Lucrèce Borgia – Entre le vice et la vertu

Lucrèce Borgia, figure de l’ambivalence

Lucrèce Borgia (1480-1519) incarne toujours à son corps défendant le stupre qui sévissait à la cour des Borgia au tournant du XVIe siècle.

Elle était en réalité bien plus vertueuse que ce que les racontars colportaient déjà de son vivant.

A-t-elle inspiré  l’énigmatique tableau de Bartolomeo Veneto ? On ne le sait, même si on aimerait le croire.

Bartolomeo Veneto. Flora (c. 1520). Städelsches Kunstinstitut, Frankfurt. Huile sur toile, 44x 35 cm.

Cette oeuvre pourrait être un portrait idéalisé d’une jeune aristocrate (Lucrèce ou une autre), dépeinte sous les traits de Flora, l’antique déesse italique du printemps.

On retrouve Flora peinte ici par Arcimboldo.

Giuseppe Arcimboldo, Flora meretrix (c. 1590, coll. privée)

Entre chasteté et érotisme, la déesse Flora est, tout comme Lucrèce, une figure ambivalente. Elle symbolise le renouveau de la nature et l’éternel féminin (elle partage des traits avec Vénus), mais aussi la licence érotique.

Flora était une courtisane et les Floralies (les fêtes qui lui étaient dédiées dans l’antiquité romaine), mettant les prostituées à l’honneur, étaient le théâtre de débauches.

François Villon la citait encore en tant que courtisane pour sa beauté :

. François Villon, Ballade des dames du temps jadis (c. 1460) 

Dites-moi, où et en quel pays
Est Flora, la belle romaine,
Alcibiade et Thaïs
Qui fut sa cousine germaine ?
La nymphe Écho, qui parle quand même on fait du bruit
Au-dessus d’une rivière ou d’un étang
Et eut une beauté surhumaine ?
Mais où sont les neiges d’antan ?

. Tentacles of Love ad Death (2016)

La « légende noire » de Lucrèce Borgia, popularisée principalement par Victor Hugo, donne lieu ici à une mélopée sensuelle et à une iconographie qui va explorer les zones obscures de l’érotisme.

Lucrèce Borgia – 2007

. Self Portrait – Hommage à Lucrèce (2017)

Et un petit clin d’oeil personnel à Lucrèce pour terminer 😉

Autoportrait en Lucrèce ou Flora (Aquarelle, décembre 2017) – Work in progress

Une pensée sur “Lucrèce Borgia – Entre le vice et la vertu”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *