Sabine Prokhoris : « La promesse d’un paradis féministe est une illusion »

Article paru dans Le Point du 10/10/21.

Propos recueillis par Laetitia Strauch-Bonart

ENTRETIEN. La philosophe et psychanalyste publie un livre coup-de-poing contre #MeToo et ses suites, dans lesquels elle voit un mouvement totalitaire.

Sabine Prokhoris n’a pas froid aux yeux. La psychanalyste et philosophe, qui a peu apprécié le mouvement #MeToo, a décidé de le faire savoir sous la forme d’une démonstration minutieuse mais passionnée. Dans Le Mirage #MeToo (Le Cherche Midi), elle cible, par un ton enlevé et parfois même emporté, un mouvement dont l’ambition bénéfique cache selon elle une volonté de puissance destructrice.

Difficile d’accuser cette féministe inclassable – qui défend dans le même temps la gestation pour autrui (GPA) – de conservatisme. Mais il est sûr que celle qui avait déjà su démonter avec brio, dans Au bon plaisir des « docteurs graves » (Puf, 2017), la philosophie de Judith Butler, figure de proue des études de genre, ne goûte guère le féminisme à tendance vengeresse.

Le Point : Certains ont loué #MeToo. D’autres ont critiqué ses « dérives ». De votre côté, vous vous distinguez par une condamnation sans appel du mouvement dans son entièreté. Pourquoi ?

Sabine Prokhoris : C’est plutôt contre-intuitif en effet. En me mettant vraiment au travail – en allant « au fond de la mine », comme dit Foucault -, et donc en dépliant, pour les analyser, les logiques intellectuelles de #MeToo et leurs conséquences, je me suis aperçue qu’il s’agissait d’un mouvement structurellement vicié, de nature totalitaire : une « révolution culturelle » revendiquée, visant à fabriquer le meilleur des mondes « féministe ». Il s’inscrit d’ailleurs dans une mouvance plus vaste, celle des luttes dites « intersectionnelles » qui juxtaposent les figures de « dominés » et prétendent extirper du monde la « domination ». C’est de même nature que les mouvements qui ont conduit récemment à pratiquer des autodafés de livres, non pas à Kaboul, mais au Canada, les cendres des ouvrages « malfaisants » revenant à la terre-Mère (sic), une transmutation du mal en bien s’opérant grâce à cette « purification ».

Comment et quand avez-vous regardé ce mouvement d’un mauvais oeil ?

Bien sûr les agissements dont était accusé Harvey Weinstein m’ont paru odieux. Mais face à #BalanceTonPorc, puis à #MeToo, et à l’ampleur incontrôlable de la vague qui a suivi, j’ai vite eu des réticences, sans pouvoir clairement les fonder. La violence des réactions contre la tribune Deneuve, sur laquelle j’avais quelques réserves mais qui avait le mérite de faire entendre autre chose, m’a tout de suite alertée sur le refus de #MeToo d’un débat démocratique autour de ces questions. Comme l’a très bien dit Catherine Deneuve, on ne peut pas se réjouir d’effets de meute. Ils conduisent au pire.

Vous évoquez trois temps du mouvement : #BalanceTonPorc et #MeToo, le départ d’Adèle Haenel de la cérémonie des César et son « témoignage » sur Mediapart contre le réalisateur Christophe Ruggia, enfin la publication du livre de Vanessa Springora, Le Consentement. Pourquoi vous attardez-vous sur le cas d’Adèle Haenel, qui ouvre votre livre ?

Ce moment à proprement parler sidérant a, je pense, constitué un tournant dans le mouvement. Au-delà des protagonistes impliqués dans cette séquence étrange qui a hypnotisé la France entière – ce qui en soi est déjà un phénomène qui méritait qu’on le questionne, et j’ai commencé par là -, il fait apparaître au grand jour les ressorts et les logiques qui gouvernent le #MeToo-féminisme. Il donne aussi à #MeToo une inflexion spécifique, qui va propulser le mouvement à l’avant-garde de ces luttes « intersectionnelles », autour d’un noyau militant se revendiquant – politiquement avant tout – lesbien avec insistance. Pour toutes ces raisons, il fallait étudier précisément ce qui s’est joué dans cet épisode. On ne comprend pas les choses si on en reste à des idées générales. Il faut décrire et analyser des faits et leurs circonstances.

Vous critiquez l’acharnement à l’encontre de Roman Polanski et parlez même, en y voyant un renversement particulièrement malsain, d’une « shoahtisation » des atteintes sexuelles. Que voulez-vous dire ?

Que Polanski soit un doudou maudit de la détestation irrationnelle de certaines féministes, ce n’est pas récent. Rappelez-vous la rétrospective à la Cinémathèque il y a quelques années. Mais la fixation délirante sur le « cas Polanski », empreinte d’une haine fanatique assortie de slogans antisémites particulièrement choquants, véritable basse continue dans l’épisode Adèle Haenel, ne peut qu’interroger. Car dans le même temps, les glissements les plus pervers s’opéraient : un universitaire, médiocre certes mais ayant pignon sur rue, ne craignait pas de comparer Adèle Haenel à Primo Levi. Les victimes auto-proclamées se désignent comme des « survivantes ». Les associations militantes exigent l’imprescriptibilité pour le crime de viol, défini par un autre universitaire comme « génocide individuel ». L’inceste, transgression majeure en effet, aux conséquences le plus souvent ravageuses, est défini par des intellectuels et par certains magistrats biberonnés aux théories douteuses de Muriel Salmona, « experte » en « victimologie traumatique », comme « crime contre l’humanité ». Or cette « shoahtisation », formule qu’Alain Finkielkraut avait également utilisée à propos d’accusations visant de façon posthume Élie Wiesel, mué dès lors en « bourreau », a ceci de grave qu’en convoquant de cette façon indigne la mémoire de la Shoah, elle la banalise, jusqu’à l’effacement. Ce qui dévoile la façon intellectuellement frauduleuse dont #MeToo aborde la question des faits et de la vérité.

#MeToo et ses suites françaises ont fait apparaître en effet un glissement dans la compréhension de la vérité. Ce qui sort de la bouche d’une « victime » (qui n’est même plus une plaignante) qui expose son « traumatisme » devient « vrai » par définition. Comment analysez-vous ce phénomène ?

Je l’analyse en relation avec ce que je viens de souligner, et avec la promotion contemporaine des « identités-victimes ». Leurs « récits » sont source de vérité parce qu’ils sont censés renverser la « domination ». Et quand un président de la République, garant de l’État de droit, croit bon de tweeter : « Victimes, on vous croit ! », reprenant un slogan des Colleuses, ce sont les principes fondamentaux de la justice dans un État démocratique qui sont jetés par-dessus bord, à commencer par la présomption d’innocence. C’est très alarmant.

Que répondriez-vous à des femmes qui vous diraient que #MeToo les a libérées ? Leur a fait du bien ?

Comme psychanalyste, je constate plutôt l’inverse : risque d’enfermement dans la blessure pour celles qui ont subi en effet des atteintes graves. Panique sexuelle pour les autres, hommes et femmes.

Un des épisodes précurseurs de Mai 68, en 1967, était la revendication étudiante de pouvoir circuler librement dans les chambres de cités universitaires entre les zones des garçons et celles des filles. Que s’est-il passé pour que plusieurs décennies plus tard, les femmes soient considérées comme des êtres faibles qu’il faut constamment protéger ?

Peut-être un oubli peureux des exigences, forcément déceptives, de la liberté. J’ajoute que cette posture de faiblesse est en réalité une position d’attaque. C’est le psychanalyste Ferenczi qui parlait de « terrorisme de la souffrance »…

Estimez-vous que notre époque se caractérise par une forme de ressentiment féminin ? Les femmes ont obtenu presque tout ce qu’elles voulaient, et pourtant…

La vigilance féministe est toujours de mise, car rien n’est jamais définitivement acquis. Mais ce ressentiment, comme vous dites, n’est-il pas le signe qu’un mouvement qui se veut total bute toujours sur le fait que ça ne peut pas marcher ? Frustration, et rage vengeresse, alors ?

Et pour finir, pourquoi parler de « mirage » à propos de #MeToo ?

Parce que la promesse d’un paradis féministe est une illusion, dont l’envers grimaçant est un monde de paranoïa sexuelle. Lorsque les suicides de David Hamilton, du chef Taku Sekine, du chorégraphe Liam Scarlett apparaissent comme des victoires du féminisme, on peut s’inquiéter.

  • Sur Sabine Prokhoris, voir aussi :

[Hypogamie féminine] – Un prince charmant sinon rien : pourquoi les féministes sont condamnées à épouser leur chat

Mon dernier article sur le livre de Mona Chollet (« Mona Chollet – Réinventer le célibat ») ainsi que les échanges qu’il a suscités sur mon Facebook m’ont donné l’occasion de réfléchir à nouveau au problème du célibat chez les féministes – au moment où l’actualité est justement saturée de postures féministes « célibattantes » : « Je ne veux plus passer mon temps à éduquer mes compagnons » : pour des femmes, le choix d’un célibat « libérateur » (Le Monde, 24/09/21) ; « Célibataires volontaires : le nouveau militantisme féministe ? » (Sud Ouest, 24/07/21) ; « Quand les femmes hétéros embrassent le célibat volontaire » (Philosophie Magazine, 30/09/21), etc., la liste est encore longue. On peut même citer cet article pas si mauvais de Elle (comme quoi) : « Amour : mais où sont passés les hommes ? » car il soulève, bien que rapidement, le problème central d’un point de vue sociologique que je vais aborder ici :

« DU CÔTÉ DES FEMMES (52 % DE LA POPULATION), RÉUSSITE RIME SOUVENT AVEC CÉLIBAT. »

« Plus une femme est diplômée, plus elle risque de rester seule. Professeur à l’ESCP, Elisabeth Tissier-Desbordes pointe la différence des célibats masculin et féminin. « Schématiquement, entre 30 et 50 ans, la majorité des femmes célibataires appartiennent aux catégories supérieures, tandis que les hommes célibataires sont plutôt ouvriers ou employés. » Pourquoi ? « Parce que, traditionnellement, la mobilité sociale matrimoniale des femmes est supérieure à celle des hommes », remarque Pascal Lardellier, professeur, spécialiste de la communication, ce qui signifie qu’elles se marient souvent légèrement au-dessus de leur condition, alors qu’elles sont peu nombreuses en haut de l’échelle sociale à se lier avec un homme moins nanti. « Un couple formé d’une femme très diplômée et d’un homme qui a le niveau bac reste une transgression », souligne Pascal Lardellier. »

L’hypogamie féminine, l’effet pervers des victoires féministes

Mais une « transgression » pour qui, sinon pour la femme elle-même ? Car dans les faits, ce n’est pas « la société », mais bien la féministe elle-même qui ne peut accepter de revoir ses prétentions à la baisse (je dis « la féministe » plutôt que « la femme », car les premières sont beaucoup plus exigeantes et intransigeantes que les secondes). C’est en tout cas un état de fait que le féminisme conquérant avait omis d’anticiper, un de plus (voir « Les féministes et le coup d’après »).

Alors que l’hypergamie (le fait pour une femme d’épouser un homme de condition légèrement voire très supérieure à la sienne) est une donnée anthropologique quasiment inscrite dans ses gènes – une donnée évolutionnaire en tout cas –, les féministes n’avaient pas prévu qu’en diplômant quasiment 100% des femmes et en leur offrant à grande échelle un statut salarial et économique égaux voire supérieurs à ceux des hommes, cette égalité leur fermerait petit à petit toute possibilité de pratiquer l’hypergamie.

C’est sans doute aussi une des raisons qui expliquent que les féministes soient toujours aussi haineuses vis-à-vis des hommes cadres ou chefs d’entreprise : non seulement elles veulent empocher leurs salaires et occuper leurs postes et leurs statuts qu’elles jalousent férocement, mais surtout elles ne leur pardonnent pas de ne plus les épouser. Car quand il en a la possibilité, l’homme cadre supérieur choisit en général d’épouser une femme jeune avec qui faire des enfants et ce, quel que soit son âge à lui, plutôt qu’une virago carriériste de plus de 35 ans, surtout si cette dernière est en prime féministe, anti-maternité et lectrice de Mona Chollet.

Les femmes de carrière hétérosexuelles se voient donc confrontées au problème de l’hypogamie : accepter un partenaire moins diplômé, moins argenté, moins ambitieux ou d’une classe sociale inférieure à la leur. Les hommes ont pratiqué sans se plaindre l’hypogamie depuis l’aube de l’humanité – parce cela leur offrait en échange l’accès au corps d’une femme jeune et fertile afin de fonder un foyer dont les ressources dépendraient en grande partie d’eux (mais pas seulement, car les femmes ont toujours travaillé ou contribué à leur manière aux ressources économique de la famille). C’était donc tout autant une affaire de ressources que d’envie et de nécessité de vivre en couple et de se reproduire. Et même une affaire de sentiments, car n’en déplaise aux nouvelles féministes, l’amour et l’attirance réciproques ont toujours existé entre les sexes – ce qu’il semble quasiment réac aujourd’hui de rappeler.

La « libération de la femme » a donc fait voler en éclats ce schéma éprouvé. Aujourd’hui, les hommes n’ont plus aucune utilité économique ni même reproductive ; les femmes ayant désormais tous les pouvoirs, contrairement à ce qu’elles prétendent à grands renforts de torrents de larmes antipatriarcales. Et comme leur pouvoir ne se partage pas (surtout pas avec des hommes, leurs ennemis de classe), il ne leur reste que leurs yeux pour pleurer sur leur solitude et leur célibat.

Le refus féministe de l’hypogamie

Sans en avoir conscience, le livre rempli à ras bord de récriminations de Mona Chollet est l’illustration de cet état de fait. Mona a cru toute sa vie au Prince charmant, Mona s’imagine, comme toutes ses coreligionnaires, que les relations de couple peuvent être passées à la moulinette de leur féminisme punitif, rééducatif et déconstructionniste ; que les hommes n’attendent que des viragos toutes puissantes viennent leur apprendre à marcher droit et à se mettre à genoux pour manger dans le creux de leur main. Autant dire qu’elles se préparent des lendemains encore plus désenchantés.

Les hommes n’en peuvent déjà plus de leurs exigences et de leurs névroses. À part quelques écolos masochistes et déconstruits prêts à ramper pour recevoir des coups de fouet (« Oh oui, frappe-moi encore, Sandrine, une teigne avec une trique, ça m’exciiite »), les hommes sont de plus en plus nombreux à jeter l’éponge et se détourner de cette comédie ; de plus en plus nombreux à rejoindre les mouvements dits « masculinistes », laissant de plus en plus de femmes et de féministes se demander « mais où sont passés les hommes ? ».

En réalité, les féministes n’aiment pas le changement

Autant il a toujours été évident pour un homme de suer sang et eau en échange d’une femme et d’un foyer, y compris pour une femme de condition inférieure à la sienne, autant l’inverse est impensable. Élevées comme des princesses Disney attendant leur prince charmant (aujourd’hui en version déconstruite, c’est-à-dire en pièces détachées qu’elles monteront elles-mêmes selon leurs exigences), les féministes du XXIe siècle ne peuvent envisager un seul instant d’abaisser leurs prétentions, ni même, aussi surprenant que cela puisse paraître aujourd’hui, d’épouser des hommes qui ne gagnent pas suffisamment, même – surtout – si elles-mêmes gagnent très bien leur vie.

Cette étude récente « The Ideal Husband? A Man in Possession of a Good Income » (05/10/21) montre ainsi que rien n’a changé : plus un homme gagne de l’argent et plus il aura de chances de se marier, ce qui n’est pas vrai pour les femmes. Donc malgré l’ascension économique des femmes, celles-ci continuent de sélectionner prioritairement les hommes en fonction de leurs revenus :

« Comme l’illustre la figure 1, pour les hommes, à mesure que le revenu augmente, la probabilité de mariage augmente également, de sorte que les hommes de la catégorie de revenu la plus élevée sont environ 57 points de pourcentage plus susceptibles de se marier que les hommes de la catégorie de revenu la plus faible. Il n’en est pas de même pour les femmes. Les hommes à revenu élevé sont plus susceptibles que les hommes à faible revenu de se marier, tandis que le revenu n’est pas lié au mariage pour les femmes. Étant donné que le mariage implique un choix de la part de l’homme et de la femme, ces résultats suggèrent que les femmes sont plus susceptibles de choisir d’épouser des hommes ayant de bonnes perspectives financières, tandis que les perspectives financières d’une femme sont moins importantes pour les hommes lors du choix d’une partenaire. »

Et : « Non seulement les hommes à revenu élevé sont plus susceptibles de se marier, mais ils sont également plus susceptibles de rester mariés. La figure 2 montre la probabilité de divorce pour ceux qui ont été mariés au moins une fois et révèle que pour les hommes, la probabilité de divorce diminue à mesure que le revenu augmente, de sorte que les hommes de la catégorie de revenu la plus élevée sont environ 37 points de pourcentage moins susceptibles de divorcer que les hommes. dans la catégorie de revenu la plus faible. (…) Pour les hommes, les résultats suggèrent que les femmes sont plus susceptibles de divorcer des hommes à faible revenu que des hommes à revenu élevé. »

De même « les hommes à revenu élevé sont également plus susceptibles d’être « recyclés » sur le marché matrimonial. La figure 3 montre que si les hommes à revenu élevé divorcent, ils sont plus susceptibles de se remarier que les hommes à faible revenu. Les hommes du groupe de revenu le plus élevé sont environ 38 points de pourcentage plus susceptibles de se remarier que les hommes du groupe de revenu le plus faible. Encore une fois, cela suggère que les hommes à revenu élevé sont considérés comme des partenaires à long terme par les femmes. »

Ensuite, « non seulement les hommes à revenu élevé sont plus susceptibles de se marier que les autres hommes, mais mon étude a également révélé qu’ils sont plus susceptibles de devenir pères biologiques : les résultats montrent que les hommes à revenu élevé sont plus susceptibles d’avoir des enfants que les hommes à faible revenu. (…) L’inverse est vrai pour les femmes : les femmes à revenu élevé sont plus susceptibles de ne pas avoir d’enfants. »

Autrement dit, les femmes resteront hypergames aussi longtemps qu’elles le pourront, l’hypogamie ne semblant pas près d’être inscrite dans leurs gènes. Raison donc pour laquelle, devant la pénurie actuelle de princes charmants argentés – ou plus argentés qu’elles – prêts qui est plus à les supporter, les féministes militent en chœur pour le célibat. « L’égalité » n’a strictement aucun sens pour elles : aujourd’hui qu’elles ont accédé à l’égalité de statut, de salaires et de diplômes, il reste inenvisageable pour une féministe militante d’inverser les rôles et d’imiter les hommes jusqu’au bout, c’est-à-dire en entretenant sans ronchonner un conjoint qui s’occuperait de ses enfants ou resterait un peu trop longtemps au chômage ou pire, sans revenus ou avec de trop faibles revenus.

