bourrelets et de ses chairs affaissées au monde entier, peuvent-elles réellement croire que c’est ça, la libération de la femme qu’on essaie de leur vendre ?

Le féminisme régressif vieillit mal

Peau d’âne (versions 1970 et 2021)

Je ne suis pas en train de dire qu’il faut renvoyer les mauvaises actrices aux fourneaux, loin s’en faut ! Je rappelle juste que certaines comédiennes ont quelque chose de plus que d’autres – et ce n’est pas que le physique ! Car celles-là ont su gérer le fameux mur : elles s’appellent Nathalie Baye, Fanny Ardant, Catherine Deneuve, Isabelle Huppert… elles sont même nombreuses, si nombreuses que je ne saurais toutes les citer. Et incidemment, elles ne se vautrent pas dans le néo-féminisme victimaire, elles… Leur capital-beauté naturelle résiste parfois mieux au temps, c’est un fait, mais il se trouve surtout qu’ayant une personnalité et un talent véritables, elles n’ont pas besoin de se perdre dans ces pleurnicheries et récriminations féministes à tiroirs. Ce ne sont pas Catherine Deneuve ou Brigitte Bardot qui, à l’âge de la ménopause, se seraient barbouillées de faux sang pour nous jouer le sketch de la « précarité menstruelle » aux César… Rien que ce détail montre d’ailleurs que la néofem est bien restée une adolescente incapable de s’inscrire dans le temps long de la vie d’une femme.

En bref, si les féministes étaient un peu moins « cancel culture », elles se souviendraient des petites fables morales de La Fontaine : « La cigale, ayant chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue lorsque la bise fut venue », etc. Corinne Masiero n’est peut-être plus très bankable, tout simplement, alors, au nom de toutes les actrices féministes de son âge, celles qui n’ont plus rien à perdre parce qu’elles n’ont plus rien en magasin, elle jette en pâture son corps sans charme, encore enlaidi par le faux sang et ces inscriptions de vieille punk décatie, fautes d’orthographe comprises (« Rend l’art », franchement… Pas de « s », et prononcer le mot « art », lol, j’aurais plutôt parlé de « lard », moi…). On comprend aussi que le « no future » inscrit sur son ventre est surtout pour elles, ces féministes no-kids qui ont mal calculé et se retrouvent gros jean comme devant passée la cinquantaine.

Des féministes de la Mairie de Paris avaient demandé en 2018 le retrait de cette pub Aubade

Ce féminisme trash qui cultive la haine de la beauté et la haine de soi en croyant éradiquer le « male gaze » (le regard masculin désirant) livre un combat dans lequel peu de femmes équilibrées peuvent réellement se retrouver. Vouloir exclure l’image de la femme du champ de la séduction, de l’esthétique, de toute forme d’art autre que les pires productions de l’art contemporain (avec ses impératifs ultra-conformistes de transgression, de laideur, de culte du vomi, etc.), est un petit jeu qui plait beaucoup à la « gauche culturelle » (ou « inculturelle »), certes, mais à elle seule. Et son champ se rétrécit de jour en jour : les César 2021 ont connu le pire flop d’audience de toute leur histoire. Ils ont beau avoir tout misé sur le buzz médiatique de leurs provocations, le résultat sera le même : le 7e Art s’est fait cracher dessus l’autre soir et les français sont désormais plus nombreux que jamais à rêver de les voir tous disparaître. Beaucoup ne sont pas à la veille d’acheter un ticket pour retourner s’assoir dans une salle obscure (surtout pour se taper un de leurs navets moralisateurs à base de féminisme, gauchisme, racialisme, lesbianisme à toutes les sauces et autres niaiseries sans cesse recyclées). Adieu, les fossoyeurs !

La guerre du néo-féminisme aux femmes

Ces tendances vues aux César sont probablement aussi à mettre en lien avec l’émergence d’une nouvelle ligne chez les néo-féministes, une ligne qui, après voir déclaré la guerre à la masculinité, la déclare désormais ouvertement à la féminité. Car le néo-féminisme n’aime ni les femmes ni la féminité ; il ne veut d’ailleurs même plus prononcer le mot « femme » : une femme est aujourd’hui seulement une « personne qui menstrue ». Un professeur de genre au Canada s’est faite attaquer récemment parce qu’elle avait prononcé en cours les mots « homme » et « femme ». On se souvient également de ce genre d’affiches pour un week-end néo-féministe l’automne dernier : du gras, des poils, du muscle, des looks hommasses. Exit toute forme de féminin ou de féminité, des concepts en passe de devenir définitivement tabous :

J’avais évoqué cet événement dans cet article : [Désespoir féministe] – Incelles et vénères, les néofems nous font visiter leur enfer.  Il fait assez peu de doutes pour moi que sur le fond, toutes ces tendances s’inscrivent dans la même ligne désespérée.

[à suivre…]

  • Voir aussi :

. Sur Catherine Deneuve :

[« Féminité toxique » ?] – Harcèlement scolaire : la part des filles

La tragédie qui fait l’actualité ces jours-ci, le meurtre prémédité de la petite Alisha, 14 ans, par un couple de jeunes barbares (un garçon dont on a vu la malheureuse mère à la TV et une fille dont on protège soigneusement l’identité), 15 ans tous les deux, jette une lumière crue sur le harcèlement scolaire et la part qu’y prennent les filles. Mais avec, comme toujours, un traitement différencié : on glose à n’en plus finir sur la toxicité des garçons tout en prenant soin de balayer sous le tapis celle des filles. C’est le cas d’Anne-Liz Deba, brillante jeune femme qui parle très bien du harcèlement qu’elle a subi, mais qui curieusement, ne mentionne le sexe de ses harceleurs que pour parler d’un groupe de garçons en 3e. Son harcèlement a cependant commencé en 6e, puis s’est poursuivi en 5e, puis en 4e, etc., mais il ne s’agissait toujours que de « personnes » : à aucun moment, l’intervieweuse de BFMTV ne lui demande non plus de préciser le sexe de ses harceleurs. J’ai trouvé cela un peu curieux. Il est vrai que, au lendemain de la Journée de la Pleurnicherie Universelle, cela aurait fait un peu tache, après avoir été bien obligés d’ouvrir les journaux du 8 mars par les aveux du scandaleux mensonge de la collégienne qui a abouti à la décapitation de Samuel Paty, de poursuivre dès le lendemain en examinant l’implication d’une fille dans l’assassinat d’une autre fille ou sur la part féminine, non négligeable, du harcèlement scolaire.

Les filles sont aussi des harceleuses

Je vais commencer par mon témoignage personnel, puisqu’il se trouve qu’en classe de 5e (j’avais 11 ans), j’ai eu à subir des violences de ce type. Tout était parti d’une broutille sur le chemin du retour de l’école, lorsqu’une fille, plus âgée que moi et inconnue (elle devait être dans une classe supérieure et de toutes façons, je ne connaissais personne, étant arrivée quelques mois plus tôt dans cette ville où mon père s’était fait muter pour un an) ; cette fille, donc, m’avait provoquée en me demandant de porter son cartable. J’avais refusé. Il s’en est alors suivi une traque qui a duré des semaines : au retour du collège et alors que je devais emprunter des sentiers de traverse dans un quartier en construction pour rentrer chez moi, elles me tombaient dessus en bande et nous nous battions à coups de poings, de pieds et de cheveux arrachés. Une fois, elles m’ont même capturée et entraînée dans un terrain vague, une sorte de no man’s land où elles m’ont bandé les yeux et attachée à une carcasse de landau. Je les entendais glousser et s’activer, puis j’ai senti une énorme brûlure sur mon visage : elles y faisaient couler de la cire fondue au moyen d’une bougie – on notera le raffinement, tout féminin, du supplice. Elles ont continué à rire puis sont parties en courant, me laissant me dépêtrer seule du landau et rentrer chez moi. C’est un souvenir brûlant et je n’ai aucun besoin d’une Muriel Salmona pour le faire remonter de ma mémoire. Bon, je m’en suis remise (j’ai quand même redoublé ma 5e ; je m’étais laissée couler en classe, pour diverses raisons, alors que j’étais jusque là une plutôt bonne élève) et peut-être en ai-je gardé la conviction, encore inconsciente à l’époque, que la « sororité » était une bonne blague – pour ne pas dire un tas de merde (je conchie vigoureusement ce concept, comme je l’écris régulièrement sur ce site).

De fait, mon histoire de harcèlement est tout à fait classique, puisqu’elle coche les cases les plus caractéristiques du genre : enfant isolé qui vient d’arriver dans un nouveau collège, petit côté intello, âge de 10-11 ans et surtout profil de la « cheftaine de bande », récurrent dans les témoignages.

Des années plus tard, j’ai vu mes propres enfants, une fille et un garçon, subir eux aussi des actes de harcèlement et de moqueries, tous deux vers l’âge de 10 ans ; actes impliquant aussi des filles. Il va de soi que les garçons harcèlent aussi et je ne doute pas que ce soit un comportement partagé à égalité par les deux sexes – avec peut-être même une prévalence féminine, mais on ne le saura jamais, car on peut compter sur les féministes pour minimiser et occulter l’implication des filles… quand ce n’est pas la retourner complètement et prétendre que si elles sont harceleuses, c’est forcément de la faute des garçons ou du « patriarcat ». C’est faux, mon seul témoignage démontrant le contraire : il n’y a jamais eu le moindre garçon dans cette bande de pisseuses et je doute, vu leur niveau de violence, qu’elles les craignaient particulièrement. Il semble assez récurrent de toutes façons que les filles harcèlent majoritairement des filles et les garçons des garçons, le harcèlement scolaire étant une forme assez primitive de compétition intra-sexuelle.

La réalité du harcèlement féminin

Le sujet du harcèlement féminin est évoqué au détour d’un paragraphe dans cet article, « Différences entre les sexes : Darwin avait raison » (Le Point, 12 juin 2019) et j’espère que c’est un sujet qui sera amené à être exploré plus avant, malgré la doxa féministe victimaire : « Autre exemple de différence marquée : les troubles mentaux comme la dépression et l’anxiété, qui touchent en moyenne deux fois plus les femmes que les hommes. Les travaux analysés par Archer révèlent un lien avec l’importance accrue que les relations sociales revêtent pour les femmes. À l’adolescence, la dépression est aussi corrélée à l’agression indirecte (ragots, médisances, ostracisation), dont font davantage usage (et sont davantage victimes) les femmes ». J’avais vu passer il y a un an ou deux ans un article d’un journal canadien sur ce phénomène du harcèlement féminin, mais impossible de le retrouver (si quelqu’un le connaît, merci de me le signaler 😉 ).

« Quand c’est une fille qui harcèle une autre fille, c’est forcément qu’elle est victime du patriarcat » (ben voyons)

C’est pourtant l’angle souvent retenu pour relater ces affaires : « En primaire, j’ai frappé une fille de mon école pendant un an », se souvient Emma, qui travaille aujourd’hui dans la haute couture. « Je l’injuriais, je la bousculais, je lui donnais des claques. Elle était toute petite, elle avait de l’argent, des fringues de marque. Cela a suffit pour faire d’elle mon défouloir ».  Et l’article de tout mettre quand même sur le dos du père d’Emma: « Son père est parti, la laissant seule avec sa mère et son grand frère. Les temps sont durs : l’argent manque, la maman, souvent absente, travaille beaucoup, et Emma s’enfonce dans la dépression, sans que personne ne s’en aperçoive. » Ben oui, une fille ne peut pas être foncièrement méchante, sa nature étant le bien par définition. Sauf que ce n’est pas aussi simple que cela.

Une autre fille témoigne avec honnêteté que son comportement de harceleuse était seulement lié à sa personnalité dominante et très sûre d’elle : « Je chantonnais aussi à tue-tête au milieu de la cour un chant raciste à l’intention de mon camarade Mohammed… En CM2, j’ai pris le soin de voler l’amoureux de ma meilleure amie. Pour passer le temps, je liguais mes copines les unes contre les autres. (…) J’ai aussi, pour le plaisir, giflé si fort Louis, un amoureux, que ses lunettes en sont tombées de son nez en pleine classe. Là, l’enseignante m’avait remise à ma place. Toutes ces choses, je les ai faites juste pour le fun. Harceler était mon hobby. Et même quand une amie m’a dit qu’une de mes cibles pleurait la nuit à cause de mes remarques, je n’ai pas changé de comportement ». Le « patriarcat » a bon dos…

Autre exemple, dans cet article : « Ma fille est accusée de harcèlement scolaire », où l’on a affaire à une famille parfaitement équilibrée, avec la présence d’un père. La gamine harceleuse, 10 ans, explique : « J’avais l’impression que Marie allait me voler Suzanne, alors j’ai pensé que le plus simple c’était de l’éloigner de la bande. » Marie termine à l’hôpital, complètement détruite pour de banales histoires de jalousie et de possessivité, donc, comme c’est hélas fréquent chez les filles. Filles que l’on retrouve encore dans l’exemple tragique relaté par la mère : « À la télé, les reportages passent en boucle avec le témoignage poignant de cette mère qui a créé une association parce que sa fille Margot s’est pendue après avoir été moquée pendant des mois dans son école par sa rivale, à la tête d’une bande de trois harceleuses. » 

Et c’est en effet une réalité bien connue, y compris des tribunaux : « Harcèlement scolaire : « Elles lui ont écrit qu’elles allaient la tuer », et de fait, les deux collégiennes de 11 ans sont mises en examen : « tout s’est passé dans l’enceinte d’un collège mosellan, dans une classe de sixième, à l’intérieur d’un groupe de filles qui n’a pas accepté l’arrivée d’une élève qu’elles ne connaissaient pas ». Tout simplement. Les témoignages de harcèlement féminin ont beau être légion sur internet (« Enjoy Phoenix : ses harceleuses refusent de s’excuser » ; « La réponse parfaite d’une petite fille à ses harceleuses »; « Harcelée au collège, Élisa, 15 ans, souffre d’anorexie : « J’ai failli y passer »: « Mes amies, qui n’étaient en fait pas mes amies, passaient leur temps à me dire que j’avais un physique disgracieux, que j’étais grosse, que je ne trouverais jamais de petit copain », raconte la jeune fille », etc., malgré tout, rares sont ceux qui osent vraiment travailler le sujet.

À ma grande surprise, MadMoiZelle livre un article plutôt objectif sur le sujet, ses auteurs n’ayant pu trouver, malgré tous leurs efforts, le moindre angle pour blâmer le patriarcat : « Harcèlement scolaire : parole aux ‘harceleuses' » (elles ont quand même mis des guillemets à « harceleuses », tant c’est une réalité difficile à accepter pour elles). Mais la neutralité de l’article est d’autant plus appréciable que cette production « scientifique » (« Harceleurs et harcelés : des expressions du mal-être différentes », 2016) fait pour sa part une conclusion nettement plus polluée par les études de genre et qui a va à l’opposé de leurs proches chiffres. Alors que ceux-ci montrent que les garçons sont davantage victimes de harcèlement que les filles, ils concluent quand même que ce sont ces dernières qu’il faut davantage protéger, même quand elles sont harceleuses… Il y a donc encore du boulot…

[à suivre…]

  • Voir aussi :

. Peggy Sastre – Conflans, Argenteuil : deux cas de « féminité toxique » (Le Point, 12/03/21)

[Victimes professionnelles] – Les féministes et la « charge mentale »

On croyait avoir entendu toutes les jérémiades possibles et imaginables au sujet de la dernière oppression imaginaire à la mode chez les néoféministes, la « charge mentale »… mais France Culture vient encore de repousser les limites. Alors que dans la vraie vie, les hommes font le ménage depuis longtemps – j’en connais beaucoup, tout autour de moi, qui l’ont toujours fait, et bien fait, y compris jusqu’à l’obsession, – et qu’un très grand nombre s’y est mis plus récemment, au point que même Le Monde leur consacre enfin un article objectif : « Ils nettoient, repassent, étendent le linge : de plus en plus d’hommes donnent un coup de balai aux stéréotypes » (29/01/21), les hystériques de service sur France Culture s’étouffent et hurlent à qui mieux mieux au « patriarcat et au paternalisme », ne pouvant supporter un seul instant de devoir renoncer à leur meilleur sketch de pleurnicheuses professionnelles. À ce niveau de bêtise et de mauvaise foi, on devrait avoir le droit de parler de paranoïa et de bouffées délirantes : dans ce billet bouffi de ridicule, la « philosophe » de France Cul nous explique que les hommes « transcendent » le ménage « en expérience paternaliste au nom d’un bouleversement du patriarcat, gneu gneu gneu » (ce qu’on comprend surtout, c’est que l’idéologie féministe finit par être pathogène pour le cerveau). 

