Le féminisme castrateur et les poupées sexuelles

Les femmes ne sont pas des poupées sexuelles. Mais les poupées sexuelles sont-elles des femmes ?

Non, évidemment. Les poupées sexuelles ne sont pas des femmes : ce sont des objets inanimés. Pour autant, dans la cervelle embrumée de certaines féministes, il semble s’opérer le même type de confusion que chez ces japonais qui épousent leur sex doll : tout à leur chasse à la sexualité masculine, elles viennent d’attaquer et de vandaliser une maison close de poupées – peut-être pour délivrer les malheureuses de l’enfer de la prostitution ?  « Ni à vendre, ni à prendre, on est pas des poupées (sic) », ont-elles fort intelligemment tagué sur la devanture de « l’espace de divertissement » Les Marquises Dolls près du Mans. Allô, l’hôpital Sainte-Anne ? Je crois que j’ai encore quelques bonnes clientes pour vous…

« Les Marquises Dolls » : la première maison close de poupées au Mans taguée par un commando féministe (mars 2019)
« Les Marquises Dolls » : la première maison close de poupées au Mans taguée par un commando féministe (mars 2019)

Ce mouvement anti-poupées est parti de Suède, comme tout ce que le féminisme gauchiste produit de pire. Là-bas, les Torquemada en jupons ne s’en prennent pas seulement aux maisons closes de poupées, mais au principe même de la poupée, qualifiée de « dangereux robot ». « Une femme-robot ne peut pas dire non à quelque chose que l’homme veut, si elle n’est pas programmée pour le faire », se plaignent-elles dans la presse. S’ensuit l’habituel concert de lamentations à base de sexisme, objectivation, prostitution, viol, gna gna gna… Litanie victimaire encore plus mécanique que les poupées elles-mêmes.

Mais dans le fond, pourquoi les féministes confondent-elles sciemment des objets inanimés avec des êtres vivants? Parce qu’elles sont givrées, certes, mais aussi et surtout parce que leur misandrie acharnée et leur bitophobie incurable leur rend insupportable l’idée que des hommes aient des relations sexuelles pouvant échapper à leur mise en coupe réglée. Qu’un homme ne se mette pas à genoux devant elles pour demander la permission d’utiliser son sexe ou pour manger dans leur main en récitant sa profession de foi féministe, et les voilà folles de rage.

Jusque-là, j’étais plutôt interdite et assez intriguée par le succès des love dolls, en particulier au Japon, où des hommes apparemment sains d’esprit préfèrent s’engager auprès d’une poupée que d’une vraie femme, phénomène certainement appelé à se développer en Occident. Mais quand je vois l’attitude des féministes, j’ai désormais envie de défendre les poupées.

Si les japonais en sont là, c’est entre autres à cause du féminisme, justement ; idéologie qui pousse les femmes à rejeter, mépriser et faire les poches des hommes. Et c’est le même féminisme qui accable encore ces hommes quand, à cause de lui, ils préfèrent les poupées aux véritables femmes.

Le plus amusant est que le féminisme finit par tellement dégoûter les hommes des femmes que ces dernières, délaissées, en arrivent comme ici à s’identifier aux poupées, les plaindre, voire qui sait, les jalouser. Ou encore, comme la féministe hollywoodienne Charlize Theron, à se lamenter que les hommes les fuient. On se demande bien pourquoi…

L’amour avec une sexdoll au XVIIIe siècle

C’est ce que Federico Fellini a imaginé pour son personnage de Giacomo Casanova vieillissant (Il Casanova di Fellini, 1976).

Cette scène d’anthologie dans laquelle Casanova fait l’amour à un pantin de bois (la seule femme qu’il ait vraiment aimée, selon le script) est ici mise en musique sur des paroles qui parlent du même sujet :