Je parle ici surtout des féministes qui militent pour le célibat, car dans la vraie vie, beaucoup de vraies femmes acceptent cette situation et sont les principales pourvoyeuses de revenus dans leurs foyers (j’en connais bien des exemples autour de moi, y compris dans des foyers solides qui durent depuis très longtemps). Les féministes ont simplement (et comme toujours) plus de mal que les autres avec la réalité et avec les conséquences de leur militantisme. Le célibat n’a donc pas fini de leur tendre les bras.

De l’hypergamie à l’homogamie puis à l’hypogamie et au célibat, ou comment les féministes descendent l’escalier

En règle générale, comme expliqué dans cet article du Figaro qui s’appuie sur les derniers chiffres de l’Insee en France (« Le mariage favorise-t-il encore la promotion sociale ? », 21/09/21), c’est la règle de l’homogamie qui préside à la plupart des unions :

« Si les féministes ont tout lieu de se féliciter de la fin de l’« hypergamie féminine » dont pouvait se prévaloir le « deuxième sexe », comme l’appelait Simone de Beauvoir, les sites de rencontre numériques – il en existe des milliers en France – contribuent paradoxalement à renforcer l’homogamie des mariages. Ces sites ouvrent à l’infini les possibilités de faire connaissance entre partenaires de toutes origines, géographiques, sociales et culturelles. Or les critères de sélectivité renforçant l’homogamie la plus décomplexée reviennent au grand galop. La vieille loi, « qui se ressemble (socialement) s’assemble », perdure plus que jamais avec le numérique. » (…) « Les affinités culturelles, les pratiques langagières, photographiques, mais aussi les codes de séduction, différenciés selon les milieux sociaux, favorisent les contacts et les appariements entre personnes socialement proches ».

Les sociologues de l’article n’ont pas évoqué l’hypothèse de l’hypogamie féminine, car celle-ci n’existe pas encore et a bien peu de chances de voir le jour. Les féministes se réjouiraient à les entendre de « la fin de l’hypergamie féminine », alors que dans les faits, ce n’est pas tellement ce que l’on constate. On voit plutôt en ce moment les féministes pleurer à chaudes larmes sur l’hétérosexualité et sur leur célibat en essayant de se convaincre qu’il est leur choix – ce qui ne trompe évidemment pas grand monde. La fin de l’hypergamie et la difficulté croissante pour elles d’accéder ne serait-ce qu’à l’homogamie est en réalité un piège qui se referme chaque jour un peu plus sur elles.

Du refus de l’hypergamie à la vénalité assumée

La vénalité féministe s’affiche au grand jour à travers les récentes jérémiades de Lucile Quillet dans son livre au titre on ne peut plus évocateur : Le prix à payer. Ce que le couple hétéro coûte aux femmes (octobre 2021). Voici donc encore une féministe qui s’en prend à l’hétérosexualité, mais sous un angle (un prétexte) financier cette fois. Elle incarne parfaitement les femmes dont je parle dans cet article ; des féministes qui ne savent que calculer, recalculer, re-recalculer, toujours, tout le temps, qui n’envisagent désormais un homme que comme une source de dépenses ou qui confondent histoire de couple et bilan comptable. Ceci est également à mettre en lien avec le refus de l’hypogamie : alors que les femmes d’aujourd’hui gagnent plus facilement leur vie que les hommes, pour ces calculatrices, avec leur mentalité mesquine et narcissique, il est hors de question qu’il y ait la moindre redistribution au sein du couple. Le titre de l’article s’applique donc parfaitement à elles : épousez votre chat, les filles, vous aurez le plaisir d’être riche uniquement pour payer ses croquettes et changer sa litière et ça, c’est un vrai projet de couple, délivré qui plus est de l’hétérosexualité. Qu’est-ce que vous faites encore sur le marché amoureux ?

[à suivre…)

  • Voir aussi :

Mona Chollet – Réinventer le célibat

Un sentiment étrange m’a envahie à la découverte, non pas du dernier opus de Mona Chollet – une énième tartine féministo-paranoïaque entièrement téléphonée, j’y reviens un peu plus bas –, mais de ses déclarations et attitudes corporelles lors de la promotion de cet ouvrage sur les plateaux TV et radio. Je l’ai observée dans La Grande Librairie (22/09/21), si hésitante et balbutiante, si mal à l’aise et peu sûre d’elle qu’elle semblait presque chancelante dans ses convictions. Serait-elle sur le point de réaliser qu’elle raconte un peu n’importe quoi dans son dernier livre, voire même que le féminisme l’égare depuis des décennies ? Serait-on à la veille d’assister à un aggiornamento ou à la chute des écailles qu’elle a sur les yeux ? C’est tout le bien que je lui souhaite.

Je me dis que ce n’est pas impossible, puisque après tout, elle est bien revenue à la raison sur la question de la pénalisation des clients de la prostitution. Après avoir été abolitionniste en 2014, elle écrit dans Réinventer l’amour « regrette[r] amèrement d’avoir pris position, il y a quelques années, pour la pénalisation des clients de la prostitution, en croyant aux promesses qui étaient alors faites de garantir la sécurité physique et matérielle des personnes prostituées » (Wikipedia). Elle reconnait donc avoir été naïve et déconnectée du réel (le propre des féministes puritaines abolitionnistes) ; il ne lui resterait alors qu’à appliquer le même regard critique au reste de ses affirmations et croyances. Je pense qu’elle en est capable car j’ai ressenti, derrière son inconfort évident en interview, une authentique quête de sincérité et d’honnêteté – on n’est peut-être pas loin d’une véritable dissonance cognitive, en somme.

J’ai vu ensuite que Stéphane Édouard, qui l’a observée pour sa part sur les images d’une interview dans les locaux de France Inter (« L’escroquerie intellectuelle Mona Chollet »), a eu un ressenti tout à fait comparable au mien. Lui aussi a été frappé par la platitude et le vide de ses réponses, de même que par son regard toujours fuyant (un peu comme si elle était en panique intérieure) et son attitude auto-dépréciative (par le fait notamment qu’elle pose son sac à main à même le sol – je ne connaissais pas cette interprétation, je ferai désormais attention où je pose le mien, du coup 😉).

Réinventer le célibat, euh, l’amour

J’avoue ne pas avoir encore trouvé le courage (ou le masochisme) de m’infliger son dernier ouvrage, Réinventer l’amour, ne sachant que trop ce qu’elle y raconte (« Ouin ouin, les pôôvres Fâââmes sont victiiiimes des méchants zhoms, mécétroporrible, quand cela cessera-t-il, bouhouhou, la domination masculine, mécétropinjuste, han han, ouin ouin, le patriarcââât… »). Mathieu Bock-Côté a heureusement chroniqué l’ouvrage à plusieurs reprises dans le Figaro (« L’amour au “Wokistan” ») et sur CNews avec des mots parfaitement justes comme toujours, dénonçant le projet de déconstruction de l’homme, de l’hétérosexualité et des relations amoureuses qu’il défend – le leit-motiv des néoféministes depuis plusieurs années.

La difficulté des relations H/F est sans conteste le sujet le plus rebattu depuis les origines de l’humanité ; elle est au cœur de toute sa production artistique et littéraire – et même de mon propre site, puisque mon concept d’éromachie concerne précisément la lutte amoureuse entre les sexes, un combat immémorial envisagé non pas sous le regard borgne de la complainte victimaire féministe, mais sous l’angle d’une « bonne guerre » des sexes parfaitement assumée, car mettant en œuvre les principes de « l’équilibre asymétrique des désirs » d’une part et des lois biologiques du dimorphisme sexuel de l’autre (et de bien d’autres choses encore que je développerai au fil du temps).

Le problème avec les féministes est que, confrontées au moindre pépin, leur solution, en tant que gauchistes radicales post-marxistes, est toujours, après avoir répandu des flaques de larmes, de tout « déconstruire » (en clair : tout détruire). Écoutons Mélanie Gourarier sur l’hétérosexualité, justement : « L’hétérosexualité comme système, ça n’est pas que le couple. L’hétérosexualité, c’est aussi un processus historique qui s’inscrit dans les structures à grande échelle que sont les institutions familiales, économiques et plus largement politiques. C’est à celles-ci qu’il faut s’en prendre en premier lieu ». S’en prendre aux institutions familiales, économiques, politiques, rien que ça, donc. Sans oublier de détruire (enfin, « déconstruire ») les hommes, bien sûr, ajouteraient Alice Coffin et Sandrine Rousseau, exactement sur la même ligne.

Je n’ai pas eu envie de lire le livre, le placard sur la couverture suffisant pour que j’aie ma dose dès la première phrase : « Nombre de femmes et d’hommes qui cherchent l’épanouissement amoureux ensemble se retrouvent très démunis face au troisième protagoniste qui s’invite dans leur salon ou dans leur lit : le patriarcat. » Soupir… J’ai souvent expliqué ce que je pensais de ce fameux « patriarcat » qui vient traquer les pauvresses féministes jusqu’au fond de leur lit. Au moins, grâce au livre de Mona Chollet, les néo-féministes perpétuellement écrabouillées par la domination masculine auront désormais un petit viatique pour y faire face : place donc aux comprimés contre les renards, pardon, contre le « patriarcat », développés spécialement pour elles par le docteur Mona.

Dans La Grande Librairie (à 23’), Mona Chollet présente justement ses propositions pour « actualiser l’hétérosexualité ». J’ai du mal à croire que de telles idées creuses puissent être réellement prises au sérieux, mais admettons. Elle propose ainsi le « refus de cohabiter » (comme si c’était nouveau) qu’elle rebaptise pour l’occasion la « décohabitation » ; le « refus de se faire petite pour se protéger » consistant à « ne pas prendre une voix de bébé pour parler à un homme » (là je me frotte quand même un peu les oreilles) ; ainsi que « davantage d’audace et moins de complaisance dans les postures neurasthéniques ». Et là je rigole franchement, car dans le genre neurasthénique, la boss ultime, c’est quand même la féministe, je ne sais pas à qui ça aurait encore échappé.

Une (bonne) surprise pour moi est tout de même de la voir produire un livre entier sur l’hétérosexualité sans nous bassiner avec les délices et merveilles de l’amour lesbien (la dernière chose, moi qui suis une hétéro enchantée de l’être, que j’aurais envie de tester – que l’on me permette de ne pas être cliente, merci). Malgré tous ses efforts et son conditionnement mental misandre pluri-décennal, Mona Chollet semble ne pouvoir s’y résoudre elle non plus, à son grand désespoir et avec toutes les excuses requises (la vie serait tellement plus simple dans une cauchemardesque Cité des femmes, entre féministes hystérico-dépressives se crêpant le chignon H24, n’est-ce pas). Preuve s’il en était en tout cas que l’ORIENTATION SEXUELLE NE SE COMMANDE PAS (Biologie 1- Idéologie du genre 0).

Ha ha !

Cela ne l’empêche pas pour autant de dire un peu n’importe quoi sur les relations lesbiennes dans une interview au Temps (« Les femmes sont conditionnées à placer l’amour au centre de leur vie »). À la question de la journaliste : « Est-ce à dire que les relations entre femmes sont dépourvues de toute oppression patriarcale ? », elle répond : « Il peut bien sûr y avoir des rapports de domination au sein des couples lesbiens, mais il ne s’agit pas d’une domination structurelle comme la domination masculine », ben voyons ! La domination d’une personne sur une autre n’est pas liée à un fumeux « patriarcat » mais appartient à la psyché humaine la plus profonde. Les violences conjugales lesbiennes, psychologiques notamment, sont aussi fréquentes que dans les couples hétérosexuels, à tel point que cela ne peut même plus être dissimulé (cf. Campagne contre les violences conjugales dans les couples lesbiens).

Je continue la lecture du placard de couverture : « Au cœur de nos comédies romantiques, de nos représentations du couple idéal, est souvent encodée une forme d’infériorité féminine, suggérant que les femmes devraient choisir entre la pleine expression d’elles-mêmes et le bonheur amoureux. »

Mais n’importe quoi… comme si l’expression de soi et le bonheur amoureux s’excluaient mutuellement. Je ne me suis jamais autant exprimée qu’en étant amoureuse – y compris sous emprise amoureuse, un des états les plus addictifs que je connaisse. Je ne me suis jamais sentie inférieure aux hommes dans mes histoires d’amour, j’ai au contraire toujours joué de la différence sexuelle ; j’ai souffert, j’ai laissé des plumes, certes, et alors ? Les hommes aussi en laissent, des plumes. Je me suis remise debout et j’ai continué à aimer les hommes, d’autres hommes, d’autres catégories d’hommes – parce qu’il n’y a pas que le bad boy ou le piège à femmes dans la vie.

Mona Chollet ne comprend pas le désir hétérosexuel, comme on pouvait s’y attendre ; elle ne comprend pas ses zones grises, ses ambivalences, ses désirs réciproques de soumission et de domination, pas plus que l’addiction et le plaisir recherchés comme une drogue lors de l’emprise amoureuse ; elle ne sait y coller que sa grille déprimante et réductrice de « domination patriarcale » et de vie de couple contractualisée, aussi sexy qu’un registre de bilans comptables . À propos de l’emprise, comme l’écrit Mathieu Bock-Côté : « Il n’y a pas, et ne peut pas avoir de pureté du désir, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de sincérité de l’amour. Celui qui saurait exactement pourquoi il désire une femme ne la désirerait probablement plus. L’inverse est aussi vrai. La transparence absolue des sentiments annonce leur inévitable assèchement. »

Le problème des féministes est aussi que comme elles ont souvent une très haute d’image d’elles-mêmes (liée à leur élévation sociale objective dans nos sociétés hyper-féminisées), elles sont plus encore que d’habitude attirées uniquement par ce qui brille : situation sociale, prestige, hauts revenus, physique avantageux (si possible tout à la fois). Or le marché amoureux n’est pas toujours à leur avantage et la vieille hypergamie (le fait pour une femme de se marier avec un homme plus élevé socialement qu’elle) de moins en moins possible à mettre en œuvre (voir plus bas). Réduites à pratiquer malgré elles l’hypogamie (épouser un homme moins diplômé et qu’elles devront parfois entretenir), leur colère et leur dépit n’en sont que décuplés ; leur célibat aussi.

Suite du placard : « Le conditionnement social subi par chacun, qui persuade les hommes que tout leur est dû, tout en valorisant chez les femmes l’abnégation et le dévouement, et en minant leur confiance en elles, produit des déséquilibres de pouvoir qui peuvent culminer en violences physiques et psychologiques ».

Cette manière d’établir un continuum entre le couple hétérosexuel et les violences conjugales dénote l’habituelle incompréhension féministe des mécanismes de la violence en général et des violences conjugales en particulier. Rapporter les violences conjugales au « patriarcat » ou à une « construction de genre » relève de l’idéologie pure. Comme évoqué dans cet article,  « Sébastien Dupont : Distinguer les violences faites aux femmes pour mieux les combattre », les violences conjugales ont des racines (alcoolisme, troubles de la personnalité, port d’armes, etc…) que les féministes sont incapables d’envisager.  

Cette paranoïa anti-homme ne laisse tout de même pas de me frapper. Dans quel cauchemar peuplé de mâles et de phallus effrayants ces féministes évoluent-elles en permanence ? Les mêmes interrogations me sont venues à la lecture de l’échange entre Alain Finkielkraut et Alice Coffin dans L’Obs, « Féminisme, patriarcat… On a fait débattre Alice Coffin et Alain Finkielkraut » (29/09/21). Les propos de Coffin ne sont qu’une interminable jérémiade de petite chose fragile et peureuse terrorisée par « la force et la violence masculines » qui s’exerceraient en tous lieux, écrasant systématiquement les pauvres femmes et leur parole : « On ne parle pas de cas individuels quand on parle de patriarcat, parce que toute la force et la violence du patriarcat, c’est d’être un système, une matrice qui infuse, qui infiltre chaque pan de nos existences », débite-t-elle. Personnellement, je n’ai pas peur de frayer avec les hommes et je n’ai jamais eu besoin d’une Miss Coffin pour me défendre ou me protéger de leurs assauts.