Mais qu’en est-il réellement de cette fameuse « charge mentale » dont les pleureuses subventionnées nous rebattent en continu les oreilles depuis 2017 ?

La « charge mentale », c’est le temps et l’énergie (l’investissement personnel) que les femmes consacrent à la « tenue du foyer », c’est-à-dire au soin des enfants et au ménage – avec les préoccupations afférentes. Et les féministes se sentent, comme à leur habitude, lésées, puisque leur conception de l’égalité ne peut s’entendre que dans l’indifférenciation des sexes : toute perspective de différences ou pire encore, de complémentarité des sexes, les rend complètement folles :

(citation tirée de cette interview)

Il était évidemment à prévoir qu’en tant que féministes égotiques et haineuses, y compris de tout ce qui se rapporte à leur propre progéniture, elles allaient en faire des cacas nerveux – dès qu’il faut se préoccuper d’autre chose que de son nombril, la féministe hurle et répand ses habituels torrents de larmes et de plaintes. Elle va alors faire une fixation sur les corvées ménagères et harceler son homme pour qu’ils fasse tout ou presque à sa place, transformant sa vie de couple ou de famille en un enfer de récriminations où chaque geste sera épié, décortiqué, pesé, soupesé, contrôlé, comparé, critiqué, où la mesquinerie le disputera sans relâche à l’acrimonie – pour s’étonner ensuite de se se retrouver, ou de rester, célibataire. Derrière la « charge mentale », on retrouve aussi l’obsession féministe de transformer les hommes en femmes, puisque c’est exclusivement depuis le point de vue de leur propre nombril (ou de leur vagin) qu’elles envisagent l’humanité dans son ensemble. Avant de recenser toutes les incohérences de ces récriminations, demandons-nous d’abord pourquoi les femmes font globalement un tel foin du ménage, et pourquoi elles s’en soucient depuis toujours davantage que les hommes.

. Darwinisme et « charge mentale »

Comme toujours, c’est Peggy Sastre qui en parle le mieux, dans son livre Comment l’amour empoisonne les femmes, Paris, 2018, ou dans cet article en ligne, « 30 000 ans de charge mentale : et après ? », Brain Magazine (08/03/18) : « Ce rapport sexuellement différencié au ménage peut se résumer ainsi : les femmes nettoient pour que la maison reste propre, les hommes pour qu’elle arrête d’être sale. Quand l’enfant paraît, il y a un creusement de ce fossé comportemental entre hommes et femmes. Les raisons scientifiques, c’est que les femmes ont plus intérêt à protéger leur foyer, d’un point de vue hygiénique. Comme ce sont elles qui portent les enfants, ce sont elles qui ont le plus à craindre la saleté et les pathogènes. Elles ont été sélectionnées par l’évolution pour accorder une attention plus forte à ceux-ci que les hommes ». Elle ajoute cependant : « Il y a tout un spectre de comportements entre les deux pôles masculins et féminins, ce n’est pas du tout binaire. Il y a des hommes qui aiment beaucoup faire le ménage, des femmes qui détestent cela. Mais d’un point de vue global, les femmes ont beaucoup plus à craindre le jambon moisi dans le frigo que les hommes. »

À ces différences de comportement, il y a naturellement une cause biologique, hormonale : « Ce qu’on observe dans toutes les études scientifiques sur ce sujet, c’est effectivement que les femmes sont plus fortement dégoutées, par exemple par les excréments, les vers ou la morve. Cette plus forte proportion au dégoût est modulée par une hormone féminine : la progestérone. » Et quand l’enfant paraît, « il y a une division du travail qui se fait assez spontanément. » Schématiquement, les hommes vont chercher l’argent et les femmes se consacrent aux enfants et ce, dans tous les milieux et quelque soit le niveau d’éducation ; c’est quelque chose d’universel qui échappe aux injonctions sociétales.

Peggy Sastre rappelle également que paradoxalement, ce sont les hommes qui effectuent les métiers les plus sales : « Si les femmes sont, relativement aux hommes, plus sensibles à la saleté quotidienne, elles s’éloignent cependant de la saleté « à risque ». Quand les risques supplantent les bénéfices du nettoyage individuel, elles s’en extraient. C’est pour cela qu’on voit que les métiers liés à l’hygiène et qui sont très risqués au niveau pathogénique – comme les égoutiers, les métiers dans les stations d’épuration, les éboueurs – sont des métiers très majoritairement effectués par des hommes. » Inversement, et comme attendu, les femmes sont toujours attirées par les professions en lien avec le care ; c’est le fameux « paradoxe norvégien » qui démontre que plus les femmes sont libres de choisir leur orientation, plus elles choisissent des professions féminines stéréotypées, en rapport avec leur biologie.

En résumé et comme toujours, les féministes sont aveugles au pouvoir de la biologie et de leurs propres hormones, ne réalisant jamais que, même en faisant du féminisme radical, elles ne sont que le jouet de leurs influx hormonaux.

  • Charge mentale et control freaks

La « charge mentale » illustre aussi la tentation féministe de l’hypercontrôle à l’égard des hommes. Dans cet article, « Moi, les hommes, je les aime », la sociologue Thérèse Hargot avait évoqué cet aspect, soulignant deux points principaux :

  1. Les hommes savent résister et être libres, sans être esclaves de leur besoin de reconnaissance : « Prenons par exemple ce que l’on nomme souvent l’« égoïsme masculin » qui s’évalue désormais au travers d’une notion sociologique imposée par les féministes : « la charge mentale », ce « poids psychologique » que représente l’ensemble des tâches domestiques et éducatives, reposant principalement sur les femmes. J’aime les hommes parce qu’ils sont capables de dire « J’ai pas envie », et de ne pas le faire. D’abord, c’est vrai, ça m’a révoltée. « Moi non plus, j’ai pas envie de faire les machines, les repas, les courses. On s’en fiche de nos envies, tu entends ça ? On doit le faire, c’est tout. Et il faut bien que quelqu’un s’y colle ! », ai-je pu si souvent crier. Jusqu’au jour où j’ai compris la raison de mon énervement : ils s’autorisent ce que je ne m’étais jamais autorisé à faire, m’écouter, vivre mes envies. Quitte à dépérir intérieurement, quitte à m’épuiser littéralement. Imaginer ce que les autres attendaient de moi, imaginer ce qui leur ferait plaisir, imaginer ce qu’il serait bien moralement de faire et m’y conformer, pour tout ça, j’excellais. Dans les faits, j’attendais toujours un « merci », un « tu es formidable » et de mes enfants, un « tu es une super maman ». Je me pensais généreuse, dans le don de moi-même, « femme-courage », « femme-dévouée », « femme-aimante », alors que j’étais totalement centrée sur ma quête de reconnaissance, mon besoin de validation : « Dites-le que je suis quelqu’un d’aimable ! », parce que dans le fond, la seule à en douter, c’était moi. « Si tu changes, si tu t’investis davantage dans les tâches ménagères, si tu me remercies et si tu reconnais tout ce que je fais pour nous, alors moi j’irai mieux », penser cela était mon erreur. »

    Il s’agit là du « surinvestissement domestique et sentimental » dont parle Peggy Sastre dans Comment l’amour empoisonne les femmes. On peut parler aussi du perfectionnisme des femmes et de leur plus grande difficulté à gérer leur temps (ce sont encore les hormones qui sont en jeu, avec la chronobiologie) : « Charge mentale : « Le perfectionnisme domestique étouffe les femmes » (Le Figaro, 07/02/18). Cet article rappelle aussi que la charge mentale est de nos jours autant partagée par les hommes que par les femmes, mais que ces derniers ne passent pas leur vie à s’en plaindre.

    Il faut rappeler également la difficulté qu’ont la plupart des femmes à déléguer les tâches ménagères, peut-être parce que c’est en elles de faire ces choses plus soigneusement. Même moi qui ne suis vraiment pas une obsessionnelle de la chose, je suis obligée de repasser derrière mon mari quand il étend le linge, puisqu’il le pose en gros paquets tous chiffonnés sur l’étendoir à linge – mais cela m’a toujours fait rire, il n’y a vraiment pas de quoi en faire un cake ! Il faut relever ici le côté très anxieux de beaucoup de femmes et comprendre que ces histoires de « charge mentale » ont souvent à voir avec la psy, la dépression et l’anxiété, l’autre visage du féminisme.