Poursuivons. « Même l’attitude que chacun est poussé à adopter à l’égard de l’amour, les femmes apprenant à le (sur ?) valoriser et les hommes à lui refuser une place centrale dans leur vie, prépare des relations qui ne peuvent qu’être malheureuses ».

Que de clichés, que de méconnaissance des relations humaines. On se croirait dans les colonnes d’un magazine féminin pour adolescentes, une impression récurrente également dans les déclarations de Mona Chollet, comme dans son entretien avec le Temps : « Les hommes, affirme-t-elle, ne pensent pas à leur rendre la pareille, car ils n’ont jamais appris que leur rôle était de se soucier du bien-être émotionnel de l’autre. S’interroger sur eux-mêmes, discuter de leurs relations, rechercher une meilleure communication et un mieux-être psychologique, cela ne fait pas partie de leur éducation, même s’il y a plein d’hommes très bien intentionnés, qui ne se ressentent pas du tout comme machistes ». Vraiment, on se croirait dans les colonnes d’OK Magazine dans les années 80 (« Ouin ouin, mon petit copain n’est pas à mon écoute, comment puis-je faire pour le rééduquer, han ? ».

« Sur le plan sexuel, enfin, les fantasmes masculins continuent de saturer l’espace du désir : comment les femmes peuvent-elles retrouver un regard et une voix ? »

Quel misérabilisme et quel déni de la réalité. Comme si les femmes étaient incapables d’exprimer leurs désirs et leurs fantasmes ; je ne comprends décidément pas sur quelle planète elle vit.

Extrait des notes de bas de page.

Un simple coup d’œil, même partiel, à la bibliographie permet encore de se rendre compte que les seules sources sont une fois de plus la presse de gauche (Télérama,…), les magazines féminins un peu bêbêtes et comme toujours, la floppée de radicales féministes américaines toutes plus caricaturales les unes que les autres (« bell hooks », Adrienne Rich, …).

Adrienne Rich, donc. Une des « têtes pensantes » des néo-féministes et de Mona Chollet.

La table des matières est un défilé de complaintes sur le thème d’une infériorité féminine et d’une supériorité masculine absolues, permanentes, mais totalement fantasmées. C’est également ce qui ressort de toutes ses interviews. Mona Chollet semble être restée une petite fille aussi naïve que niaise, enfermée dans des représentations de type Bisounours des rapports amoureux, ce qui est tout de même assez surprenant en 2021. On a l’impression qu’elle n’a jamais rien vécu ou qu’elle sort directement du Couvent des Oiseaux. Cette insondable candeur de béotienne et cette vision de la réalité directement sortie des contes de fées pourraient être mises en parallèle avec les lamentations victimaires de Manon Garcia (voir Manon Garcia ou la philosophie soumise à l’idéologie victimaire). À 15’ de La Grande Librairie, on découvre, tout aussi stupéfait, qu’elle vivait jusque-là « dans l’illusion que la domination et la violence étaient absente des relations sentimentales » et vraiment, on se pince.

« Sorcières » et le refus de la maternité

Comme je l’avais compris en chroniquant son ouvrage Sorcières, celui-ci n’était dans les faits qu’une tortueuse justification, basée sur la mythologie féministe sur les sorcières, de son refus personnel d’être mère – cette vieille obsession féministe faussement libératrice. Comme elle l’explique à Libération, l’objet de Sorcières était bien « l’envie d’écrire sur le choix de ne pas avoir d’enfants ».

Dans un article au titre aussi ridicule que putassier (« Le modèle actuel de l’amour hétéro ne fonctionne que lorsque les femmes ferment leur gueule »), Libération revient justement sur Sorcières et sur ses libertés prises avec la vérité historique : « « Sorcières » véhicule une idée de la sorcellerie qui n’est pas celle des historiens et historiennes d’aujourd’hui », témoigne ainsi Thibaut Maus de Rolley, professeur à l’University College London. Pour lui, l’essayiste « reprend pour l’essentiel les thèses des féministes radicales américaines des années 1970 (Barbara Ehrenreich, Deirdre English, Mary Daly), très largement diffusées dans le grand public anglo-saxon, qui ont contribué à faire de la sorcière une icône des combats féministes et une figure clé des mouvements new age et néopaïens ». Or, ces thèses ont été fortement contestées depuis, comme l’explique aussi le doctorant Maxime Gelly-Perbellini : « Mona Chollet se concentre sur la dynamique de domination hommes-femmes. Le système de répression est complexe et correspond à d’autres phénomènes qui se cumulent. » Pour le dire autrement, le profil type des victimes des persécutions donné par Mona Chollet – des sage-femmes, des guérisseuses, des femmes sexuellement affranchies, rebelles à l’ordre patriarcal – ne correspondrait pas toujours à ce que l’on trouve dans les archives des procès. » C’est ce que j’écrivais dans mon article.

Réinventer le célibat

Donc, de la même manière que Sorcières parlait de manière détournée de ses propres choix de vie, Réinventer l’amour serait tout aussi autobiographique. Dans L’Obs, « Comment Mona Chollet est devenue une icône du féminisme », Mona Chollet explique que chacun de ses livres a pour point de départ sa situation personnelle et que pour Réinventer l’amour, c’était le fait de « se retrouver de nouveau dans la situation de femme célibataire et d’être confrontée au regard social sur cela pour la première fois depuis très longtemps ». Dans le livre, elle explique ainsi « avoir laissé mourir une relation en plaçant la considération pour elle-même au premier plan ».

Voilà qui pourrait donc éclairer d’un jour intéressant l’inconfort visible de Mona sur les plateaux TV. Ne serait-elle pas tout simplement en train d’expérimenter le MUR, le fameux mur, ce moment où les reines féministes, habituées à faire valser les hommes autour d’elles comme des marionnettes, se prennent soudain la réalité en pleine poire ? Aujourd’hui seule et sans enfants par choix, il va lui falloir assumer le célibat subi, la cinquantaine approchant à grands pas et les cheveux gris par choix également (pour mieux incarner la fausse sorcière). Et avec les critères qui sont les siens pour retrouver l’âme sœur, on lui souhaite sincèrement bonne chance.

Car quel est le profil du prince charmant version Mona Chollet ? Un « homme déconstruit », pardi ! Improbable hybride mi-homme mi-serpillière et re mi-homme derrière, cet énergumène post-moderne (dont Ivan Jablonka pourrait faire figure d’étalon) grenouillerait aux dernières nouvelles dans les bas-fonds de l’écologie et du gauchisme – chez les éco-féministes très précisément, comme chacun l’a découvert récemment. Sinon, si les rares exemplaires existants sont déjà par trop déconstruits, il lui restera à se le fabriquer elle-même, soit en démontant psychologiquement un homme (la grande spécialité des féministes « rééducatrices »), soit en remettant des piles à son vibromasseur – car autant aller directement à l’essentiel, ce qui, avec le mâle sur pattes déconstruit, n’est pas gagné d’avance.

Dans son interview au Temps, l’engagement amoureux d’une femme envers un homme est selon elle « une des formes d’exploitation de la force et de l’énergie des femmes » et le pendant du travail domestique invisibilisé. Quelle complainte pitoyable… Comme si tous les comportements amoureux d’une femme revenaient à faire le ménage… Les féministes ne savent décidément se voir qu’en éternelles Cendrillon condamnées à récurer la cuisine ad vitam, jusqu’à ce que leur prince déconstruit vienne les enlever sur son cheval blanc.

Bref. Mona entreprend de nous expliquer l’amour hétérosexuel au moment même où elle se ramasse un râteau mémorable sur le sujet. On a beau savoir que ce sont les cordonniers les plus mal chaussés, mais tout de même… Bien sûr, la pirouette consiste ici à tout mettre sur le dos du « patriarcat », mais la ficelle est assez grosse. Evidemment, tout le monde peut se faire larguer ou voir échouer sa relation, même les non-féministes, même moi ; tout le monde ou presque passe par des déboires amoureux au cours de sa vie. Mais la différence entre moi et Chollet, par exemple, c’est que je n’ai jamais envisagé de détruire les relations hétérosexuelles dans le monde entier pour me venger. Au contraire, j’ai positivé, je me suis remise en selle et j’ai reconsidéré mes critères de sélection. Exit le coq au milieu de la basse-cour, le piège à filles ou le bad boy (parfois les trois en même temps, ce fameux « pervers narcissique » qui fait tant saliver les féministes) et bienvenue aux hommes intelligents avec du cœur et avec qui on peut discuter (et ce n’est pas ce qui manque).

Sur le sujet des PN, justement, Mona Chollet nous la fait à l’envers. Elle écrit que ceux qu’on appelle les « pervers narcissiques » seraient les « enfants sains du patriarcat », alors qu’ils sont aujourd’hui précisément les enfants éclopés du féminisme élevés tant bien que mal par une mère toute-puissante mais dépassée (et au final impuissante), car ayant détruit la figure paternelle. J’en ai parlé dans cet article et c’est mon hypothèse : l’immaturité psychique incurable de beaucoup d’hommes et de femmes d’aujourd’hui aurait beaucoup à voir avec le fait qu’ils n’ont jamais eu de modèle parental sain pour se construire. L’absence de père ou de figure incarnant la fonction masculine paternelle serait ainsi à mettre en lien avec l’individualisme croissant chez les deux sexes, de même qu’avec les troubles mentaux des féministes. Enfants sans pères et sans repères, n’ayant jamais eu de modèle de couple structuré et aimant sous les yeux, ils errent ensuite dans la vie comme des âmes en peine. Je suis convaincue que c’est la destruction par les féministes d’un « patriarcat sain », celui que Paula Wright appelle par exemple le « patriarcat réformé », qui fait entre autres le lit des « pervers narcissiques ».

L’amour hétérosexuel dans les faits

La vision féministe radicale des rapports amoureux est toujours en porte-à-faux avec la réalité. Quand Mona Chollet déroule par exemple ce lieu commun : « A l’opposé, il existe aussi une forte censure sociale pour celles qui voudraient avoir des relations sexuelles sans s’investir émotionnellement. C’est le fameux stigmate de la salope », elle semble ignorer que les statistiques ne vont pas toutes dans son sens, loin s’en faut. Des études ont ainsi montré que plus une femme a de partenaires sexuels, plus son indice de dépression est grand et plus elle prend d’antidépresseurs (cette étude et celle-ci). Selon les statistiques, on apprend aussi que les femmes, contrairement aux hommes, ne rêvent pas d’avoir des dizaines de partenaires sexuels dans leur vie : la plupart en souhaitent seulement deux ! (voir l’article d’Aristide Renou).

« Il est paradoxal et contradictoire qu’il y ait de l’amour entre les hommes et les femmes », s’étonne-t-elle dans La Grande Librairie (14’), ce qui en dit long sur son profond mal-être et probablement son insondable désespoir. Elle égrène ensuite les lamentations féministes habituelles, à grand coups de clichés tout droit sortis des magazines féminins ; des affirmations qu’elle semble tenir pour acceptées par tous et qu’elle combat à ce titre dans son livre :

« L’intelligence fait fuir les hommes ». C’est faux, évidemment, puisque ça dépend de quels hommes on parle. Il est vrai que certains hommes se sentent rassurés par des femmes plus bêtes qu’eux (il faut reconnaître à leur décharge que certaines femmes intelligentes peuvent aussi être particulièrement casse-couilles – là je parle de moi, mais c’est pire encore quand la femme est féministe) ; mais il en reste suffisamment à qui l’intelligence convient parfaitement et pour lesquels elle est même un critère de choix. Raison pour laquelle les couples formés par des partenaires aux QI élevés sont statistiquement plus stables et divorcent moins que les autres (voir plus bas).

« Une femme doit être plus petite qu’un homme pour pouvoir être aimée ». Voici une manière particulièrement sournoise de retourner les choses dans le sens de la complainte féministe. La réalité est évidemment que celui qui a la plus grosse pression et l’interdiction quasi absolue de ne pas avoir la taille idoine, c’est l’homme. On sait tous ce que vivent les hommes de moins d’1,80m sur les sites de rencontre ; pourquoi Mona Chollet ne prend-elle pas clairement leur défense au lieu de victimiser encore les femmes et ne pas reconnaître que ce sont ses copines féministes qui sont les premières à cracher sur les hommes qui n’ont pas les critères physiques du Pince charmant ?

« Une femme doit être mince pour ne pas prendre trop de place dans le couple ». Ben voyons… L’accusation de grossophobie est surtout le moyen d’encourager les jeunes femmes à ruiner leur santé pour toute leur vie en entretenant un surpoids installé beaucoup trop tôt.

« Une femme ne doit pas réussir aussi bien qu’un homme ». C’est un cliché éculé qui ne correspond plus du tout à la réalité (voir plus bas). Mona semble ignorer que beaucoup d’hommes aujourd’hui recherchent au contraire une femme qui non seulement gagne de l’argent, mais en gagne plus qu’eux, puisqu’ils ont été dépossédés de tout rôle symbolique de subsistance. Beaucoup se sont de ce fait adaptés et n’ont plus de scrupules à se faire entretenir par leur femme – d’une certaine manière, les féministes ont ce qu’elles méritent.

En conclusion de son interview à La Grande Libraire, elle pense que « l’amour n’existe pas », « parce que le réel ne lui convient pas », elle qui « ne voudrait que des happy end »… Elle préfère finalement « se passer d’amour que de vivre un amour trop inégal » ; une défense du célibat et de la solitude – délirante mais très à la mode chez les féministes ; une manière surtout de reconnaître que l’affaire est pliée et qu’elles peuvent épouser leur chat. Je trouve cela infiniment triste et cela ne fait que renforcer mon dégoût pour l’idéologie féministe qui les a menées là.

L’hypergamie en 2021 et les conséquences du féminisme sur la nuptialité et la pauvreté

Des études et des articles se font l’écho régulièrement des paradoxes du mariage et de l’influence négative du féminisme sur la nuptialité (par exemple Le mariage, nouveau marqueur des inégalités sociales (Les Échos, 6/08/19) ou cette traduction réente d’un article anglais par Aristide Renou, « Féminisme et classes sociales », 29/09/21) qui donne ces chiffres pour les États-Unis : « Les personnes les moins diplômées sont moins nombreuses à être mariées et ces mariages ont deux fois moins de chances de durer. Environ 65 % des femmes les moins diplômées étaient mariées en 1990, mais seulement 50 % en 2017. (…) Près de 80 % des mariages homme-femme dans lesquels les femmes ont fait des études supérieures devraient durer jusqu’à la mort, alors que cela ne devrait être le cas que de 40 % de ceux impliquant des femmes sans diplômes universitaires. »

Une enquête récente publiée dans le Figaro, « Le mariage favorise-t-il encore la promotion sociale ? » (21/09/21) confirme ces chiffres, en France, cette fois : « Alors que 80 % des ouvrières de 35 à 44 ans et 71 % des femmes cadres vivaient en couple en 1990, la proportion s’est inversée à partir des années 2010 (respectivement 68 % d’ouvrières mariées ou pacsées et 73 % pour les cadres), souligne l’Insee dans son étude « Couples et familles ». (…) Le débat fait rage aux États-Unis sur le thème : « Le déclin du mariage chez les classes moyennes accroît les inégalités », tout comme le phénomène des familles monoparentales concerne exclusivement les catégories les moins favorisées. »

Dans l’hypergamie – le fait de se marier avec quelqu’un d’un milieu social « supérieur », « les démographes ont longtemps vu un schéma éprouvé de promotion sociale » : « Les femmes cherchaient, dans le choix de leur conjoint, à assurer une plus forte sécurité pour leurs enfants ; les hommes préféraient épouser des femmes dont la position sociale ne leur faisait pas concurrence au sein du foyer » (on parle alors d’hypogamie), résume l’économiste-géographe Laurent Davezies. Et tout en reconnaissant qu’il s’agit d’une vision quelque peu patriarcale, il juge que « l’hypergamie n’a pas que des défauts : elle a constitué, au fil du temps, un mécanisme majeur de redistribution et de cohésion sociale, de « fusion », pourrait-on dire, entre familles de milieux différents ». Or, les choses ne fonctionnent plus ainsi. « La tendance à l’« hypergamie féminine », selon laquelle les femmes se mettent en couple « vers le haut », avec un conjoint d’une classe supérieure à la leur, ne tient plus. Depuis 2000, les femmes sont plus diplômées en moyenne que les hommes. Et même si ces derniers occupent encore des professions plus « élevées » et ont des salaires supérieurs, l’écart en faveur des hommes diminue », explique Milan Bouchet-Valat. »

Il en résulte que sous la pression et les exigences des féministes, l’ascension sociale par le mariage n’est quasiment plus possible pour une jeune femme. Aujourd’hui « l’homogamie » des mariages domine clairement. Chaque classe sociale se marie entre soi, formant des milieux étanches. Sur les sites de rencontres, c’est très clair, où « les critères de sélectivité renforçant l’homogamie la plus décomplexée reviennent au grand galop ». De ce fait, les revenus des couples sont de plus en plus inégaux : « Loin d’être un facteur de réduction des inégalités salariales, comme il a pu l’être durant les Trente Glorieuses, le mariage tend au contraire à les exacerber ».

« Il y a deux raisons à cette « homogamie économique » : malgré les disparités salariales tant décriées entre hommes et femmes, les couples rassemblent de plus en plus des salaires de niveau comparable (l’avocat n’épouse plus sa secrétaire mais une avocate) et la multiplication des familles monoparentales est bien souvent gage de pauvreté. L’étude de l’Insee publiée la semaine dernière rappelle qu’en 2020 le quart des familles (avec enfant(s)) n’avait qu’un parent, que 4 millions d’enfants mineurs vivaient dans des foyers monoparentaux, dont 41 % en dessous du seuil de pauvreté (21 % pour l’ensemble des enfants). En France, comme aux États-Unis, les tendances décennales concordent : plus on dispose de revenus élevés et plus on continue de se marier, avec en outre une quasi-inexistence de familles monoparentales parmi les plus aisés ».

Autrement, dit, le mariage est devenu un marqueur social flagrant : seules les classes sociales supérieures et éduquées sont à même de le faire perdurer et d’offrir à leur progéniture des environnements stables. Inversement les classes sociales défavorisées voient le plus grand nombre de familles instables, de divorces et de mères isolées, accentuant leur pauvreté et leur déclassement social.

Et le féminisme là-dedans ? La lutte acharnée du féminisme contre la famille, la maternité, la paternité et désormais l’hétérosexualité et la masculinité a porté ses fruits mais fait les dégâts les plus considérables dans les milieux défavorisés, déjà pauvres et qui se voient encore plus appauvris. Ce féminisme déconstructiviste d’extrême gauche est définitivement une occupation de petites bourgeoises repues et désoeuvrées qui ont du temps à perdre à lutter contre un patriarcat fantasmatique pendant que dans des foyers explosés toujours plus démunis, des femmes et des enfants isolés vont payer le prix fort de leurs lubies. Pendant que les féministes des classes supérieures sauvent les meubles, du fait de leur éducation, les catégories sociales défavorisées vont appliquer malgré elles leurs préceptes fous, faute d’être suffisamment équipées pour surmonter le désastre que cette idéologie installe dans leur quotidien. On ne dit donc pas merci pour leur oeuvre aux Chollet et autres féministes déconstructivistes – car le réel contredit toujours leurs théories.

Suite de cet article :

[à suivre…]

  • Voir aussi :

. Sur Mona Chollet :

Alain Finkielkraut, « Le patriarcat n’existe plus »

Je mets ici le verbatim du passage d’Alain Finkielkraut sur le « patriarcat » (concept auquel je mets systématiquement des guillemets afin de rappeler qu’il s’agit essentiellement d’une chimère néo-féministe), le 15 septembre 2021 sur France Inter :

« Une femme est mariée; elle attend un enfant et le mari ou le compagnon veut le garder ; elle ne veut pas. Eh bien, elle a le dernier mot : ça, ça veut dire que le patriarcat n’existe plus.

D’ailleurs, la preuve, c’est la manière dont on invoque l’ordre patriarcal pour s’attaquer maintenant, non pas pour plus d’égalité, mais pour s’attaquer maintenant aux conquêtes de la civilisation.

On vous explique par exemple, dans le sillage de MeToo, qui instaure des procès hors du tribunal, que la présomption d’innocence est une insulte faîte aux victimes et un vestige de l’ordre patriarcal. La présomption d’innocence, le contradictoire, c’est le fondement de notre droit. Attention à ne pas confondre. »

[à suivre…]

. Sur le même sujet :

[Obscurantisme féministe] – Odile Fillod et le refus de la biologie

Comme on m’avait vivement recommandé la série de podcasts Meta de Choc, je viens d’aller en écouter quelques-uns. Effectivement, j’ai trouvé la démarche intéressante et le contenu de qualité, avec un véritable travail de documentation se voulant le plus sincère et le plus honnête possibles. La série sur le New Age en particulier est tout à fait enrichissante et soulève nombre de points parfaitement en phase avec l’actualité du temps.

Ayant amorcé de mon côté une réflexion critique sur l’éco-féminisme (dernier avatar du New Age), j’ai donc écouté attentivement les deux podcasts sur « l’éco-spiritualité » et les deux autres sur « le féminin sacré », pensant y trouver quelques éléments de convergence afin d’étayer, entre autres, mon article sur « Les féministes et la religion ». Las ! Malgré un exposé très bien fait sur les fondements historiques et intellectuels de « l’éco-spiritualité » et du « féminin sacré », j’ai été quelque peu étonnée de n’y trouver aucune mention (et encore moins de critique) de l’éco-féminisme – alors même que cette idéologie en est actuellement la manifestation la plus évidente (j’y reviendrai donc moi-même à l’occasion).

Dans « le féminin sacré », j’ai également tiqué sur quelques points. À propos des sorcières notamment, il y a des erreurs historiques assez gênantes : Élisabeth Feytit affirme que les bûchers de sorcières sont l’œuvre de l’Église catholique, qu’ils remontent au XIIe siècle et qu’ils avaient pour but de lutter contre le protestantisme – toutes choses essentiellement fausses. Je renvoie sur ces points à mon article sur les sorcières (et pour les plus versés sur le sujet aux auteurs universitaires sur lesquels je m’appuie). Je me contenterai de rappeler brièvement ici que :

  • Les « bûchers de sorcières » sont une caractéristique de l’Europe du Nord protestante, essentiellement des campagnes et principalement du tournant du XVIIe siècle ;
  • Que l’Eglise catholique n’y est pour rien, puisque la grande majorité des bûchers sont l’œuvre de tribunaux laïcs dans des sociétés protestantes  ;
  • Qu’avant les XIVe- XVe siècles, et surtout le tournant des XVIe et XVIIe siècles, l’Europe (et plus encore l’Europe catholique) a brûlé très peu de monde et autant, voire davantage, d’hommes que de femmes. La mythologie sur les sorcières, inspirée par le falsificateur Jules Michelet puis reprise aveuglément par les féministes n’est qu’une réécriture de l’histoire à des fins de militantisme.

Pour autant, ces points d’histoire (un peu spécialisée, admettons) ne sont pas pour moi le plus gênant dans ces derniers podcasts. J’ai bien davantage tiqué sur le positionnement féministe mainstream qui s’y épanche, notamment quand E. Feytit renvoie à son autre série sur « Mars et Vénus » en lançant quelques assertions idéologiques du genre qui m’ont tout de suite mis la puce à l’oreille. L’écoute de la série en question (4 podcasts d’une heure chacun) n’a fait que confirmer mes pires craintes : le néo-féminisme et l’idéologie du genre les plus caricaturaux s’y étalent effectivement sans le moindre esprit critique. J’ai donc décidé de consacrer mon billet au contenu de cette dernière série.

Odile Fillod, les hommes, les femmes, Mars et Vénus

Les quatre chapitres d’une heure chacun sont donc un échange à bâtons rompus avec son amie Odile Fillod – Élisabeth Feytit, qui la tutoie, glousse quasiment à chacune de ses allégations. L’interview, qui tient surtout de l’échange entre copines féministes qui refont le monde à leur sauce, n’a pas grand-chose à envier à une soirée-conférence des pires heures d’Osez le féminisme. Pas franchement de quoi m’emballer moi, et c’est peu de le dire.

D’emblée, OF est présentée comme étant absolument objective en tous points, alors que… c’est une militante féministe de compétition ! Et même une féministe militante avant toute autre chose. Donc je veux bien qu’on fasse de la métacognition ou que sais-je ou qu’on s’emploie à débusquer les biais de ceci ou de cela chez les autres, mais ne pas voir à ce point un biais de cette taille, c’est quand même un peu gênant… « Festucam in oculo fratris tui et trabem in oculo tuo non vides », comme qui dirait (Mt, 7, 3). J’ai tout écouté et je vais donc reprendre quelques points de ces quatre chapitres, dans l’ordre.

  • Chapitre 1

Le chapitre 1 s’ouvre sur un ouin ouin typiquement féministe de fausse victime (« Ouin ouin, mon père ingénieur a favorisé mon frère et pas moi, cétropinjuste ») pour finalement reconnaître qu’elle a elle-même fait des études d’ingénieur… Les discriminations sur les « rôles sexués » et les « normes de genre » n’ont pas dû être trop sévères quand même… (yeux au ciel). Mais en bonne féministe anti-patriarcale, il lui fallait bien charger gratuitement la « domination » paternelle en guise de hors-d’œuvre. Elle explique plus loin qu’elle n’a pas terminé sa thèse en sociologie – ce qu’on ne lui reprochera pas, mais qui pose quand même question quand elle entreprend, en toute modestie, de réfuter sur le fond quantité de neuro-biologistes et de spécialistes du cerveau.

11-12’ : elle qualifie sans perdre de temps la psychologie évolutionniste de « fantaisiste », ce qui la pose d’emblée comme une idéologue plutôt que comme une scientifique. On comprend également qu’elle n’a pas de compétences biologiques du niveau de celles qu’elle va attaquer et qu’elle risque donc de ne produire que du discours et pas des faits. Sa seule marotte, tout au long des quatre heures d’interview, ne sera qu’un refus obstiné de reconnaître la moindre différence de comportement entre les sexes pouvant avoir une origine biologique (20’) et de dénoncer les « croyances » des autres sans jamais voir les siennes (26’).

28’-29’: OF développe longuement sa propre réfutation sur le fond d’une étude scientifique qui aurait omis de prendre en compte la différence de volume des cerveaux masculin et féminin. [NB. Cette réfutation est elle-même réfutée par le neuro-endocrinologue Jacques Balthazart qui explique dans cet entretien que même après correction du volume du cerveau des hommes, on retrouve des différences et que de toutes façons, à la naissance, la taille du cerveau est la même chez les deux sexes – alors que les différences sont bien là (11’)].

Elle glose ensuite sur l’inexistence de la « théorie du genre », oubliant de préciser que si cette « théorie » n’existe effectivement pas, l’idéologie du genre, elle, existe bien et qu’elle-même en est un des meilleurs parangons ! (35’). À ce titre, elle s’emploie alors à nier obstinément toute influence possible des hormones sur la psychologie et le comportement humains (46’), allant jusqu’à prétendre que les gens comme elle, qui rapportent tout aux constructions sociales, n’existent pas (47’). Elle reconnait cependant, juste après, que les chercheurs en sciences sociales sont incompétents en biologie et ne peuvent faire que de la description. C’est ensuite au tour des résultats scientifiques d’être révoqués pour cause de manque de fiabilité, alors qu’elle n’est elle-même que sociologue. Bref.

  • Chapitre 2

Le chapitre 2 voit réitérer la charge contre les très nombreuses études scientifiques qui depuis plusieurs décennies maintenant mettent en relief le rôle du pic de testostérone prénatale sur la masculinisation du cerveau et sur son rôle dans les futurs comportements de l’individu de sexe masculin. Elle évoque les « niveaux de preuves » en sciences et réfute les résultats des chercheurs au prétexte qu’il n’est, matériellement et éthiquement, pas possible de conduire des études randomisées en double aveugle sur le cerveau (on ne va pas par exemple tuer des jeunes garçons pour observer l’évolution de leur cerveau à tous les âges de la vie). Mais tout le monde sait cela et fait avec, elle ergote ici dans le vide (10’).

Elle prétend ensuite qu’on ne peut pas extrapoler à l’espèce humaine les résultats des études biologiques sur les animaux (11’). Je vois d’ici les spécialistes bondir en entendant cela. Surtout quand on se souvient que des féministes militants comme Françoise Héritier ou Pascal Picq, dans le même camp idéologique qu’elle, ne se gênent pas pour prendre en exemple les modèles animaux quand il s’agit de cracher de toutes leurs forces sur l’homme de sexe masculin. Elle-même ne se prive pas non plus de le faire quand ça l’arrange. Ici en tout cas, elle rejette en bloc les études sur la physiologie des autres mammifères, mettant sur le même plan les vaches ou les insectes et refusant toute forme de comparaison avec l’homme, y compris en matière de recherche biomédicale (12’). Il y a clairement là un manque de nuance qui pose question (15’)

18’ : elle dit ensuite que si la testostérone prénatale induit bien des différences structurelles observables, cérébrales puis comportementales, que ce mécanisme biologique est démontré, que tout l’organisme est baigné par les hormones sexuelles (qui circulent dans le sang), que dans le cerveau de l’embryon, par le processus dit « d’aromatisation », la testostérone se transforme en œstradiol et que c’est cet œstradiol qui va ensuite masculiniser les structures cérébrales, cela ne se produirait cependant pas chez l’humain (21’) ! (J. Balthazart explique le contraire, voir plus bas)

À partir de cas extrêmes et rarissimes d’hommes dont la physiologie à l’âge adulte est insensible aux androgènes mais qui, malgré un corps d’apparence féminisée, restent hétérosexuels, elle va conclure que la testostérone n’a pas d’influence sur les comportements masculins (23’). La démonstration n’est pas franchement convaincante (elle est même incompréhensible) : le pic de testostérone prénatal ayant pu se faire de manière incomplète (il y a une infinité de variations) ; je ne vois pas pourquoi elle tire ces conclusions.

Elle s’en prend ensuite de nouveau aux tenants de la psychologie évolutionniste (27’) qu’elle traite de simples compilateurs (32’), critiquant leur cherry-picking, leurs a priori (33’), leurs « points de vue » et leurs biais (36’), sans évidemment jamais voir les siens propres.

Tout à son obsession anti-biologique sur les origines des différences comportementales, elle s’en prend ensuite aux neuro-sciences (38’) et particulièrement à la thèse de Simon Baron-Cohen sur les différences innées (42’), thèse passionnante que je relaie moi-même régulièrement (par exemple ici ). Selon elle, cette étude « ne respecterait pas les protocoles standards » et ses auteurs auraient « tripoté les statistiques » car la collaboratrice de Baron-Cohen ayant conduit une partie de l’étude connaissait au préalable le sexe des bébés qu’elle testait – ce qui invaliderait de fait toutes ses conclusions ! Cela me semble tout de même assez léger pour rejeter l’intégralité des résultats de cette étude dont les observations sont loin d’être aussi fragiles qu’elle le prétend. Elle réclame une réplication de cette étude, et sur ce point, je la suis (cela mettrait au moins un terme à ce genre de polémique).

J’ajoute que nombre d’observations dans d’autres études (sur la propension des garçons à être forts au échecs, sur la prévalence de l’autisme masculin ou sur les choix d’orientations professionnelles, etc.) confortent évidemment les conclusions de Baron-Cohen. Elle finit quand même par reconnaître du bout des lèvres, poussée par E. Feytit, qu’il s’agit d’hypothèses qui en valent d’autres et qu’il n’y a pas de raisons de ne pas les évoquer (52’).

  • Chapitre 3

Le chapitre 3 consacre ses 20 premières minutes à la fixation néo-féministe sur les jouets genrés. Sur cette question, je renvoie à cet article de Peggy Sastre qui renvoie dans les filets ces obsessions sans fondement :

OF revient longuement sur une étude sur les singes vervets, souvent citée mais qui ne semble pas très convaincante – ce qui est bien possible, mais il ne s’agit que d’une étude parmi d’autres. Comme le rappelle par ailleurs Jaques Balthazart (voir plus bas), les filles ayant reçu trop de testostérone pendant leur vie embryonnaire choisissent spontanément des jouets de garçons – signe que certains comportements semblent bien influencés par des données biologiques.

A 14’, elle affirme que les garçons n’auraient pas plus besoin que les filles de se dépenser physiquement… Ce qui n’est pas du tout la conclusion que j’ai pu tirer par exemple en regardant l’autre jour ce reportage du JT de 20 heures sur une école de cascadeurs : on n’y voyait que des garçons hyperactifs, hyper physiques et quasiment pas de filles… On se demande bien pourquoi… Quelles normes sociales conservatrices interdisent donc aux filles de fantasmer sur le métier de cascadeuses ?

19’-24’ : elle dénonce la théorie de l’ocytocine « hormone de l’amour » : l’ocytocine n’aurait en réalité comme seule fonction que de contracter les muscles afin de permettre l’accouchement puis l’allaitement et n’aurait aucun effet psychotrope quant à l’attachement mère-enfant ou l’instinct maternel – à rebours de ce que l’on entend partout.

Je conteste d’emblée cette absence de lien : si l’action directe de l’ocytocine en tant que telle n’est pas prouvée (admettons), on sait que l’allaitement en lui-même génère l’attachement au bébé et partant, l’instinct maternel, ocytocine ou pas. Dans la mesure ou l’ocyto est derrière l’allaitement, elle est donc, ne serait-ce qu’indirectement, derrière l’attachement. À 28’ cependant, elle reconnaît que l’action de l’ocytocine, jouant surtout sur l’allaitement, favoriserait bien l’attachement à son petit chez la brebis. Je n’ai aucun doute en ce qui me concerne que l’allaitement lui-même, induit par l’ocytocine, a le même effet dans l’espèce humaine – puisque nous sommes aussi des mammifères. Je relève en tout cas son combat d’arrière-garde de féministe radicale contre « l’instinct maternel » – et donc contre la maternité –, notions taboues devant être éradiquées ; la croisade anti-maternelle des féministes aigries des années 70 étant malheureusement plus que jamais d’actualité.