2. Elle relève ensuite un second point, crucial à mes yeux : le problème est typiquement féminin, car il réside dans le profil largement partagé de « control freak » : « Vivre avec un homme à l’état d’esprit différent du mien m’a permis de comprendre que le changement, c’est à moi de l’opérer. C’est à moi d’arrêter de culpabiliser, à moi de lâcher-prise, à moi d’accepter l’imperfection, à moi de me rassurer quant au fait que je suis aimable. En vérité, la « charge mentale », c’est une création de l’esprit dont souffrent les femmes « control freak », angoissées par l’idée de mal faire, ne supportant pas que les choses soient faites autrement qu’elles les avaient pensées, empêtrées dans leur besoin de réassurance narcissique empêchant, de ce fait, à l’homme de s’investir à part égale dans le foyer. Ce n’est pas une création d’un patriarcat, le problème n’est pas chez les hommes, il est à résoudre chez les femmes. »

Et en effet, le néo-féminisme est très clairement une affaire de control freaks, c’est-à-dire de femmes hypercontrôlantes, d’hégémoniques en quête de domination. Ce trait psychologique se retrouve dans tous les domaines qu’elles entendent régenter, en particulier dans leur volonté obsessionnelle de « rééduquer » les hommes ou, comme elles disent aujourd’hui, de les « éveiller » (le wokisme). Si elles pouvaient diriger en matrones ou en mères supérieures des camps de rééducation pour les hommes, elles se précipiteraient pour le faire :

Personnellement, je mets ces visées rééducationnelles sur le compte d’un désir de maternité refoulé et de ce fait projeté sur tous les hommes, que ces néofem en mal d’enfants considèrent comme des êtres immatures ayant besoin de leurs lumières éducatives. Ou comme leurs chiens, qui sait ? Les chiens sont, selon les éthologues, des petits loups domestiques ayant conservé à vie des caractères de louveteaux ou de bébés ; c’est ce que l’on appelle la pédomorphose, c’est-à-dire « la rétention à l’âge adulte de traits typiquement juvéniles ». Ce qui expliquerait le côté « petit animal mignon » et attendrissant des chiens et possiblement la propension qu’ont les femmes à « bébéfier » et materner ces derniers (ce n’est pas une critique, je suis comme ça aussi avec le mien). Et qui sait, pour les féministes, les hommes également ? Les néofem sont idéologiquement anti-maternité et oeuvrent consciencieusement, consciemment ou inconsciemment, au déclin démographique de tous les pays où le féminisme est dominant. Il ne serait alors pas si étonnant de les voir reporter leur manque de maternage et leurs rêves refoulés d’éducatrices sur leurs compagnons à deux comme à quatre pattes.

Il faut ajouter à cela le pénible côté maniaque, obsessionnel et dépressif de certaines femmes en manière de ménage, confinant souvent aux troubles anxieux voire aux TOC. Si en plus la femme est féministe, j’imagine l’horreur pour le pauvre mari !

  • Paradoxe féministe : les femmes (et les féministes) préfèrent les machos

Le cinéma des féministes sur le partage obligatoire des tâches ménagères relève en réalité d’une forme de dissonance cognitive assez récurrente chez elles. Car dans les faits, elles méprisent et fuient les hommes qui font le ménage ou qui voudraient tenir le poste d’homme au foyer. L’exemple qui suit est tout à fait emblématique :

Parce que dans la vraie vie, ça se passe comme ça, y compris dans les banlieues et chez les fans de PNL (dont je suis au passage moi aussi ! )

Dans la vraie vie, les femmes continuent à attendre d’un homme qu’il apporte des ressources au foyer et que son ambition aille bien au-delà du ménage. En réalité, ce que veulent les féministes, c’est le beurre et l’argent du beurre. Elles veulent un homme qui fasse tout : travailler à l’extérieur, les élever socialement, leur rapporter de l’argent ET faire les courses et s’occuper des enfants. En gros, elles veulent juste être des petites princesses avec un homme à leur service complet (air connu…).

De plus, dans les faits, les femmes, y compris les féministes, restent prioritairement attirées par les machos et les « pervers narcissiques » – pour des raisons biologiques et culturelles que j’ai abordées dans d’autres articles (« [Des souris et des hommes] – Féministes et « pervers narcissiques » : l’amour sorcier » et « Féministes et pervers narcissiques, les liaisons dangereuses« ). Et il s’agit généralement d’hommes qui ne font pas beaucoup le ménage ! Seraient-ils, comment dire… plus sexy ?

Confirmation de ce que j’écris : « Je suis féministe mais j’aime avoir des rapports sexuels avec un macho, pourquoi ? » (Europe 1, 05/02/21)

  • Paradoxe féministe (suite) : plus les hommes sont de corvée ménagère et plus les couples explosent !

Eh oui ! Plus les femmes cassent les couilles de leur mec pour qu’il fasse le ménage et plus elles risquent de voir leur mariage partir en sucette. C’est ce qu’a fait ressortir une vaste étude norvégienne intitulée « L’égalité à la maison » et relayée dans cet article : « Plus un homme aide à la maison, plus il risque le divorce » (Sud-Ouest, 27/09/12). L’étude a en effet montré que « plus les tâches ménagères étaient réparties équitablement dans un couple, plus les risques de divorce étaient élevés«  ! Contre-intuitif, n’est-il pas ?

Les auteurs de l’étude n’osant pas – politiquement correct exige – explorer trop profondément le lien de causalité entre les deux faits, ils se contentent de mettre sur le compte de la « modernité » de ces couples le fait qu’ils soient moins stables. On peut tout de même conclure que les couples répondant le plus aux critères féministes sont des ménages davantage voués à l’échec pour un ensemble de causes dont le partage des tâches ménagères ne serait qu’un aspect. On peut en déduire facilement que la féministe est tellement casse-couille dans tous les domaines de la vie de couple que peu d’hommes peuvent y survivre bien longtemps. Le féminisme est de toutes façons un facteur de célibat assez facile à repérer, même si aucun sociologue (étant quasiment tous des féministes de gauche) n’ose publier de recherches sur le sujet – on ne trouve sur le net que des témoignages de féministes dans le déni (« Chuis féministe radicale, célib et malheureuse, mais ça n’a rien à voir avec mon féminisme, hein ! »).

Le chercheur norvégien reconnait tout de même une causalité « dans les marges » entre divorce et répartition « égalitaire » des tâches : « On peut plus facilement se chamailler si on a les mêmes rôles et si on a le sentiment que l’autre ne fait pas sa part » – et c’est précisément ce qui se passe avec les féministes et leur comptes d’apothicaires dans tous les domaines – car la féministe confond toujours les relations H/F avec un contrat de travail, un exercice comptable ou un acte notarié. Elle passe donc sa vie à calculer, comparer, compter et recompter, se plaindre et récriminer, invoquant sans fin la « charge mentale » et le « patriarcat » tout puissant.

L’étude conclut que si dans sept couples sur dix, c’est la femme qui effectue le plus de tâches ménagères, « elles se satisfont globalement de cette situation et que leur niveau de bonheur en général est très proche de celui des femmes de couples dits « modernes ». » Eh oui, la clé du bonheur conjugal n’est donc pas dans le partage imposé des tâches ménagères… Qui l’eût cru ?

Comme le font aussi remarquer les hommes, non seulement « la femme ne voit pas le travail qui est fait, elle ne voit que ce qui n’est pas fait », mais la plupart des tâches effectuées par les hommes ne sont jamais considérées comme des tâches… Les pneus crevés, le bricolage, la plomberie, vidanger le siphon, tout ces travaux masculins sont systématiquement ignorés et méprisés. Les femmes se focalisent exclusivement sur le partage des tâches ménagères sans jamais proposer leur aide pour les gros travaux – puisque la seule chose qui les intéresse est d’imposer leur imperium sur les hommes et de les transformer en femmes, leur unique critère du juste et du bien.

On peut encore déduire de tout ce qui précède que la « charge mentale » et les récriminations qui l’accompagnent servent régulièrement de prétextes tout trouvés pour accabler un homme qu’on a de toutes façons décidé de quitter – comme dit le proverbe, « quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage ». Avec cet argument imparable, les femmes trouveront facilement toutes les tares possibles et imaginables à leur compagnon.