Un peu plus loin, on a droit au couplet, rebattu lui aussi chez les néofem, contre la complémentarité entre les sexes (37′), puis de nouveau (43’), le rejet ridicule et obsessionnel de toute différence entre les sexes. Rien que de très conformiste au sein de la secte :

Gneu gneu gneu

(citation tirée de cette interview)

Suit (44’), une attaque en règle contre le biologiste Jacques Balthazart, sur laquelle je reviendrai un peu plus bas car celle-ci a donné lieu à des échanges musclés de part et d’autre. OF conteste de nouveau le phénomène de masculinisation du cerveau par les hormones prénatales et affirme que les différences de cerveau observables concerneraient exclusivement la physiologie de la reproduction (à travers notamment les gonades). Elle dénonce encore une fois les biais des autres, toujours aveugle aux siens propres (sur les réponses de J. Balthazart à ces affirmations, cf. infra).

54’ : Elle rejette « l’hypothèse de la testostérone » pour expliquer l’agressivité masculine et cite à l’appui une étude sur les trans Ftm (femmes devenues hommes) que la testostérone injectée ne rendrait pas plus agressives (ce sont des femmes à la naissance) – oubliant de rappeler que la testostérone à l’âge adulte ne peut déployer ses effets que sur des corps préalablement sexués par la testo prénatale ! (ce qu’explique Jacques Balthazart, cf. infra). De plus, elle se garde bien évidemment de vérifier si cette étude qui va dans son sens n’aurait pas par hasard quelques biais méthodologiques…

  • Chapitre 4 

OF se plaint tout au long du chapitre 4 des biais et de la binarité des autres, comme si elle-même y était étrangère. 25’ : Elle ressort l’habituelle critique néofem de la psychanalyse, vouée aux gémonies car elle a le malheur de reconnaître la différence des sexes (rien ne nous sera décidément épargné du bréviaire néofem : tout le petit livre rouge nous est déroulé à grand renfort « d’essentialisme », de « naturalisation », etc.). 27’ : Elle semble également rejeter (sans oser le dire ouvertement, car elle s’est déjà fait taper sur les doigts pour ça, voir plus bas) l’idée que l’homosexualité puisse être naturelle et avoir des bases biologiques.

29’ : Elle pense que les gens qui ne pensent pas comme elle et reconnaissent la différence des sexes sont des angoissés cherchant à tout prix à se rassurer. Or il me semble que c’est plutôt l’inverse : qu’est-ce que la complémentarité des sexes, le dimorphisme ou les différences de comportement ont donc de si insupportable à tolérer pour les idéologues du genre comme elle ? Sur quels tabous, blocages ou névroses personnelles tout cela appuie-t-il si douloureusement ? Leur propre incapacité à vivre et expérimenter cette complémentarité, peut-être ?

L’histoire donnera raison à la biologie

OF est bien obligée de reconnaître à la fin de l’entretien qu’il existe réellement de « petites différences moyennes » de comportement entre H et F induites par le substrat biologique  – comme par exemple la capacité, supérieure chez les hommes, à faire tourner mentalement un objet en 3D (35’). Cette supériorité masculine en matière de spatialisation est évidemment bien connue (moi par exemple, malgré des capacités verbales très développées, je ne distingue toujours pas ma droite de ma gauche et ai toujours des problèmes de latéralisation et d’orientation – ma fille a les mêmes caractéristiques, alors qu’aucun des hommes de ma maisonnée).

Elle reconnait également l’impact des mécanismes biologiques et de la différence des sexes sur les retards mentaux (36’). Ainsi, grâce à leurs deux chromosomes X, les filles sont protégées des anomalies génétiques situées sur un des X, alors que celles-ci vont s’exprimer chez les garçons qui n’ont pas de second X pour compenser le segment défectueux. Mais dans ce cas, elle refuse de prendre en compte ces cas extrêmes ou particuliers alors qu’elle les prenait comme références plus haut (les hommes féminisés ou les ftm) pour tirer ses propres théories.

La fin de l’interview, à propos des « instrumentalisations conservatrices » de la différence des sexes, est l’occasion de démontrer, pour qui ne l’aurait pas encore compris, qu’elles sont surtout des féministes de gauche – et en avant les vieilles lunes féministes sur les femmes qui n’auraient pas envie de s’arrêter de travailler pour s’occuper de leur enfant (un mensonge, voir [Désespoir et solitude] – Le féminisme en échec), le jargon féministe : « renforcer les normes sociales », « les rôles assignés à leur sexe », « stigmatisant », « comportements genrés », « étendards de masculinité », et gna gna gna… (42’-43’).

Conclusion

Aucun « inconfort » ni « incertitude » pour ma part à l’écoute de cette série, comme annoncé à l’ouverture du chapitre 3, juste de l’agacement devant tant de répétitions  ! Je ne connais que trop l’argumentaire néofem usé jusqu’à la corde et ce n’est pas cette récitation servile qui va m’ébranler.

On retiendra surtout qu’OF n’a jamais produit de recherche par elle-même afin de démontrer scientifiquement que la sexuation du psychisme n’a pas la moindre base biologique ; ce qui ne l’empêche pas de mener des croisades acharnées contre les chercheurs les plus sérieux qui ne vont pas dans le sens de son idéologie. Comme l’écrivait un chercheur : « Pourquoi ne publie-t-elle pas ses critiques dans des revues spécialisées en biologie ? ».

Comme elle le reconnaît elle-même en conclusion, ce n’est qu’une question de temps, parce que les recherches sur le cerveau vivant ne sont par définition pas faciles à mener (si ce n’est parfois impossibles), mais il ne fait aucun doute qu’avec le développement des techniques de pointe d’investigation, elle sera infailliblement contredite par la science – que ce soit dans un avenir proche ou un peu plus lointain. Il est donc plus que dommage en 2021 de perdre encore son temps et son énergie à vouloir à tout prix défendre les marottes moisies du Gender Feminism.

Certains lui font d’ailleurs remarquer très pertinemment dans les comms qu’elle ne parle pas de l’influence des hormones féminines sur l’humeur de femmes pendant les règles ou, plus grave, des problèmes que posent aujourd’hui les hommes trans (Mtf) : sont-ils égaux physiquement aux femmes ? (et j’ajouterais : dans le sport féminin, par exemple ?).

Dans ses réponses, elle admet ne pas bien connaître le sujet de l’influences des hormones du cycle ovarien sur le comportement féminin (lol) ; quant aux trans, elle évacue totalement le problème, se contentant de dire « qu’il existe très clairement des différences moyennes naturelles entre les personnes 46,XX et les personnes 46,XY, et pas seulement au niveau de l’anatomie génitale : des différences physiologiques, la différence de stature, etc. », ce qui est tout de même un peu court !

=> Sur le sujet des trans et du biologique, voir [Échec et mat] – Les féministes et le coup d’après

Un dernier commentaire me fait rire, celui de ce papa de jumeaux garçon-fille qui, malgré son éducation féministe non genrée et égalitariste, constate que son fils et sa fille adoptent en grandissant des comportements radicalement différents. Mais au lieu de se dire que Mme Fillod raconte peut-être un peu n’importe quoi, il préfère dévotement battre sa coulpe : « Après écoute, je suppose que j’ai dû grandement sous-estimer la part de non-verbal et d’involontaire dans la transmission des normes sociales par le comportement de mon épouse et de moi-même. Et c’est là mon plus grand chamboulement, mon attitude et ma façon d’être contribuent probablement à diffuser des normes sociales avec lesquelles je ne suis pas totalement en accord. C’est shocking ! », agneu gneu gneu (mais lol !).

Odile Fillod, militante féministe radicale

Féministe adepte d’Odile Fillod

Odile Fillod ne se cache pas d’être une militante féministe qui veut avant toutes choses propager sa « bonne parole féministe » comme elle le dit elle-même, et qui pour cela n’hésite pas à « se faire » des chercheurs ou des contradicteurs avec des méthodes dont on pourrait discuter un instant. Ainsi, comme l’écrit ici Peggy Sastre, elle n’hésite pas, « via appels et courriers aux rédactions et autre lobbying auprès d’éditeurs d’ouvrages collectifs ou d’organisateurs de conférences et tables rondes, etc. à user de lobbying » pour censurer des chercheurs et des journalistes scientifiques (ce dont PS a fait les frais).

Le neuro-endocrinologue belge Jacques Balthazart, qui a lui aussi fait les frais des violentes attaques d’Odile Fillod, s’est fendu à son tour d’un statut Facebook (où il dénonce « la malhonnêteté intellectuelle absolument affligeante » dont celle-ci fait preuve dans son blog) ainsi que d’une défense argumentée co-signée par plusieurs chercheurs que l’on peut lire intégralement ici.

On y apprend que sur son blog, Odile Fillod réfute la thèse défendue par Balthazart et le consensus scientifique selon laquelle « l’orientation sexuelle et donc l’homosexualité n’est pas un choix mais est largement déterminée par divers facteurs biologiques (hormonaux, génétiques, épigénétiques, immunologiques, …) agissant essentiellement pendant la période pré ou périnatale ». Elle s’en prend aussi violemment au livre de Jacques Balthazart, Biologie de l’Homosexualité : On nait, on ne devient pas homosexuel, 2010, ce qui pousse L’Express et Paris Match, qui ont répercuté les propos de Fillod, à réclamer à ce dernier cette réponse.

Dans celle-ci, il redonne un exemple de dimophisme concluant, celui « du noyau sexuellement dimorphique de l’aire préoptique (INAH3 pour les spécialistes) qui est de taille féminine chez les hommes homosexuels. (…) La petite taille du noyau de l’aire préoptique des homosexuels hommes est un des nombreux indices qui suggèrent que EN MOYENNE les hommes homosexuels ont été exposés à une action de la testostérone ou de son métabolite l’œstradiol qui était atypique pour leur sexe. De nombreuses autres données relatives à d‘autres caractéristiques morphologiques, physiologiques ou comportementales suggèrent qu’il en est de même pour les lesbiennes. »

Ceci va dans le sens de l’étude que je répercutais ici :

J. Balthazart rappelle « qu’il existe en France un courant idéologique qui remet en cause l’idée d’un contrôle biologique de l’orientation sexuelle en ergotant sur le détail des données disponibles qui soutiennent cette théorie générale. Aucune de ces critiques n’invalide une théorie spécialement si on ne propose pas de théorie alternative. L’article de L’Express reprenant les propos d’Odile Fillod affirme même que ‘personne n’aurait pour l’instant trouvé de cause à l’homosexualité’. Je considère qu’il s’agit là d’obscurantisme à un moment où se sont accumulées des centaines d’études convergentes indiquant un contrôle assez large par des facteurs biologiques essentiellement prénataux ».

Et comme il l’ajoute ensuite : « Le déterminisme biologique est cependant considéré comme un fait acquis par la plupart des chercheurs. On peut d’ailleurs mal imaginer comment l’évolution aurait pu laisser le contrôle d’une caractéristique aussi fondamentale pour la reproduction à un mécanisme moins déterministe qui dépendrait de l’éducation ou des interactions avec les congénères.
De façon plus générale, ce n’est pas parce que des points particuliers doivent être nuancés ou ont une portée limitée qu’une théorie générale s’effondre. La théorie biologique de l’homosexualité n’est pas à ce stade très formalisée et ne le sera peut être jamais vu des difficultés pratiques et éthiques à étudier le problème. Elle indique simplement que l’orientation sexuelle (homo ou hétéro) est influencée de façon importante par les hormones prénatales (testostérone ou son métabolite œstradiol), par des gènes non identifiés à ce stade (mais approximativement localisés sur les chromosomes pour certains d’entre eux) et par des influences épigénétiques incluant le fait de naître d’une mère qui a déjà conçu d’autres garçons.
Aucun de ces facteurs n’explique tout à lui seul mais leur convergence soutient l’idée qu’il existe un contrôle biologique de l’orientation sexuelle. Aucune théorie alternative plausible n’a jamais été proposée mises à part les affabulations post-freudiennes sur le complexe d’Œdipe qui sont clairement en conflit avec les données factuelles disponibles. »

« Les écrits d’Odile Fillod participent d’un courant idéologique particulièrement développé en France qui tend systématiquement à nier, occulter ou déconstruire toute étude qui mettrait en évidence un facteur biologique impliqué dans le contrôle de comportements humains. (…) En conclusion, il existe à ce stade un faisceau de données convergentes qui indiquent que l’homosexualité n’est pas un choix (ce que beaucoup semblent prêts à admettre en France) mais qu’en plus elle est largement influencée voire déterminée par des facteurs biologiques prénataux (ce qui semble en heurter beaucoup).
(…) En défendant ce particularisme français, Odile Fillod et d’autres 1) propagent un obscurantisme scientifique inapproprié, 2) empêchent de faciliter l’intégration des homosexuels dans nos sociétés et 3) isolent la France intellectuellement du reste du monde où la théorie défendue ici ne suscite guère de controverse. »

La tribune est signée de véritables spécialistes :
Jacques Balthazart, Docteur en Biologie, Professeur Emérite, Université de Liège
Nicolas Gauvrit, Chercheur en Psychologie Cognitive, Agrégé de Mathématiques
Claudine Junien, Professeur Emérite de Génétique, Membre de l’Académie de Médecine
Matthieu Keller, Directeur de Recherches CNRS
Magali Lavielle­-Guida, Docteur en Psychologie
Michel Raymond, Directeur de Recherches au CNRS
Franck Ramus, Directeur de Recherches au CNRS
Peggy Sastre, Docteur en Philosophie des Sciences, auteur et journaliste

Quand le cerveau devient masculin

On peut enfin écouter une interview récente (22/12/20) de Jacques Balthazart sur Europe 1, à l’occasion de la sortie de son dernier livre, Quand le cerveau devient masculin (Humenscience, 2019 ) où il revient sur ces différents arguments :

https://www.europe1.fr/emissions/sans-rendez-vous/quand-le-cerveau-devient-masculin-4014161

On relèvera les précautions oratoires incroyables pour annoncer le sujet de l’émission, preuve s’il en est de la terrible pression idéologique qu’exerce le féminisme mainstream en France ; ce qui ne manque toujours pas de surprendre J. Balthazart, lequel souligne cette confusion que font les néofem (car il s’agit bien d’elles) entre « égal » et « identique » et qu’il rapporte à une forme « d’intelligentsia de gauche anti-déterministe » (que l’on ne connaît que trop bien par ici).

Il rappelle qu’aujourd’hui, on a pu identifier une quinzaine de structures anatomiques et fonctionnelles différentes d’un sexe à l’autre puisque désormais, « grâce à l’imagerie médicale on peut faire des études sur les vivants » (11’). De plus, ces différences statistiques sont à la fois « évidentes » et « reproductibles », contrairement à ce qu’affirme OF.

Il rappelle également que la prévalence de la dépression est différente selon les sexes (les femmes y sont davantage sujettes, voir aussi [Désespoir et solitude] – Le féminisme en échec), sans parler de l’autisme, des syndromes de  Parkinson ou de Gilles de la Tourette (davantage d’hommes) ou d’Alzheimer (davantage de femmes), sans qu’on en connaisse encore les facteurs biologiques déclencheurs  – mais il est assez clair que les « constructions sociales » n’y sont pas pour grand chose.

20’-21’ : Il rappelle les effets organisateurs de la testostérone prénatale qui différencie les cerveaux de manière irréversible, ce qui induira des différences de comportements réactivées par les hormones à l’âge adulte. On peut ainsi créer un cerveau masculin en l’exposant à de la testostérone et inversement – contrairement à ce que prétend OF. Il faut bien comprendre qu’à l’âge adulte, l’hormone sexuelle ne pourra agir que sur un cerveau présensibilisé à cette action par les hormones sexuelles prénatales.

23’ : Il explique que le sexe femelle est le « sexe neutre » chez les mammifères, le « sexe non hormonal » ou « sexe par défaut ». Le rôle des hormones sera de le masculiniser et de le « déféminiser » si l’embryon est un garçon. Il rappelle lui aussi que la testostérone se transforme en œstradiol chez les animaux (25’) mais, contrairement à ce que dit OF, « chez homme, la testostérone joue un rôle important ».

Une différence de cerveaux se laisse aussi déduire du fait que les adolescentes sont matures plus tôt, en moyenne deux ans avant les garçons. Mais qu’ensuite, le cerveau masculin vieillira un peu plus vite que le féminin. Par contre, la chute hormonale à la ménopause n’affecte pas le cerveau et n’accélère pas particulièrement son vieillissement – même si, bien plus tard, Alzheimer touchera préférentiellement les femmes (et Parkinson les hommes, rappelons-le).

De la même manière, les pistes thérapeutiques de demain devront prendre en compte les différences sexuelles, métaboliques et hormonales (29’). On sait ainsi que la vitesse de métabolisation des médicaments est ralentie chez les femmes, ce qui fait qu’une femme va rester sous effet plus longtemps et par exemple risquer de s’endormir au volant le matin ou d’être moins vigilante si elle a pris des somnifères la veille au soir. Nier les différences biologiques comme le fait OF reviendrait donc à mettre cette femme en danger.