  • Le progrès technique qui a soulagé les femmes des VRAIES corvées ménagères est exclusivement le fait des hommes

C’est l’aspect le plus ridicule de ces récriminations. Plus les corvées ménagères se sont réduites comme peau de chagrin, plus les progrès techniques ont délivré les femmes de la charge domestique et plus les féministes hurlent à l’oppression. Comme je l’écrivais dans « La glossolalie féministe ou le syndrome du hamster », la féministe du XXIe siècle n’a toujours pas remarqué que le monde avait changé et qu’elle ne vivait plus dans les années 1950. C’est fini, le temps des lavandières où les femmes allaient toutes au lavoir une fois le printemps venu, agenouillées pendant des heures dans des cales de paille et de bois, leur battoir à la main, tapant des journées entières sur les draps de la ferme qui attendaient depuis l’hiver d’être lavés ! Ma grand-mère a connu ça dans la campagne bretonne. Les femmes ne s’en plaignaient même pas, d’ailleurs, elles adoraient ces journées de retrouvailles, à bavarder toute la journée entre copines et voisines. Les ingénieurs qui ont mis au point la machine à laver le linge ont en réalité bien plus fait pour la condition féminine que trois générations de féministes ! Mais aujourd’hui madame tape sa crise parce que c’est son tour de mettre le linge dans le tambour et d’appuyer sur le bouton : je maintiens que c’est juste totalement ridicule !

Les féministes sont systématiquement aveugles à tout ce qu’elles doivent aux hommes. Elles oublient évidemment que leur libération sexuelle, elles la doivent aussi à un homme, celui qui a inventé la pilule en 1956, Gregory Pincus. La vérité, c’est que sans tous ces hommes, les féministes auraient beaucoup moins de temps pour pleurnicher H24 contre le patriarcat. C’est ce qu’écrivait Camille Paglia : « Nous pourrions faire un catalogue épique des réalisations masculines, que ce soit les rues pavées, les installations sanitaires, les machines à laver ou encore les lunettes de vue, les antibiotiques et les couches jetables.(…) Si la civilisation avait été laissée aux mains des femmes, nous habiterions encore des huttes de paille. (…) Il est hypocrite pour les féministes et les intellectuels de jouir des plaisirs et des commodités du capitalisme tout en les dénigrant. (…) Rendez à César son dû. » (in Introduction à Personas Sexuelles, Laval : Hermann, 2017, p. 113-114)

Petit clin d’oeil amusant, on notera que même le marketing pro-femme récent, à travers la campagne de lutte conte le cancer du sein « Thinkpink » (2020), n’hésite pas à recourir aux vieux stéréotype de la femme qui fait la lessive, en associant la couleur rose, la femme et le lave-linge. Les féministes radicales se sont encore étouffées, moi j’ai juste souri.

Campagne Whirlpool / Thinkpink (2020). Lave-linges vendus aux enchères contre le cancer du sein
  • En conclusion : la « charge mentale », c’est surtout une bonne occasion de pleurnicher à vie et de se victimiser pour ne pas disparaître

Car que resterait-il aux féministes contemporaines qui vivent dans le confort grâce aux progrès techniques masculins (l’ingénierie à laquelle elles la doivent étant toujours essentiellement masculine, pour des raisons qui tiennent au cerveau masculin, ne leur en déplaise), si elles n’inventaient pas sans cesse de nouvelles raisons de se victimiser ? Quand les hommes inventent des progrès techniques pour soulager les femmes des corvées ménagères, les féministes s’inventent en retour des oppressions imaginaires pour les remercier.

On conclura sur l’inanité totale de cette « charge mentale », dans la mesure où le célibat étant en augmentation chez les deux sexes (grâce, en partie, à la guerre des sexes promue par le néoféminisme), le partage des tâches se pose donc de moins en moins. Mais plus un problème est microscopique et plus les féministes en font des caisses. C’est la définition même du néoféminisme : s’inventer des oppressions en cascade pour ne surtout pas disparaître.

[à suivre…]

  • Voir aussi :

[La paille et la poutre] – Éliane Viennot, le féminisme et la misogynie

Éliane Viennot entend donner des leçons de morale féministe aux femmes qui résistent à ses injonctions victimaires, allant jusqu’à les traiter de « femmes misogynes ». Revenons un instant sur ce mauvais procès et voyons qui est la plus misogyne des deux.

Je fais référence ici à sa tribune parue le 12 mars 2020 dans Libération, « Les femmes misogynes sont déprimantes, mais elles ne sont pas nos ennemies », écrite en réaction aux femmes qui avaient critiqué le cirque ridicule d’Adèle Haenel aux Césars 2020. Précisons d’emblée que personnellement, je n’ai pas de problème à être l’ennemie d’Éliane Viennot et que je me contrefiche de son absolution ou de son pardon. Quand je dis « ennemie », c’est sur le plan intellectuel et non pas personnel, cela va de soi,  puisqu’il s’agit exclusivement d’un combat d’idées, parfaitement licite, n’en déplaise à tous les tenants gauchistes de la censure qui ne supportent pas que l’on puisse penser différemment d’eux (je ne suis pas près d’oublier les paroles de cet imbécile de Lagasnerie sur France Inter : « J’assume totalement le fait qu’il faut reproduire un certain nombre de censures en vérité dans l’espace public pour rétablir un espace où les opinions justes prennent le pouvoir sur les opinions injustes »). Bref.

Éliane Viennot confond évidemment « femme critiquant les délires du féminisme » avec « misogyne » – une faiblesse intellectuelle tristement partagée dans le monde du féminisme universitaire, que j’avais déjà abordée dans cet article : « La femme antiféministe, épine dans le pied des féministes ».

Éliane Viennot incarne à la perfection ce « choeur des vierges en treillis » que la géniale Annie Le Brun moquait déjà en 1978, ce troupeau de brebis parties mener leur combat d’opérette contre leur fantasme favori : « seule la domination masculine est au centre du combat », gna gna gna. La « domination masculine », cette imposture bourdieusienne qui n’existe que dans la tête d’É. V. et qui n’est dans les faits rien d’autre que ce qui lui permet de vivre grassement aux frais de la collectivité tout en racontant à peu près n’importe quoi : 

[Idéologie de la domination] – La supercherie du « patriarcat »

L’habituelle phraséologie victimaire est convoquée dans la tribune, depuis Polanski qui fait partie du « groupe des prédateurs » jusqu’à « l’empressement à faire allégeance » aux « dominants », en passant par la  « solidarité des oppresseurs », la « règle du masculin qui l’emporte sur le féminin » et autres balivernes téléphonées.

E. V., tout comme sa collègue, la grande intellectuelle féministe Camelia Jordana, n’a jamais digéré la fameuse « Tribune des 100 ».  Elle s’en prend donc à ses signataires, de même qu’à Natacha Polony et aux avocates qui ont dénoncé l’impossibilité de porter une autre parole (voir : « Marie Dosé : « La libération de cette parole est en train de confisquer les autres », France Inter, 9/03/20). Elle est aussi toute fière de nous apprendre qu’elle a consacré un développement aux « errements des femmes ‘éclairées’» de l’époque des Lumières.

Suit une explosion de colère assortie de chantage et de menaces : « Car c’est bien cela qui est révoltant. La haine de soi « de base », celle des femmes qu’on croise au boulot ou dans des cercles proches, on arrive parfois à la supporter. Celle des diplômées, celle des « arrivées », celle des émancipées qui crachent sur les héroïnes d’aujourd’hui, on n’y arrive pas. On se dit qu’elles devraient savoir, elles, que leurs positions, leurs diplômes, leur droit à s’exprimer, elles les doivent à d’autres femmes : à Christine de Pizan, à Marie de Gournay, à Olympe de Gouges, à Hubertine Auclert, à Simone de Beauvoir, à toutes celles et aux quelques ceux qui ont lutté pendant des siècles pour que les femmes puissent concourir pour les bonnes places, exprimer leurs talents, dire leur mot. On se dit qu’elles devraient être reconnaissantes, continuer la lutte, passer le relais, puisque l’égalité est encore loin. Ou fermer leur gueule, simplement. »

Bien. Je suis justement une femme émancipée, diplômée, « éclairée », etc., qui se reconnaît dans l’héritage des Lumières (et même beaucoup plus qu’elle et ses camarades néo-féministes qui conspuent l’universalisme H24). Mais je ne le dois pas plus à Olympe de Gouges ou Simone de Beauvoir qu’aux hommes qui ont contribué non seulement aux Lumières, mais à la construction de l’humanisme depuis la Renaissance et même bien avant ! Car c’est toute la civilisation occidentale judéo-chrétienne qui a porté l’égalité des sexes – on peut même remonter jusqu’à saint Paul, un fieffé misogyne pourtant, qui mettait les sexes sur un pied d’égalité dans la vie chrétienne : « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme » (Galates 3, 28). C’est aussi sur cette culture et sur ces textes que l’égalité des sexes s’est frayée un chemin jusqu’aux Temps Modernes !