On l’a compris, cette dernière mène véritablement sur ces questions un combat d’arrière-garde qui, et c’est un effet assez caractéristique du néo-féminisme, ne fait que maintenir les pays qui sont affectés par cette idéologie dans une forme d’obscurantisme et de retard scientifique assez incompréhensibles.

[à suivre…]

  • Voir aussi :

. Sur le même sujet :

Nicolas Gauvrit, « Le sexe du cerveau : pourquoi Catherine Vidal a tort », Raison et Psychologie

Peggy Sastre, « Sexe et cerveau : la neurobiologiste Catherine Vidal a tort et il faut que cela se sache », L’Obs, 28/08/2014

. Picasso et l’hypothèse de la testostérone :

Féminisme, université et « cis-hétéro-patriarcat » : Gogolita passe sa thèse

Il faut absolument aller lire le Rapport sur les manifestations idéologiques à l’Université et dans la Recherche rédigé par l’Observatoire du Décolonialisme et des idéologies identitaires (daté du 10/05/21 et mis en ligne le 19/06/21) pour comprendre dans quel état de délabrement intellectuel est déjà parvenue une partie des sciences humaines dans l’université française.

Les sujets de thèses qui y sont listés (p. 15 à 36) en disent long sur l’étendue du désastre. Mon site étant dédié principalement à la critique du néoféminisme, je vais laisser de côté les thèmes, pourtant intimement liés, du décolonialisme et du racialisme – dont l’Observatoire est de toutes façons mieux qualifié que moi pour traiter – et revenir un instant sur l’emprise idéologique du néoféminisme dans la recherche en Humanités.

Parmi les dizaines d’exemples cités, j’ai extrait du rapport ces quelques sujets de thèses néoféministes. Sur ces 13 sujets directement inspirés par cette idéologie, trois sont des thèses en Arts, deux en Philosophie, deux en Sciences de l’Éducation, deux en Sciences politiques, les quatre autres se répartissant entre Sociologie, Études de genre, Psychologie et Anthropologie sociale.

Dix d’entre elles sont l’œuvre de femmes, deux d’hommes et une troisième d’un queer – donc de sexe indéterminé que je ne me risquerai pas à mégenrer imprudemment. Les directeurs de thèse et membres des jurys sont également prioritairement des femmes ; ce qui permet d’un seul coup d’œil de relever ce à quoi peut mener l’hyperféminisation des sciences humaines à l’université. Hélas, trois fois hélas, ceci tendrait aussi à conforter le vieux stéréotype sexiste voulant que les hommes soient plus rationnels que les femmes (et que je suis la première à déplorer : c’est en ce sens que ce féminisme ne sert pas la cause des femmes).

Les thèses listées ci-dessous le sont par ordre anti-chronologique, de la plus récente à la plus ancienne, ce qui permet de se rendre compte vers quoi les choses évoluent :

Thèses en cours :

  • « Un écoféminisme autochtone : représentations, discours et cosmologies animalistes décoloniales », thèse en préparation en Philosophie (!) à Amiens, par Myriam Bahaffou : « Cette thèse aura pour but d’explorer les liens entre deux groupes multiminorisés, les femmes autochtones vivant au Canada et les animaux avec qui elles vivent. (…) Cette thèse se développera dans un cadre de pensée écoféministe, c’est à dire qu’elle mettra en valeur l’assujettissement du vivant en général au nom d’une même domination, celle du patriarcat capitaliste et colonial. » 

Même si cela pourrait se passer de commentaires tellement c’est caricatural (les femmes assimilées à des animaux sous la férule du patriarcat, on se croirait dans un happening de Solveig Halloin…), je rappelle tout de même que l‘écoféminisme n’est qu’un rhabillage misandre et victimaire de la vieille spiritualité New Age de la fin des années 1970 (née en même temps et au même endroit que le néoféminisme sur les campus californiens) et le « patriarcat » une baudruche intellectuelle qui ne repose sur aucun fait scientifique. On notera aussi ce qu’est devenue la philosophie depuis que des néoféministes comme Manon Garcia s’en réclament…

  • « Intégrer l’approche intersectionnelle en formation des enseignant-e-s », thèse en Sciences de l’éducation, en préparation à Paris Est depuis le 9 décembre 2015, soutenance prévue en octobre 2021 par Odile Maufrais, formatrice à l’INSPÉ de l’Académie de Créteil. On notera le jargon épicène dans le titre et on pourra se rapporter à la page 27 du rapport de l’Observatoire ou au lien ci-dessus pour constater l’étendue du verbiage et du formatage idéologique. Il faut également noter que cette personne est déjà en poste et milite donc activement dans le cadre de ses fonctions.

Thèses soutenues :

2012-2020: C’est dans les vieux baquets de l’idéologie du genre qu’on fait les meilleures thèses !
  • « Défier la sexualisation du regard. Analyses des démarches contestataires des FEMEN et du post-porn », thèse en Sciences politiques soutenue à Lyon le 13 septembre 2019 par Noémie Aulombard : « (…)  Ces deux démarches contestataires mettent en exergue et questionnent, chacune à leur manière, la sexualisation cishétéropatriarcale des corps. (…) je montrerai que le regard sur les corps est verrouillé autour d’un imaginaire traversé par les rapports de pouvoir : les scripts corporels, façons hégémoniques de raconter les corps des dominant·es et des dominé·es, structurent le regard. » Gneu gneu gneu, la dominatiooon…, ce grand fantasme (je parle de refoulé sexuel) des néo-féministes.
  • « Pour un empowerment socio-environnemental : sociologie d’un mouvement féministe alternatif au Brésil », thèse de doctorat en Sociologie soutenue le 7 juillet 2019 à Toulouse 2 par Héloïse Prévost. On relèvera le même jargon radical, intersectionnel et écoféministe, ainsi que la valorisation des émotions (au détriment de la raison, l’ennemie historique des féministes) :
  • « L’analyse articulée de la violence de genre et de la violence sur la nature met en lumière les liens renouvelés entre patriarcat et colonialité et montre une politisation sentipensée des militantes, à partir notamment d’une politique intersectionnelle et de la valorisation d’un féminisme faisant des émotions un outil politique. »

La politisation « sentipensée » ou quand le sentiment supplante le raisonnement. On progresse !

Pour bien comprendre sur quoi se fonde ce genre de concept, il faut avoir en mémoire les marottes du féminisme radical des années 90 :

Dans cet ouvrage paru en 1990, Andrea Nye, féministe universitaire et théoricienne des Gender Studies, prétend que la philosophie et la logique hérités des Grecs ne sont que des stratégies discursives mises au point par les hommes pour opprimer les femmes.

Les mêmes délires sur le « sentipenser » sont développés dans cet article de mars 2020 : « Jusqu’à ce que nous soyons toutes libres » : la militance « sentipensée » des féministes agroécologiques brésiliennes contre les violences agrocapitalistes », où l’on nage en pleine spiritualité écoféministe-New Age. On notera la majuscule à Terre (= Gaïa, la déesse-mère) et le féminisme mystique :
« Le lien à la Terre et la fusion entre émotions et analyse politique sont analysés par l’étude des supports militants (mística, chants, poèmes, slogans) et des entretiens avec des militantes rurales. La compréhension de cette sentipensée éclaire les différents enjeux des violences. Une analyse de la violence de genre est proposée, appréhendée comme stratégie de l’agrocapital. La violence conjugale socioenvironnementale et les « féminicides agrocapitalistes » font partie de ce que l’auteure nomme une « nécropolitique agrocapitaliste ». »

  • « Présence et représentation de l’analité dans l’Art contemporain », thèse en Histoire et Histoire de l’art soutenue par Icaro Ferraz Vidal Junior à Perpignan en 2018. Je mets le résumé intégral car il vaut son pesant de cacahuètes, dans la mesure où on y conjugue allègrement le pornoterrorisme, l’écoféminisme, le « patriarcat » et l’anus sous toutes ses formes – c’est aussi beau que du Rachele Borghi dans le texte et d’ailleurs, j’étais convaincue que ça avait été soutenu dans son département de la Sorbonne. Ceci dit, dans le fond, c’est tout de même le seul sujet de thèse qui m’amuse réellement dans cette liste et peut-être le seul que je sauverais – parce qu’il est vraiment très drôle :

« Cette thèse propose une analyse de la présence et des représentations de l’analité dans l’art contemporain. Les œuvres analysées ici sont regroupées autour de trois axes centraux: le premier est celui qui investigue les rapports entre sexe et politique, le deuxième est dédié aux liens entre les excréments et le système de production industriel, le troisième met en relation l’érotisme et l’écologie. Dans le premier axe, nous proposons un parcours qui passe par les rapports entre le matriarcat et le patriarcat et arrive à la théorie queer contemporaine. Dans ce cadre, nous étudions la production artistique et activiste pornoterroriste. Le deuxième axe reprend le processus historique d’aseptisation des villes et la thèse freudienne sur le caractère anal pour créer un contexte de relecture des œuvres de Piero Manzoni, Wim Delvoye, Paul mccarthy et Andres Serrano. Le dernier axe essaie de créer des résonances entre la philosophie de Gilbert Simondon, l’anus solaire, un essai de Georges Bataille, la production picturale de Jakub Julian Ziolkowski et la vidéo Cooking, de Tunga, à partir de la notion chère à Simondon d’ordre de magnitude, à partir de laquelle nous essayons de dévoiler les rapports de l’anus avec le cosmos dans la production artistique contemporaine. »

Conclusion : plus le temps passe et plus les choses empirent

Les thèses en « Queer Studies » des années 2015-2018 semblent de bien innocentes formes de militantisme quand on voit la place hégémonique qu’a pris depuis le jargon radical antipatriarcal, victimaire et misandre. Les sciences humaines à la sauce néo-féministe ne semblent plus se nourrir désormais que de la guerre des sexes et des approches simplistes et fantasmatiques fondées sur l’idéologie de la domination ou l’écoféminisme, formes de pensée binaire que dissimule bien mal l’enrobage du vocabulaire pédant.

[à suivre…]

  • Voir aussi :

La terreur féministe à l’université

[Insulte suprême] – WordPress m’a traitée d’autrice !

Quelle ne fut ma stupeur l’autre soir, alors que je tapais incidemment le nom de mon site sur mon mobile, de découvrir que MON PROPRE SITE ME TRAITAIT D’AUTRICE !!! Moi !! Moi qui n’ai pas de mots assez durs pour dire ce que je pense de cette saloperie d’écriture inclusive ; moi qui ai même fait un site entier dédié aux cochoncetés féministes ! J’ai failli avoir une attaque.

Capture d’écran de ma requête Google

Ni une ni deux, j’ai couru chercher ma carabine pour trouer la peau de ceux qui avaient osé faire ça – ce que je promets habituellement à tous ceux qui ont l’outrecuidance de me traiter d’autrice, auteure, auteuresse, auteuse, auteur.e, autaire, auteurE, auteurice, auteur-e ou autre merde épicène.

« Autriiiice, autriice, est-ce que j’ai une gueule d’autrice ? »

Je plaisante, bien sûr. N’écoutant que ma fureur, je me suis contentée d’aller réveiller en pleine nuit un informaticien de mes proches pour lui demander, entre deux apnées, de nettoyer au plus vite mon site de ces déjections. Bon, en réalité, il ne dormait pas, était déjà occupé à écrire du code ou que sais-je, et ce n’était pas aussi simple à faire que je pensais (il s’agissait de supprimer la traduction automatique « anglais/français pour mongolien.ne.s » de la dernière version WordPress) ; ça a donc été remis à aujourd’hui.

Entretemps, j’ai pu me rendre compte que je n’étais pas la seule à me plaindre de cette invasion de l’idéologie woke dans WordPress. Des gens intelligents demandaient à ce que l’on ait le choix de ne pas subir ce verbiage militant ; mais qu’à cela ne tienne, le même curé WP leur récitait en réponse son bréviaire SJW sur la totalité des posts 🙁 .

  • Heureusement, la recette pour s’en débrasser est proposée ici, pour ceux qui auraient le même problème que moi :

https://github.com/Zeldemir/wordpress-sans-epicene

La marche à suivre est la suivante :

  1. télécharger « WordPress-5.6-sans-epicene.zip »
  2. Rendez-vous dans votre dossier FTP de WordPress « wp-content/languages ».
  3. Remplacer les six fichiers .po et .mo par ceux présents dans le zip « WordPress-5.6-sans-epicene.zip ».
  4. C’est fait !

Je découvre même avec plaisir que mon site y est cité en référence ! Je ne saurais trop remercier cette personne pour le service rendu !

Merci !
  • Je prends du coup 5 minutes pour réexpliquer que je suis UNE FEMME AUTEUR ! AU-TEUR ! Que je conçois ce que j’écris avec mon cerveau, pas avec mes ovaires et que je n’ai pas besoin de m’humilier à pleurnicher que j’ai des organes sexuels féminins qui devraient être pris en compte aussitôt que je couche trois mots sur un clavier !

Je n’ai pas besoin qu’on me cire les pompes parce que je suis une femme, je n’ai pas besoin qu’on me plaigne d’en être une, je n’ai même pas besoin qu’on sache que j’en suis une si je n’ai pas envie de le dire !

Je ne fais pas partie de la secte des pleure-misère féministes et vos bassines de larmes, voilà ce que j’en fais :

Sans blague !
  • De la femme auteur ou écrivain à la féministe « clit-otris »

Puisque chacun y va de sa redéfinition personnelle de la langue française au gré de ses états d’âme (ou de sa paranoïa pathologique pour les féministes), voici MES définitions des mots suivants :

. Autrice, auteure, auteuresse, etc. : Néologismes franco-féministes désignant toute pleurnicheuse professionnelle dont le talent littéraire est à indexer sur la taille des fesses, du clitoris ou des tissus mammaires. N’ayant dans tous les cas que des lieux communs misérabilistes à exprimer, sa revendication d’autrice est un indicateur fiable à 100% de la médiocrité de sa prose.
N. B. : Malgré l’existence du latin auctrix, le nom autrice n’a jamais été utilisé en français autrement que sous l’acception féministe-victimaire définie ci-dessus.
– Du fait de l’assonance avec clitoris, la forme autris (également orthographiée otris, ou mieux encore clito-t-ris, clito(t)ris, clit-otris ou clitotris), pourrait cependant être affectée aux otris/clit-otris féministes exclusivement, ce qui permettrait de souligner leur goût pour la destruction de la langue française tout en les distinguant utilement des véritables femmes auteurs.

. Écrivaine : Néologisme formé par la contraction du nom latin scriba, « scribe » et de l’adjectif latin vana, « vide, inconsistante, vaine, inutile, insignifiante, frustrée, traître, fausse, trompeuse, frivole, sotte, vantarde ». Caricature féministe de l’écrivain. Sa vanité et sa vacuité intellectuelle sont indiquées par son nom même. Sous-littérature à fuir absolument.
Synonyme: Écrivaillonne, scribouillarde, chieuse d’encre, otris, clit-otris.
Antonyme: Écrivain.

[à suivre…]

  • Voir aussi, sur l’écriture inclusive :

Grinshpun-Szlamowicz: « La masculinisation de la langue française est une thèse farfelue ». Dans leur nouvelle revue, les linguistes Yana Grinshpun et Jean Szlamowicz critiquent les fondements théoriques de l’écriture inclusive.

« Écriture abusive » de Ralph La Cartouche : 

 

  • Sur les termes « auteure », « auteuse », etc.

Jean-Paul Brighelli, « Écriture féminine, disent-elles… » (Causeur, 20/10/21)

[Anales de la Sorbonne] – Rachele Borghi

Rachele Borghi, « maîtr.e » de conférences en Géographie de l’Anus (je caricature à peine : dans ses travaux, elle voue un culte à l’anus, qu’elle qualifie de « laboratoire des pratiques démocratiques ») est un des fleurons de l’université Paris-IV Sorbonne. À ce titre, elle est encensée comme il se doit par ses semblables du CNRS : « En mars 2021, la section 39 (« Espaces, territoires et sociétés » du CNRS a adopté une motion de soutien à la géographe Rachele Borghi, victime « d’attaques indignes », soulignant notamment « la créativité, la rigueur et l’éthique scientifiques » de leur collègue, qui « ne font aucun doute pour celles et ceux qui, depuis le début de sa carrière, ont réalisé des évaluations véritablement scientifiques de ses travaux » » (Nathalie Heinich, Ce que le militantisme fait à la recherche, Paris, Gallimard, 2021, p. 11).

Sa « créativité » et son « éthique scientifique »… Je pense qu’il est donc temps de présenter à nouveau ce parangon de la rigueur intellectuelle, ce phénix de la construction et de la transmission des savoirs qui fait se pâmer aujourd’hui les hôtes des bois vermoulus de l’antique Sorbonne.

Je m’étonne de découvrir que l’on ait opportunément fait disparaitre de Dailymotion une vidéo pourtant fort instructive quant à la qualité et la créativité de son enseignement. Rachele Borghi participait alors, en février 2013, aux « Queer Days » de l’université de Bordeaux. En bonne néoféministe trash et victimaire et en illustration à son discours stéréotypé sur les « oppressions de genre-chatte-gneu gneu-ouin ouin », elle ne trouvait pas mieux, à l’image des néofem les plus bêtes et les plus moutonnières, que d’infliger à son auditoire la vue intégrale de ses bourrelets.

Celles qui veulent se faire recruter à Paris-IV Sorbonne savent donc ce qu’il leur reste à faire – mais attention, il faut impérativement être un repoussoir et pondre au kilomètre du galimatias avec des points au milieu ! Si jamais vous êtes jolie et sexy (et qu’en plus vous êtes blanche et hétéro), attendez-vous plutôt à être vouée aux gémonies. Et si par malheur ultime, vous êtes un homme, sachez que c’est une mise à mort sans pitié qui vous attendra si l’idée saugrenue vous prenait de faire admirer votre service trois-pièces depuis l’estrade.

La vidéo a été supprimée de Dailymotion, mais elle est toujours visible ici. En voici également quelques unes de mes captures d’écran de l’époque. Il s’agissait d’une conférence publique, filmée et mise sur les réseaux sociaux car, pour ces universitaires-militantes, l’argent public servant à les rémunérer sert d’abord à diffuser leur propagande le plus largement possible.

Tout en parlant, et sans prévenir, Rachele Borghi nous gratifie donc, comme si de rien n’était, de sa plastique, euh, comment dire…

.

« Mon anus doit être visible pour ne pas être caché par l’hétéronormativité », proclamait-elle fièrement. On attend donc avec impatience les images, si possible estampillées CNRS par son laboratoire de recherches. On lui signale tout de même que des anus de donzelles, hétéro, bi ou lesbiennes sont visibles en pagaille sur Youporn et que l’hétéronormativité n’y a pas tellement attendu ses pitreries pour les contempler… Le néoféminisme ou cet art consommé de réinventer l’eau tiède chaque matin…

Nul doute que « cellezéceux qui, depuis le début de sa carrière, ont réalisé des évaluations véritablement scientifiques de ses travaux » aient apprécié celui-ci à sa juste valeur et qu’il est ce qui lui vaut aujourd’hui ce soutien sans faille. Il était temps de toutes façons que l’université française « questionne » enfin cette définition obsolète de ce qui fut un jour la « science ».

  • Ce déshabillage n’est en rien une « performance artistique » isolée, mais une pratique routinière chez elle. En 2018 par exemple, elle remet ça à Milan : « Norme eterosessuali, norme sacrificali. » – Festa antispecista 2018 – Sede USB Milano (vidéo pour les plus de 18 ans) :
2018 – Elle se met debout sur le bureau le temps de sa communication
  • On relèvera son rapport typiquement féministe à la nudité, de laquelle toute forme d’érotisme, même la plus infime, doit être radicalement évacuée. Les néoféministes ne supportent ni le désir, ni le regard érotisé, ni l’attirance entre les sexes, ni le plaisir des yeux. Seuls comptent l’exhibition sexuelle, l’agression visuelle et la réduction du corps féminin à un étalage obsessionnel et clinique de névroses et fixations régressives diverses. Rachele Borghi essaie désespérément d’affecter à son corps une raison d’être et de lui trouver une fonction intellectuelle quelconque car elle n’a toujours pas compris, et elle ne ne comprendra jamais, à quoi un corps peut bien servir et pourquoi les êtres humains ne sont pas de purs esprits. Le néoféminisme pourrait n’être dans le fond que l’exacerbation et la projection dans l’espace public de la profonde névrose de désespérées définitivement incapables d’assumer leur incarnation.

Rachele Borghi en 2011
  • Si l’on compare enfin l’évolution physique de Rachele Borghi entre les années 2010 et 2020, on est frappé par l’effet délétère du féminisme sur celle-ci. À l’origine, Rachele est une charmante jeune femme féminine avec de jolis seins, un corps et une intelligence lui mettant toutes les cartes en main pour réussir sa vie dans tous les domaines. Que s’est-il passé ? A-t-elle sombré dans le délire néoféministe suite à un chagrin d’amour mal géré, comme la plupart des membres de sa secte ? C’est une hypothèse plus que probable qui explique à elle seule la quasi totalité de ce type de parcours.

[à suivre…]

. Les vidéos:
https://gloria.tv/post/efJLoxkRYCMq4JSkSH4JWNc2x (2013)
https://www.youtube.com/watch?v=qVonX927VLA (2018)

. Le texte de son intervention aux « Queer Days », avec ce passage sur l’anus : « L’anus comme laboratoire. Le post-porno a mis l’accent sur l’anus comme laboratoire des pratiques. Un laboratoire des pratiques démocratiques. En effet, l’anus est cet espace où l’on ne peut pas différencier les individus « assignés femmes » ou « assignés hommes ». Aussi, les pratiques anales viennent défaire l’idée selon laquelle la pénétration est une pratique uniquement hétérosexuelle (homme qui pénètre la femme) et patriarcale. » LOL !

. Sur le féminisme anal :

. Sur la nudité néoféministe :

. Sur la fascination phallique chez les féministes :

. Sur le féminisme à l’université :

Féminisme et troubles mentaux

Cette fois la coupe (l’entonnoir ou le pisse-debout) est pleine, je me décide à ouvrir cette nouvelle rubrique. Je m’efforçais jusque-là d’être magnanime (à ma manière, bien entendu, je me comprends) afin de ne pas trop prêter le flanc à l’accusation de psychophobie. Mais cette fois, la réalité ne peut plus être ignorée : le néo-féminisme n’est pas seulement une forme de bêtise crasse, il rejoint de plus en plus clairement le domaine du trouble mental. Je pense donc qu’il est grand temps de commencer à dresser un petit bilan de la situation.

Plusieurs choses semblent en effet se dessiner :

Une expression publique toujours plus hystérisée du féminisme

Les manifestations publiques du féminisme s’apparentent de plus en plus souvent à des étalages de folie incontrôlée. L’exemple récent le plus frappant est bien sûr l’inénarrable numéro d’hystérie de Solveig Halloin sur le plateau de TPMP. Bien qu’étant habituée aux délires féministes, j’avoue être restée sans voix :

[sur ce moment télévisuel hallucinant, voir aussi : Gabriel Robin, « Solveig Halloin : la France orange psychiatrique » (Causeur, 11/05/21)]

Il va de soi que je suis aussi horrifiée qu’elle par la maltraitance animale, tout comme par la torture pratiquée dans l’abattoir breton qui a donné lieu au sujet de l’émission – abattoir heureusement fermé depuis et sous le coup de poursuites judiciaires amplement justifiées. Je pense également qu’il est grand temps de faire un sérieux ménage dans le monde de l’élevage industriel et qu’il ne faut plus RIEN laisser passer en termes de souffrance animale.

Sauf que… le propos de Miss Halloin est d’un tout autre ordre. D’un combat juste, elle a sombré dans un complotisme féministe absolument délirant. Il faut savoir que la nouvelle marotte de cette féministe hardcore, c’est la « husbandry », c’est-à-dire « l’élevage comme impérialisme du mâle ». Je vous laisse apprécier le délire dans ce post Facebook ou dans cette vidéo, « Le mâle, c’est l’élevage »: « Évacuons les fécondeurs de nos corps femelles, convergeons vers les zootres pour délivrer les délivrances de l’impérialisme des mâles », « Je suis truie », « L’humanimâle cannibale s’il veut de la saucisse bouffera son pénis », etc. On relèvera dans cette dernière image le refoulé qui la travaille certainement plus que de raison.

Sa pseudo-lutte contre les souffrances animales (je dis pseudo car son comportement a surtout donné envie à plus d’un de se détourner de ce combat – l’association L214 est furieuse) n’est évidemment qu’un prétexte pour régler leur compte aux hommes et vider dans des mises en scènes cathartiques toute sa haine et sa frustration du mâle. Car la seule et vraie obsession de Solveig Halloin, ce sont les hommes. Sans doute que ses déboires avec Philippe Caubère (sa fausse accusation de viol qui lui vaudra bientôt un procès en diffamation) sont pour beaucoup dans cette volonté de purger aussi rageusement sa fureur misandre.

Au moins, reconnaissons que si elle n’est pas la première à pousser le féminisme aux confins de la folie furieuse, grâce à elle, plus personne aujourd’hui ne peut ignorer qu’une partie des féministes – et sans doute pas des moindres – est complètement cintrée. D’autant qu’elle est loin d’être seule dans cette croisade écoféministe aussi misandre que ridicule. Avec le même charabia, on a aussi Nicole Roelens : « Décoloniser nos corps femelles ».

Un petit mot en passant sur ce mème rigolo posté sur la page FB de S. Halloin suite à l’émission, en réponse à L214 qui prend ses distances et à ceux qui lui font remarquer que son hystérie est contre-productive :

L’accusation de « collabite » m’a encore fait beaucoup sourire (je ne me lasse vraiment pas de cette expression). Alors comme ça, défendre la bientraitance animale dans l’élevage et l’exposer calmement pour être entendue, ce serait être complice du « patriarcat », être coupable d’hétérosexualité ou d’homosexualité masculine ? C’est en voyant ce seul vocabulaire que j’ai compris qu’Halloin ne militait pas POUR les animaux, mais exclusivement CONTRE les hommes. Clairement, son seul problème, c’est la bite et c’est d’ailleurs un peu le cas de la plupart des féministes (voir « L’envie du pénis chez les féministes »).

Ce dernier point, cette « envie » au sens de « jalousie » envers le pénis (le fameux « complexe phallique » du docteur Freud), nous ramène à l’élément constitutif du néo-féminisme, son point focal qui affleure de plus en plus visiblement et que j’évoque régulièrement : la santé mentale des féministes et les manifestations hystériques causées par leur manque de relations affectives, et certainement sexuelles, avec les hommes notamment. Ce qui nous amène au second point :

Le féminisme lui-même comme expression du trouble psychique

La frustration affective, et même le malheur affectif, sont les moteurs de la complainte féministe – et la force du déni féministe à ce sujet n’en rend pas la chose moins criante. Le manque d’amour et d’affection jouent souvent un grand rôle dans la dépression, la maladie psychique ou les comportements auto-destructeurs. C’est aussi ce qui explique que si peu de thérapies soient couronnées de succès durables : l’homme est un animal social et aucune molécule ou discours – encore moins l’idéologie féministe – ne peuvent remplacer véritablement une interaction heureuse avec un autre humain. Je soupçonne même un cercle vicieux : si la fragilité mentale peut mener au féminisme et l’inspirer directement, c’est aussi le féminisme qui produit de la fragilité mentale. L’exemple de Solveig Halloin montre bien à quel point le féminisme semble toxique pour l’équilibre psychique et comportemental. Mais quid de l’œuf ou de la poule ?

On ne peut que constater qu’au fil des décennies, les féministes hurlent et pleurent de plus en plus fort. Plus le féminisme est dominant et même totalitaire, plus elles sont malheureuses et plus leurs larmes et leurs cris deviennent assourdissants. Jamais la féministe n’a autant tapé de crises d’hystérie, jamais elle n’a autant gémi et autant manifesté de désordres psychiques. Pourquoi ne se demande-t-on jamais pourquoi elles sont dans cet état ? Pourquoi un grand nombre de féministes – et probablement la totalité des activistes – sont-elles suivies par un psy (pour bien peu de résultats)? Pourquoi le féminisme ne pourrait-il pas tout simplement être envisagé comme une expression de la dépression féminine ? Le sujet est complexe et réclamerait des développements et des observations bien plus approfondies. Néanmoins, et en laissant de côté le fait que le mot « féminisme » lui-même désignait à son origine une pathologie (sous la plume d’Alexandre Dumas fils), quelques éléments peuvent déjà être invoqués :

  • La forte proportion de troubles mentaux attestés chez les féministes des première et seconde vagues : de Mary Richardson, la Suffragette historique (et hystérique) en passant par Valerie Solanas, complètement timbrée, le féminisme a toujours été un refuge pour les cas psy. Andrea Dworkin était également une « névrosée folle à lier » comme le dit ici Camille Paglia, sachant que, comme le rapporte également Phyllis Chesler, psychologue et ancienne féministe, « le taux de maladie mentale était particulièrement élevé chez les féministes de la seconde vague » : « Lorsqu’elle évoque la folie de certaines de ses consœurs féministes, elle sait de quoi elle parle : Je ne veux pas dire névrotique, difficile, anxieuse ou excentrique. Je veux dire cliniquement schizophrène ou maniaco-dépressive, suicidaire, toxicomane ou alcoolique, ou souffrant d’un trouble de la personnalité ».
  • La forte proportion de féministes hardcore chez les lesbiennes, dont beaucoup ont des fragilités mentales (ce n’est pas ici une critique ou une stigmatisation déplacée de ma part, c’est juste un fait, comme en témoignent les sites LGBT qui s’efforcent de prendre le problème à bras le corps: « Selon la littérature portant sur le sujet, il s’avère que la communauté lesbienne présente un plus haut taux d’anxiété que les hétérosexuelles (14,7% contre 3,8%) (Ruble & Forstein, 2007) »). Le problème est que les associations mettent toujours tout sur le compte de la « discrimination » ou de la « lesbophobie », une manière bien pratique de ne jamais envisager des causes plus profondes et donc de tenter de les traiter ; c’est toujours de la faute des autres et du « patriarcat », air connu… Il s’avère pourtant que les lesbiennes ont certaines particularités psychiques qui peuvent expliquer leurs échecs sentimentaux et les dépressions qui s’ensuivent comme l’explique avec lucidité ce site de soutien psychologique : « Une fois le couple formé, les relations entre femmes se caractérisent souvent par une grande intensité émotionnelle et une tendance à la fusion. Ce n’est pas problématique en soi, mais peut le devenir lorsque cela conduit les partenaires à se couper complètement du monde extérieur et/ou à adopter des comportements hyper-possessifs. Bien que cette réalité soit souvent occultée, la violence psychologique, verbale, physique et/ou sexuelle peut également être présente dans les relations lesbiennes ».  Ceci pour dire que la propension au féminisme extrême a souvent une base psychique (une forme d’immaturité affective) qu’il faudrait examiner de plus près.
  • Le néo-féminisme est une idéologie psychologiquement régressive, infantile, narcissique et manipulatrice. J’ai déjà abondamment parlé des obsessions sexuelles régressives (à base de clito-vulve-pisse-excréments des néofem ; voir L’univers néo-féministe) et je pense qu’un chapitre de la recherche médicale et psychologique devrait s’ouvrir sur ces fixations pouvant aller jusqu’au trouble du comportement ; troubles qui ont certainement un impact très négatif sur les relations socio-affectives de ces filles.
  • C’est d’ailleurs en référence à leur obsession pénienne et urinaire que j’ai choisi de mettre un pisse-debout rose-mauve en guise d’illustration à cet article (voir aussi : Anthologie du féminisme urinaire). Un petit entonnoir en forme de pénis sur la tête, c’est encore ce qui sied le mieux aux féministes. Il est clair en tout cas que la fixation pénienne finit par leur monter à la tête, comme on le voit avec Solveig Halloin qui voit des bites et des collabites partout, jusque dans l’agriculture.

Si l’on fait défiler la phraséologie délirante de Solveig Ouin-Ouin, telle qu’elle est compilée dans cette vidéo, on pourrait rire et penser qu’elle ne représente qu’elle-même. Ce serait faire une grosse erreur, car le fond de sa pensée est évidemment partagé par toutes les néoféministes :

Que ce soit le « patriarcalisme » (elle aurait pu dire « patriarcaca », comme ses copines coprophiles), le « fascisme écocidaire » (voir la secte écoféministe), la « révolution féministe », « les institutions patriarcales » (cf. le « patriarcat »), « on est violées toutes les secondes » (cf. la « culture du viol »), « jamais la condition des femmes n’a été pire qu’aujourd’hui » (cf. [Désespoir et solitude] – Le féminisme en échec), « iels n’ont pas le temps » (idéologie du genre et écriture inclusive), « la phallussieuse déclaration unicervelle des droits du zob » (cf. « l’envie du pénis »), « NousToutes contre les maisons closes », « les femmes sont silenciées » (gros lol), tout le catalogue de la paranoïa néo-féministe se trouve concentré chez elle. Mais il ne faut pas s’y tromper : elle n’est que la quintessence et la représentante de toutes les autres.