Les femmes ne se sont pas dressées courageusement contre des hommes qui voulaient les maintenir ou les mettre en esclavage : ce sont ces derniers qui les ont invitées à les rejoindre dans leurs cercles au fur et à mesure que les avancées techniques, économiques et intellectuelles de la civilisation le permettaient, tout simplement !  Et c’est là toute l’histoire de l’Occident. Même dans cet article qui voudrait démontrer le contraire, « La longue marche des femmes de France vers l’émancipation », Scarlett Beauvalet-Boutouyrie est bien obligée de révéler en creux que la situation de la femme n’a pas toujours été la soumission et l’esclavage que prétendent les féministes – car les faits, eux, ne mentent pas (je fais le compte-rendu de cet article, et du ridicule dossier de l’Obs dans lequel il s’insère, ici). 

Après nous avoir intimé de « fermer notre gueule », la tribune bascule dans l’habituel délire névrotique féministe : « Aussi en vue soient-elles, ces femmes ne sont que des femmes. C’est-à-dire des victimes du patriarcat. » « Que » des femmes et qui plus est, « des « victimes de patriarcat » ! Comment peut-on être plus rabaissant, plus misérabiliste et plus ridicule ? C’est donc cela que l’université française enseigne aujourd’hui ? Quelle honte, quelle déchéance que ce victimisme pleurnichard juste bon à traiter toute femme de victime des hommes. Comment peut-on se dire intellectuelle et tenir des propos aussi stupides ? Cela ne peut que conforter tous ceux qui sont convaincus que l’entrée des femmes dans le monde du travail a fait partout baisser le niveau, baisser les salaires et à terme détruit les institutions. L’université est en train d’en payer le prix. Elle est désormais désertée par les forces vives de la jeunesse qui préfèrent payer des écoles de commerce privées parfois hors de prix plutôt que d’être exposés à cet enseignement officiel  de la misandrie – cette crétinisation des esprits, comme disait très justement Annie Le Brun.

La conclusion est amusante : « Oui, ces femmes-là sont misogynes, puisqu’elles n’hésitent pas à charger leurs semblables ». Eh bien, si c’est ça la définition de la misogynie, É. V. est elle-même misogyne, puisque c’est précisément ce qu’elle vient de faire, charger ses semblables qui ont l’outrecuidance de ne pas penser comme elle… Elle va sans doute venir ensuite nous bassiner avec sa « sororité », ce concept niais tout droit sorti des sectes.

Ce qu’elle dit juste après ne me concerne pas, n’étant pas féministe : « Et non, quoi qu’elles en disent, elles ne sont pas féministes, car le féminisme consiste à s’attaquer à la domination masculine et à ceux qui travaillent à la maintenir à flot. » Lol ! Puis elle continue à délirer, comme si toute femme était nécessairement victime des hommes ou du pseudo-patriarcat, ou encore trop bête pour se rendre compte qu’elle se tirerait dans le pied : « De telles femmes, tant que le patriarcat n’aura pas été aboli, les féministes en trouveront sur leur route – puisqu’elles (et ils) font reculer les dominants, effrayant celles (et parfois ceux) qui n’ont pas compris où sont leurs intérêts. » Et encore et toujours le ouin-ouin sur les « dominants », les « machos »… Il n’y a pas dire, ça vole haut, la réflexion dans le monde des études de genre…

Elle se pense entourée de guerrières « talentueuses, brillantes, courageuses » ; moi je vois surtout des parasites universitaires lobotomisé(e)s au conformisme affligeant, ne produisant plus que de l’écume. Comme l’écrivait rudement Camille Paglia : « Les grandes chercheuses (…) ont été formées par la discipline intellectuelle de la tradition masculine classique, et non pas par le sentimentalisme fadasse d’une indulgente sororité de pleure-misère, de laquelle n’a encore émergé aucun livre de premier ordre. Chaque année, les féministes fournissent de plus en plus de preuves pour soutenir la vieille accusation disant que les femmes ne peuvent ni penser ni écrire ».
[Camille Paglia, Femmes libres, hommes libres, Laval (Qc), 2019, p. 106].

[à suivre…]

  • Sur l’accusation bien pratique de misogynie, voir aussi :

  • Sur Simone de Beauvoir, tout aussi misogyne que féministe :

[Annie Le Brun] – « Des staliniennes en jupons » : la guerre au néo-féminisme (1978)

Au cas où cet extrait des archives de l’INA venait à être retiré de Facebook ou de Twitter, je donne ici une transcription de l’intervention d’Annie Le Brun, venue présenter dans l’émission « Apostrophes » du 10 février 1978 son ouvrage Lâchez tout, paru en 1977 :

Annie Le Brun : « L’ampleur de la révolte féminine de femmes comme Louise Michel, comme Flora Tristan, se trouve canalisée, caricaturée dans les limites d’un corporatisme sexuel qui nivelle toutes les différences pour imposer la seule différence des sexes. C’est pourquoi j’ai parlé de néo-féminisme par opposition au féminisme, dont le souci majeur était justement d’en finir avec tous les ghettos des femmes entre elles.
Ce que j’appelle le néo-féminisme trouve sa force dans le nombre et dans la similitude. Pour parler au nom de toutes les femmes, on cherche à effacer l’individualité de chaque femme – comme on a toujours cherché à effacer l’individualité de chaque femme et aussi de chaque homme indifféremment, au nom de Dieu, de la famille, de la patrie et même de la révolution. Les différentes solutions collectives de ce siècle, enfin, du genre ou fascisme, ou stalinisme, etc., nous ont au moins appris quelque chose : c’est qu’on n’est jamais assez délicat quand le nombre est brandi sous prétexte d’anéantir l’individu.
Les féministes actuelles, sous prétexte de libération, incitent les femmes à se rassembler pour endosser l’uniforme de leur sexe. Ces néo-féministes-là s’arrogent scandaleusement le droit de parler au nom de toutes les femmes. Et qu’en parlant au nom de toutes, elles en viennent à exercer un pouvoir idéologique.
Ce livre est un appel à la désertion en général, et en particulier des rangs du militantisme féministe. Parce que dans « militantisme », il y a le mot « militaire », et que pour ma part, je serai toujours du côté des déserteurs contre les armées en marche.

Bernard Pivot : Vous admettez que c’est un pamphlet ? Vous êtes dure avec ce que vous appelez les néo-féministes. Vous les appelez « staliniennes en jupons »…

Annie Le Brun : Oui… Pour moi, la question fondamentale est d’en finir avec les meutes hurlantes dont notre époque s’est montrée si féconde, à instaurer ce climat de récrimination continuelle, de suspicion systématique de l’autre. Parce que ça… Tout ce quez vous avez dit… Il y a quand même une suspicion systématique de l’homme, n’est-ce pas ? Et alors, on vient à refuser aux hommes et aux femmes le seul moyen qu’ils ont, ici et maintenant, de subvertir la misère des rapports humains. Car on les dissuade insidieusement de se rencontrer, voire de s’aimer et ça pour moi, c’est criminel.
On assiste à la mise en place d’une idéologie totalitaire en trois temps. Alors, premier temps, on désigne l’ennemi, l’ennemi commun : c’est l’homme, qui est considéré comme la négativité absolue. Et c’est un véritable terrorisme de la « femellitude ». Parce que je sais qu’il y a des femmes qui luttent réellement et qui sont scandalisées devant tant d’impostures et de sottises, mais qui ne le disent pas au nom de la cause des femmes. Alors ça, pour moi, c’est le terrorisme idéologique, ce genre de silence.

Bernard Pivot : Et vous allez jusqu’à dire que le néo-féminisme est une gigantesque entreprise de crétinisation ?

Annie Le Brun : Oui, parce que par exemple, tout à l’heure, vous avez assez habilement, Gisèle Halimi, éludé le passage qui concerne la censure dans le programme commun. Moi, je trouve ça assez grave, parce que quand on lit que dans les livres , l’histoire et la littérature vont être strictement – je ne sais plus la formule exacte –, vont être strictement contrôlés, alors…

Autre invité : Et l’enseignement aussi, strictement défini…

Annie Le Brun : Mais à en juger parce que j’appelle les néo-féministes, ce que j’ai déjà donné comme échantillons dans les purges, c’est Sade, c’est Baudelaire, c’est Lautréamont, c’est Miller, c’est Bataille, et puis c’est aussi Freud, c’est Breton, c’est Novalis qui vont tomber sous les coups de la bêtise militante.

Gisèle Halimi : Il y a en France une loi qui punit toute propagation, tout propos, toute image, tout film qui est raciste. C’est interdit d’avoir un propos raciste. Personne n’est venu dire ici : « Mais dites donc, la censure, vous lui portez atteinte, car après tout, on peut être raciste avec énormément de talent. Et au nom de la culture, on doit laisser parler aussi les racistes ».
Ce que je veux dire, c’est que notre proposition, elle n’est pas tellement originale. Je vais vous dire ce qu’on a fait, les juristes : on a pris la loi sur le racisme et on y ajouté, justement quand cela porte atteinte à la dignité de la femme. Si vous voulez, on a mis « sexisme », en gros, au lieu de « racisme ».

Bernard Pivot : Le problème, est-ce que ce n’est pas ennuyeux de mettre « sexisme » à la place de « racisme » ? Est-ce que c’est bien équivalent ?

Gisèle Halimi : Mais c’est ennuyeux pour qui ? Les femmes ont envie, justement, de conquérir leur droit à la dignité et au respect. »

***

  • Nous sommes donc en 1978 et absolument tout est en place : la misandrie néofem, le comportement militaire moutonnier des féministes, la tentation de guerre totale aux hommes, la destruction des rapports amoureux, la confiscation de la parole des femmes dissidentes dont les féministes s’arrogent le porte-parolat, l’entreprise de crétinisation générale, le désir de censure des auteurs masculins qui dérangent (l’actuelle « Cancel Culture »),… il ne manquait rien. Et au milieu de cette armée en marche, une femme seule, lucide et courageuse, dont les propos ont été balayés par le militantisme féministe – je n’ai jamais vu repasser une seule interview d’elle sur le néo-féminisme dans les médias grand public. J’ignorais même qu’elle avait créé le terme « néo-féminisme » en 1977.

On notera aussi l’argumentation fallacieuse de la méprisante Gisèle Halimi, avec le rouleau compresseur de la confusion racisme-sexisme, complètement hors de propos par rapport à ce qui venait d’être dit : incapable de répondre sur le fond, elle insinue qu’Annie le Brun est racisto-sexiste, ce qui n’a aucun sens.

La vague des mijaurées puritaines avait déjà déferlé – nous sommes à la fin de la « seconde vague » féministe, qui avait tourné au stalinisme et à la « bitophobie », comme disait Desproges à la même époque.


Pierre Desproges, in Les Réquisitoires du Tribunal des flagrants délires, Paris, Seuil, 2003 (Réquisitoire du 16 novembre 1982).

Ces bigotes qui voient du sexisme et de « l’atteinte à la dignité des fââmes » dans tout et n’importe quoi, moi j’ai envie de leur répondre qu’elles peuvent se garder leur cris d’orfraie et leurs jérémiades : dans ce pays, les hommes n’ont JAMAIS ATTENTÉ À MA DIGNITÉ DE FÂÂME, jamais. Je trouve même ce vocabulaire ultra-moral tout à fait ridicule.

  • Sur le retentissement du passage d’Annie Le Brun à « Apostrophes » :

« Dans le surréalisme, elle a pris les choses intéressantes », selon Raphaël Sorin, qui fut son éditeur en 1977, année punk.
Cette année-là, cette bad bad girl, démolisseuse de faux-semblants, fait elle-même figure de punk à l’émission littéraire d’alors, « Apostrophes » de Bernard Pivot. Sans sommation, elle balance un cocktail Molotov au visage des néoféministes, sur le plateau : Lâchez tout, son pamphlet, édité au Sagittaire.
« Contre l’avachissement de la révolte féministe avec Simone de Beauvoir, contre le jésuitisme de Marguerite Duras […], contre le poujadisme de Benoîte Groult, contre les minauderies obscènes d’Hélène Cixous, contre le matraquage idéologique du choeur des vierges en treillis et des bureaucrates du MLF, désertez, lâchez tout : le féminisme c’est fini. »
Son oeil à infrarouge s’exaspère devant l’imposture du néoféminisme post-soixante-huitard qui s’approprie un siècle de combat des femmes, devant son corporatisme sexuel consternant. « Dans militantisme, il y a militaire. Je serai toujours du côté des déserteurs », écrit celle qui ne veut représenter qu’elle-même.
Sombre, sophistiqué, délicat, son visage de Garbo punk reste impassible tandis que se déchaîne la riposte sur le plateau d' »Apostrophes ». « Elle tenait tête, sarcastique. Le retentissement fut extraordinaire », dit Raphaël Sorin. Calme, cette « âme insurgée » (selon Mathieu Terence) défend son propos en allumant des cigarettes à la chaîne. « Ce fut la première et la seule critique d’extrême gauche du féminisme », dit-elle aujourd’hui avec malice. Le lendemain, un bouquet de deux mètres est livré dans ce même appartement, « Ces fleurs étaient de Jean-Jacques Pauvert, dont les publications m’avaient nourrie. J’étais abasourdie ». L’éditeur s’incline devant une femme capable de parler contre la censure. »
Marie-Dominique Lelièvre, « Annie Le Brun. Grande dame, d’un bloc », Le Nouveau Magazine Littéraire, n° 7, 1/07/2018.

  • La vignette de l’article ainsi que les photos ci-dessous sont tirées du blog de Pierre Pascual, ici, dont je copie-colle également cette jolie présentation d’Annie Le Brun : « Il y a quelques années j’étais tombé sur ce vieux numéro d’Apostrophes où Annie Le Brun parle de tout ça – Annie merveilleuse, sombre, presque gothique, post-Morticia aux yeux violets, à la voix grave et délicate. Je ne pouvais pas m’empêcher en l’écoutant parler de faire des photos avec mon iPhone (celles qui illustrent le début de ce billet) et j’avais envie d’être elle : Annie Le Brun. »
Annie Le Brun (1978). Photos : Pierre Pascual
  • Peut-être avait-elle suivi ce numéro « d’Apostrophes »… Dans les mêmes années et avec un esprit tout aussi caustique, Claire Bretécher mettait à son tour les féministes en boîte :

[à suivre…]

[Bouche d’égout] – Camelia Jordana se répand sur Deneuve et Bardot

Camelia Jordana ou la bêtise faite femme, pardon, féministe !

Commençons par rappeler que le propos de mon site est de dénoncer le féminisme et non pas les femmes. Camelia Jordana ne se répand pas en insanités dans les médias depuis des mois parce qu’elle est une femme, mais parce qu’elle est féministe. Les autres femmes n’auront donc pas à s’excuser dans leur ensemble pour la bêtise, le racisme et le sexisme de Camelia Jordana :

Je n’avais pas envie d’écrire sur Jordana car, bien qu’étant habituée aux bas-fonds de la « pensée » féministe, je n’avais pas le coeur de sonder un tel purin idéologique, encore plus malodorant que ce que je me coltine déjà habituellement ; j’avais donc choisi d’ignorer cette idiote :

Pascal Bruckner lui avait de toutes façons répondu de manière étayée : « La seule identité encore autorisée pour les blancs est l’identité de contrition » (Le Figaro, 22/01/21), recourant même à cette image si juste : « Camélia Jordana appelant à déconstruire le système masculin, c’est un peu « Martine fait de la trottinette en citant Jacques Derrida » ; je n’aurais pas dit mieux !

John Goetelen vient aussi de lui consacrer son billet du jour (« Camelia Jordana, si j’étais une femme »). Pas plus que lui, je ne comprends qu’elle ne soit pas attaquée en justice pour incitation à la haine raciale et pourquoi un tel sexisme décomplexé est toujours non seulement toléré mais encouragé. Qu’un média comme L’Obs présente ses scories intellectuelles comme s’il s’agissait d’une sociologue en dit long sur l’interminable descente dans les ténèbres de ce journal.

Abritée derrière sa couleur de peau, ses origines maghrébines et son sexe comme autant de boucliers d’impunité, Jordana peut donc dérouler tranquillement son puant marketing féministe afin de vendre sa prochaine daube musicale avec l’appui d’une presse de gauche qui n’est plus qu’une métaphore de la Cloaca Maxima des Romains (le grand égout de la ville).

Rome, Cloaca Maxima, IIIe siècle avant Jésus-Christ.

Catherine Deneuve, Brigitte Bardot et les déjections de Camelia

Mais puisque Camelia s’empare encore de sujets qui sont centraux pour moi, tels Catherine Deneuve ou l’antiféminisme, me voilà bien obligée de m’occuper de son cas, quoi qu’il m’en coûte, et donc de me farcir son babil dans cet article du Point : « Pour Camélia Jordana, Deneuve et Bardot incarnent « l’antiféminisme par excellence » (22/01/21). En même temps, que des débiles pareilles s’emparent du sujet, c’est un peu du pain béni pour moi.

Miss Begonia s’en prend donc à des femmes auxquelles son petit cerveau lavé à l’indigence du néoféminisme ne peut évidemment rien comprendre. Hortensia n’étant pas une foudre de guerre au point de formuler une pensée originale, elle se contente comme toujours de réciter tant bien que mal tout ce que les nunuches de MadMoiZelle et d’ailleurs craquettent et stridulent en choeur H24 sur les réseaux sociaux, tels des essaims de guêpes ou des nuées de sauterelles. Il est toujours fascinant de voir autant de pseudo-rebelles prendre des postures de contestataires alors qu’elles ne sont que le bras armé du conformisme et de la pensée dominante les plus absolus.

Je cite Le Point : « Une façon pour Camélia Jordana de rendre la monnaie de leur pièce à Bardot et Deneuve, qui, ces dernières années, n’ont pas caché leurs réserves ou leur hostilité au mouvement #MeToo. Les propos de la chanteuse répondent ainsi directement à une phrase prononcée par Bardot en décembre 2018, quand la star des Sixties critiquait les positions extrêmes des militantes féministes. « On n’a plus le droit de dire aux femmes qu’elles sont belles, de leur mettre la main sur les fesses, on est tout de suite envoyé au tribunal comme harceleur, déplorait-elle dans Le Parisien. Je trouvais adorable quand on me disait que j’avais un joli cul. J’allais pas porter plainte pour ça. Les mecs, ils ne vont plus avoir envie de faire la cour aux filles. Évidemment, je ne parle pas des excès, de la violence… ».

Bardot ne disait pourtant là que des choses sensées. Mais Camélia, comme ses consoeurs, n’a toujours pas digéré la fameuse « Tribune des 100 », cette « autre parole »– une vraie parole dissidente pour le coup – qui moi m’avait fait un bien fou. Car en Féministan, seules les lyncheuses et les misandres ont le droit de s’exprimer ; les autres femmes ont seulement le choix de se taire ou, comme Deneuve et Bardot, de se faire violemment attaquer par les nouvelles chaperonnes de la vertu. Ceci dit, que leurs prêches ne s’adressent pas à toutes les femmes (particulièrement les femmes fortes, libres ou de droite qu’elles ne supportent pas) est plutôt une bonne nouvelle. Personnellement, je n’accepterai jamais d’être embrigadée par ces régiments d’hystériques à qui je n’ai rien demandé et à qui je dois bien moins qu’elles se l’imaginent.

C’est pourquoi, à la surprise générale, je rejoins tout de même, mais pour des raisons inverses, Camélia quand elle babille que « ces artistes n’ont pas pour autant été des féministes avant l’heure. Elles n’étaient pas le symbole du féminisme, juge-t-elle. Elles incarnaient LA femme parce qu’elles étaient des muses, l’antiféminisme par excellence ».

Lol ! La formulation de Camelia ne brille pas par sa clarté, mais il ne faut sans doute pas chercher trop profond non plus. C’est aussi mal dit que mal pensé. Ce que Camélia ne semble en tout cas pas comprendre, c’est que si ces femmes vivant leur féminité en accord avec elles-mêmes, dans l’amour des hommes et sans craindre le « male gaze« , parce qu’elles n’avaient pas peur des relations hétérosexuelles, ne sont effectivement pas à l’image de son féminisme de cloaque, c’est tout à leur honneur ! Quand on respire les remugles malodorants, racistes et sexistes, du féminisme de Camélia, c’est un honneur et une fierté de ne pas être assimilée à ça, et mieux encore, de ne jamais l’avoir préfiguré !

Et c’est justement en cela que moi je les admire, ces femmes. Il n’est pas facile aujourd’hui de porter l’étiquette antiféministe, avec tous ces petits commissaires du peuple et ces procureurs du Moralistan perpétuellement à vos trousses ; c’est toute la grandeur de ces femmes d’avoir le courage, les couilles, comme on dirait aujourd’hui, de s’affranchir de cette nouvelle terreur intellectuelle.

Elles ne sont pas totalement seules à se dresser courageusement dans le monde du cinéma; il y a aussi Scarlett Johansson et Maïwenn, dont je salue la trempe et la beauté, entourées qu’elles sont de hordes de starlettes la bave aux dents :

Il est tout de même intéressant de relever que le féminisme d’autrefois s’appelle aujourd’hui de l’antiféminisme. C’est aussi ce qui est en train d’arriver à des féministes de formation telles que Camille Paglia, Peggy Sastre, ou même Élisabeth Badinter, ou encore moi-même. Jusqu’aux années 2010, je me croyais ordinairement pro-féministe, avant de comprendre non seulement ce qu’était devenu le féminisme, mais surtout quels ferments il portait en lui depuis le départ : les néo et post-féminismes racistes et misandres actuels ne sont pas complètement tombés du ciel. Quoi qu’il en soit, la guerre est déclarée entre les nouvelles et les anciennes féministes.

Camélia récite ensuite tous les poncifs de sa secte : « Elles ont aussi vécu avec l’idée que se prendre une main au cul était quelque chose de normal, voire de « sympathique ». Tout est là… ». Mais pauvre bêtasse, on n’a pas dit que c’était sympathique, on a juste dit qu’on n’en était pas mortes, parce qu’on n’est pas des pleurnicheuses en sucre, on en a sous la semelle, nous !

« Il y a encore des mecs qui pensent que, parce qu’ils sexualisent une femme, elle doit se sentir flattée. Le regard de l’homme est censé être la seule chose après laquelle elle court… ». Et revoilà le « male gaze » et l’abominable « sexualisation » des femmes… Camélia la bigote n’est pas loin de promouvoir le voile, avec ce discours, comme le font déjà ses copines néoféministes : le voile, c’est la pudeur, et l’islam aussi, pas vrai ? On vous voit venir, avec vos petits sabots… « Le voile facial de la femme orientale, de fantasme colonial à objet de résistance » (Slate, 22/01/21). Le propos de cet article est très clair : contre la sexualisation des femmes orientales et le « male gaze » occidental, seul le voile est la bonne option ! On sait très bien que c’est aussi ce que pensent Camélia et ses inspiratrices, pour qui seul le « male gaze » de l’homme blanc est à combattre. Les naïfs qui ne comprennent toujours pas cette convergence des nouvelles bigotes, néoféministes et islamistes. se préparent des réveils très brutaux.

Et Bégonia de conclure avec l’habituelle exhortation des gauchistes et des control freak réunies : « Aujourd’hui, il faut déconstruire beaucoup de choses, il faut éduquer aussi. » Éduquer, rééduquer les hommes… J’ai déjà évoqué cette obsession propre à toutes les néoféministes :

Et gneugneugneu, il faut déconstruiiiire, on vous diiit ! Il faut tout déconstruiiire, surtout les zhoms, hein ! Maintenant, quand j’entends le mot déconstruire, je sors mon revolver ; c’est vraiment le mot magique pour repérer le gogol postmoderne (France Culture n’a bien sûr que ce mot à la bouche).

En attendant de les déconstruire eux-mêmes (ou plus exactement qu’ils se déconstruisent tous seuls en s’effondrant sous le poids de leurs propres couches de bêtise), je relève quand même à quel point ce genre de petite rate (je parle de Camelia et rappelle que nous sommes dans les égouts du féminisme) sème les graines de la haine et de la division. Car que fait-elle, sinon provoquer les hommes blancs gratuitement pour qu’ils sortent de leurs gonds devant ces flots répétés d’insultes, au risque de se fâcher vraiment ? C’est le but de la manoeuvre, on l’a compris, pour pouvoir entamer aussitôt la suite de la complainte sur les fameux « suprémacistes blancs ». Le piège est parfaitement réglé. Et c’est ce qui m’est le plus insupportable, cette manière de provoquer délibérément le conflit – sans raison, puisque elle est une grande bourgeoise qui gagne grassement sa vie – juste pour servir de porte-drapeau à tous les groupes indigénistes et décoloniaux en embuscade derrière elle, qui lui soufflent ses provocations car ils n’attendent que de ramasser la mise de la discorde. C’est en cela qu’elle est définitivement pour moi la madone des égouts.

[à suivre…]

  • Sur Catherine Deneuve, voir aussi :