Le livre noir du féminisme

D’où peuvent bien venir un désespoir, une dépression, une misandrie aussi partagés ? Pourquoi les femmes sont-elles toujours plus nombreuses à pleurnicher dans les rues après un siècle de féminisme et après que l’égalité des droits ait été actée dans tous les pays développés ? On peut même facilement prédire que plus le féminisme fera sa loi partout, plus les cohortes de filles hystérisées et en pleurs s’élargiront et plus les consultations psy exploseront. Pourquoi alors les féministes ne se posent-elles jamais les bonnes questions ? Pourquoi ne tirent-elles pas un bilan objectif de la situation dans lequel le féminisme les a plongées ? Cette situation est pourtant là, sous leurs yeux :

  • Une explosion des familles monoparentales (habituellement la mère) et donc de filles sans père et sans repère masculin positif et structurant. Comment se construire quand on n’a pas eu de père ? Pourquoi la plupart des lesbiennes et des féministes hardcore ont-elles en commun de n’avoir pas eu un père ayant assumé son rôle ? QUI n’a eu de cesse de démolir les pères et les a poussés à la démission ? (démission du père qui n’est pas nécessairement la seule faute de la mère, rappelons-le, puisque c’est aussi la culture féministe qui incite les pères à abandonner leur progéniture).
  • Une explosion de la misère et de la précarité des mères célibataires livrées à la violence de leurs enfants, de leurs rencontres passagères, aux petits boulots ingrats, à l’épuisement physique et psychologique. QUI a consciencieusement sapé les bases de ce qui les protégeait jusque-là et leur assurait une vie plus paisible, tels que le couple, la famille, le mariage ? Qui peut prétendre qu’une femme de ménage de banlieue élevant seule ses enfants qui dealent au pied des tours est plus heureuse que la même qui travaille à mi-temps avec un mari et père qui joue son rôle ? Les féministes essaient de le faire croire, mais la réalité les contredit chaque jour.
  • Des femmes qui souffrent amèrement d’un célibat subi et qui souvent s’éternise. J’ai commencé à en parler dans cet article : [Totem et tabou] – Féminisme et célibat. De nouveau : QUI fait l’apologie continuelle du célibat féminin et pousse les jeunes femmes à fuir les couples stables ? Les féministes, encore et toujours. Hier encore, je voyais passer le dernier roman de Marcela Iacub, tout un (triste) programme : En couple avec moi-même, Paris, Léo Scheer, 2020 : « Après son divorce, une quadragénaire s’apprête à chercher un nouveau conjoint. Elle ignore qu’elle ne vaut plus rien ou presque sur le « marché matrimonial », ainsi que les difficultés relationnelles en tout genre qui l’attendent. Or, loin de se résigner, l’héroïne de ce récit trouve une solution révolutionnaire : se mettre en couple avec elle-même. Elle ne se contente pas de trouver le bonheur de cette curieuse manière ; désormais, elle est persuadée qu’à l’avenir, chacun comprendra que cette recette est la seule viable pour l’humanité tout entière. » Super, trop bien ! Voilà où le féminisme nous conduit tous : une dystopie cauchemardesque. Marcela Iacub fait ici la banale expérience de ce que la féministe écervelée ne voit jamais venir : le fameux « mur » de la quarantaine, le moment où elle cesse subitement d’être la reine du bal et où elle réalise qu’il ne lui reste plus que ses yeux pour pleurer.

Comment aller bien psychiquement quand on est victime du féminisme avant même d’être née ? Mais au lieu de remettre en question les balivernes qu’on leur a vendues, ces filles vont s’enfoncer toujours plus profondément dans leur malheur, rejetant violemment toute perspective d’interagir positivement avec le sexe opposé, hurlant à la « colonisation de leur corps », mais volant de PN en PN pour finir seule et amère – car oui, la féministe de compétition, ignorant ou méprisant les « hommes du milieu », n’est attirée QUE par le PN, le bad boy, l’homme à femmes, le séducteur beau, riche et charismatique ; mauvais plan qui la laisse immanquablement en mille morceaux. Il ne lui reste alors, une fois passée la quarantaine, encore plus si elle est seule et sans enfants, qu’à brandir un panneau féministe dans la rue ou à faire couple avec elle-même. L’avenir des psy semble donc assuré. C’est bien le seul.

La réalité des chiffres : plus le féminisme s’impose et plus les femmes sont dépressives et malheureuses

Comme je l’évoquais dans mon article sur Féminisme et célibat, le bilan du féminisme sur l’état psychologique et l’indice de bonheur des femmes n’est jamais établi par les départements d’études de genre – normal, puisque ceux-ci sont tous aux mains des féministes. Ce bilan affleure cependant dans les publications des chiffres sur les taux de dépression dans la population féminine des pays développés, sur plusieurs générations, avant et après le féminisme, et il est sans appel : plus un pays est égalitaire et féministe et plus les femmes y sont malheureuses. Contre-intuitif, isn’t it ?

Ces chiffres sont commentés dans cet article de Scott Yenor, « The data is in: women aren’t happy », The American Mind, (09/10/20), traduit en français par Aristide R., ici : « Les chiffres sont là : les femmes ne sont pas heureuses » (14/11/20).

Il en ressort très clairement que si une minorité de femmes trouve vaguement son compte dans le féminisme (certaines femmes de carrière, une poignée de favorisées ou de hauts revenus), la majorité des femmes subit et souffre de cette idéologie contre-nature qui les pousse à multiplier les coups d’un soir, à s’éreinter dans des jobs mal payés, à ne pas avoir d’enfants ou pas de temps pour s’en occuper et à ne pas pouvoir fonder de vie de couple équilibrante.

  • La réalité est que plus les femmes ont le choix et plus elles demandent des temps partiels (ce qui tombe sous le sens, c’est d’ailleurs mon cas), mais les féministes continuent de prétendre que le temps partiel est une contrainte.
  • Plusieurs études montrent que plus une femme a de partenaires sexuels, plus son indice de dépression est grand et plus elle prend d’antidépresseurs (cette étude et celle-ci). Il faudrait voir en détail ce qu’il en est exactement de la causalité ou de la corrélation entre les deux (quid de l’œuf ou de la poule), mais le fait est que la femmes dépressives ont davantage de partenaires sexuels que les autres. Selon les statistiques, on apprend aussi que les femmes, contrairement aux hommes, ne rêvent pas d’avoir des dizaines de partenaires sexuels dans leur vie : la plupart en souhaitent seulement deux !
  • Dans une étude menée en 2009 par deux chercheurs américains, ceux-ci ont observé « le paradoxe du déclin du bonheur féminin » : plus un pays est moderne et industrialisé, plus les femmes y sont malheureuses, et c’est même de pire en pire. Malgré la pression de la pensée dominante et le culte du féminisme, ils sont bien obligés de conclure du bout des lèvres que « les changements apportés par le mouvement des femmes peuvent avoir diminué le bonheur des femmes » (p. 28). Ils relèvent aussi, sans oser creuser plus avant et avec une périphrase – car ce n’est pas politiquement correct –, que les femmes au foyer se disent plus heureuses que celles qui travaillent : « la corrélation entre le bonheur et le bonheur conjugal est plus faible pour les femmes qui travaillent que pour celles qui sont des épouses au foyer » (p. 28). Quelle claque pour les féministes !
  • Une  autre méta-analyse de 2017 « révèle qu’environ 10% des femmes souffrent de dépression, contre seulement 5% des hommes. L’écart est (« de manière contre-intuitive », selon les auteurs) plus important dans les pays qui mettent davantage l’accent sur l’égalité des sexes. » Mais lol !
  • « Dans les méta-analyses portant sur la dépression sévère, les différences entre les sexes concernant le diagnostic de dépression étaient plus importantes dans les pays où les femmes avaient davantage de contrôle sur leur fécondité, occupaient plus de postes à responsabilité et étaient plus proches des hommes en termes de niveau d’études ». Et encore : « Des différences plus importantes entre les sexes en termes de dépression sévère ont été constatées dans les pays où l’égalité des sexes est plus grande et dans les études les plus récentes ».
  • Les pourcentages de femmes dépressives se sont envolés : 22% en 2012 contre 6 à 8% auparavant. Ceci est confirmé par de nombreuses autres études (voir article) : plus les pays sont avancés et plus les femmes sont dépressives, contrairement aux hommes. [C’est là où on pourrait se demander si le féminisme ne serait pas au final un complot des hommes contre les femmes, ha ha. En tout cas, elles sont clairement les dindons de la farce.]
  • Les chiffres de la consommation d’antidépresseurs explosent chez les femmes (voir article), principalement les femmes blanches, les plus exposées à la dictature idéologique du féminisme.
  • Les chiffres du suicide vont dans le même sens : les femmes se suicident de plus en plus et commencent à rattraper les hommes. Il en va de même des tentatives de suicide féminines et des transferts aux urgences qui ont plus que doublé.

Il apparaît donc clairement que les filles, petites filles et arrière petites-filles des féministes des première et deuxième vagues sont beaucoup, beaucoup plus malheureuses que ces dernières : quelle arnaque, mais quelle tromperie que ce féminisme !

Comme l’écrit l’auteur de l’article : « Tous les phénomènes sociaux sont infiniment complexes. Le féminisme est loin d’être la seule raison pour laquelle les femmes sont plus malheureuses, plus déprimées ou plus suicidaires que par le passé. Cependant, si les données pointaient dans la direction inverse, les féministes utiliseraient celles-ci pour vanter leurs succès. Comme les données vont à l’encontre de ce qu’elles attendaient, elles y voient un paradoxe. » Un « paradoxe »… euphémisme pour ne jamais nommer la réalité et l’échec patent de leur matraquage.

Je termine avec sa conclusion : « Le caractère inadéquat du féminisme est largement ressenti, bien que rarement exprimé. Dans tout le monde occidental, le discours officiel présente la femme carriériste, libérée – la Femme Indépendante – comme le modèle de l’épanouissement et du bonheur féminin. Ce discours officiel est en contradiction avec ce que souhaitent de nombreuses femmes. »

Femmes que les féministes n’ont de cesse de harceler et de contraindre à les suivre de force dans leurs aspirations égocentriques et leurs névroses de bourgeoises favorisées. N’oublions pas que Simone de Beauvoir était l’incarnation même de ce nouveau communisme :

B. Friedan, S. De Beauvoir, « Sex, Society and the Female Dilemma », Saturday Review, June 14, 1975, p. 18.

[à suivre…]

  • Voir aussi :

. Sur les féministes qui ne voient jamais venir le retour de bâton :

[Marâtres, sorcières et rivales] – Blanche-Neige et les féministes

Ce printemps 2021 voit fleurir une nouvelle offensive de la « cancel culture » américaine. Les féministes bigotes, misandres et anti-hétérosexualité s’en prennent cette fois au baiser du prince charmant au prétexte que, étant plongée dans un sommeil éternel, Blanche-Neige n’aurait pas été invitée au préalable à signer une attestation en bonne et due forme comme quoi elle consentait à ce que son amoureux effleure ses lèvres :

Au nom de leur prétendue « culture du viol », les féministes viennent encore se poser en défenseurs de la pauvre victime soumise aux assauts du mâle blanc, hurlant comme devant au harcèlement sexuel et au forçage de consentement – en totale incompréhension, naturellement, des ressorts narratifs et symboliques du conte.

Il ne s’agit, une fois de plus, que des habituelles récriminations des frustrées hystériques qui font fuir tous les mâles, puis s’étranglent de rage à l’idée que de jeunes et jolies femmes puissent encore bénéficier de l’intérêt d’un homme – ou du « male gaze », le fameux regard masculin désirant. Une frustration qui les rend folles de jalousie, en vérité, mais elles préféreraient mourir que de le reconnaître. Alors c’est bien connu, la meilleure défense, c’est l’attaque.

  • Néo-féministe et reine-sorcière, même combat

Car il ne faut pas en douter, la « sororité » n’existe pas ; seule la compétition sexuelle existe. Et plus particulièrement, la « compétition intra-sexuelle », à savoir les femmes qui se jalousent et se concurrencent férocement entre elles : le thème même du conte populaire Blanche-Neige ; la haine assassine de la belle-mère n’étant motivée QUE par la jalousie et l’envie de détruire sa jeune rivale qui la surpasse en beauté. Et s’il y a bien une chose que les féministes ne supportent pas, ce sont justement les jeunes et jolies femmes qui pratiquent l’hétérosexualité, crime par excellence de lèse-lesbienne. Si en plus elles sont blanches, et que c’est même inscrit dans leur nom… on n’en parle même pas ! Il faut bien comprendre que cette fureur contre la jeunesse et la beauté féminines, incarnée ici par la sinistre sorcière de la version Disney, est un caractère tout aussi récurrent chez la néo-féministe :

  • « Nous sommes les petites-filles des sorcières que vous n’avez pas pu brûler », clament-elles…

Les féministes se revendiquent sorcières et on ne les contredira pas totalement sur ce point. Je réalise qu’en écrivant mon article sur les sorcières, j’en avais oublié la plus typiquement féministe d’entre elles. Où donc avais-je la tête… Elle était pourtant là, sous mes yeux, leur mère ou leur grand-mère à toutes :

La féministe, euh, la sorcière de Blanche Neige

Si dans le conte des frères Grimm (1812), lui-même inspiré de légendes germaniques anciennes, la sorcière n’apparaissait pas (il s’agissait seulement d’une figure de paysanne), celle-ci en est devenue un des personnages les plus marquants depuis le célèbre long-métrage d’animation de Walt Disney, Blanche-Neige et les Sept Nains (1937), considéré à juste titre comme un chef d’oeuvre et un monument de la culture occidentale – d’où la rage destructrice de nos cancelleuses.

Dans le conte, la reine incarne la marâtre, la belle-mère de la princesse Blanche-Neige, maladivement jalouse de sa jeunesse, de sa beauté et de l’avenir radieux qui l’attend avec son prince. Dans la version de Disney, « la sorcière est la seconde identité de la reine, qui décide de se transformer afin que Blanche-Neige ne la reconnaisse pas. La vieille femme est une sorcière cruelle et manipulatrice, prête à tout pour arriver à ses fins mais qui sera finalement battue par les nains ».

Méchante, jalouse, aigrie, manipulatrice, ne supportant pas qu’une jeune et jolie femme reçoive un baiser de son prince… on voit déjà se profiler les principaux traits de caractère de la néo-féministe. Si la « culture du viol » avait été à la mode dans les années 30, nul doute que l’infâme reine-sorcière aurait hurlé au harcèlement sexuel ou au viol pour délégitimer et bannir le malheureux prince, laissant en prime pour morte la pauvre Blanche-Neige.

« Qu’il me baise des baisers de sa bouche » (Cantique des cantiques 1, 1)

Le thème du baiser du prince, qui sort la princesse de son sommeil éternel, ne figurait pas dans les versions anciennes du conte ; il n’est introduit que dans une première version cinématographique de 1913, que Disney reprendra en 1937. Dans les contes anciens, c’était soit un porteur du cercueil de Blanche-Neige trébuchant sur une racine, soit le prince en soulevant son buste, qui délogeaient involontairement le morceau de pomme empoisonnée coincé dans sa gorge, lui permettant alors de se réveiller.

C’est donc un script de 1934 qui apporte ces particularités :
. La reine ne se déguise plus en vendeuse mais se transforme en sorcière.
. Une seule tentative de meurtre par le chasseur et une d’empoisonnement avec la pomme, alors que dans le conte d’origine, la reine s’y reprend par trois fois pour supprimer Blanche-Neige.
. La léthargie stoppée par le baiser du prince et non par le rejet du morceau de pomme.

Il faut savoir également que la fameuse scène du baiser délivrant la princesse est un emprunt à l’histoire de La Belle au bois dormant. Il s’agit d’un thème romantique qui plonge ses racines dans les tréfonds de l’âme et du sentiment humains, comme en témoigne également cette oeuvre préraphaélite anglaise :

Henry Meynell Rheam, The Sleeping Beauty, 1899 (Collection privée)

Le physique de Blanche-Neige, dans le film de Disney, a été inspiré, entre autres, par Hedy Lamarr, actrice oubliée d’une immense beauté, qui partageait avec l’héroïne des lèvres vermeilles, une peau diaphane et des cheveux de jais (le rouge, le blanc et le noir, les trois couleurs principales de la symbolique ancienne, que l’on retrouve aussi dans la pomme rouge, la sorcière noire et le nom de Blanche-Neige). Elle est également connue pour avoir été l’une des toutes premières actrices à tourner nue (dans le film Extase, 1933), provoquant le scandale. Parce que les néo-féministes haïssent la beauté et la nudité féminines, je lui rends donc hommage ici :

Hedy Lamarr, une des inspiratrices de Blanche-Neige
  • Reine-sorcière, féministes et poisons

Dans le film, la reine devient laide et menaçante après avoir mélangé ses poisons et ce sont ses potions magiques qui la transforment en vieille et maléfique sorcière. J’avais déjà relevé que si, dans l’histoire, les femmes utilisent habituellement le poison pour commettre leurs homicides (les empoisonneuses célèbres éliminent ainsi leurs amants, maris, fils, etc.), la néo-féministe d’aujourd’hui recourt tout autant au poison : celui des fausses accusations, des lynchages médiatiques, des chasses à l’homme sur les réseaux sociaux… Manière plus contemporaine mais toujours aussi efficace d’actualiser l’arme féminine bien connue du commérage et de la diffamation, dont les conséquences peuvent être aussi dramatiques qu’un assassinat en bonne et due forme – sinon que le poison de l’accusation sans preuves étant une arme lente, la mort par suicide, déclassement social, dépression ou autodestruction arrive de manière différée. Le crime parfait, en quelque sorte :

  • Le deux poids-deux mesures des néo-sorcières

Les féministes s’offusquent du baiser d’un amoureux – dans l’histoire, Blanche-Neige et le prince sont déjà amoureux l’un de l’autre car ils ont fait connaissance avant les manigances de la reine-sorcière –, mais ne pipent pas mot des tentatives de meurtre répétées de cette dernière. Elles restent résolument aveugles à la jalousie, la cruauté, la mesquinerie, la manipulation, la haine ou la volonté de tuer qui peuvent animer une femme vis-à-vis d’une autre femme. Les exemples de « féminicides » commis par des femmes sur d’autres femmes ou sur des petites filles ne manquent pourtant pas, mais elles n’ont jamais rien à en dire, curieusement.

Ce conte propose d’ailleurs une forme si archétypale, si profondément ancrée dans les mœurs et les esprits de la manipulation et de la compétition féminines que les féministes ne le remarquent même plus – ou alors elles font semblant. D’ici à ce qu’elles se reconnaissent elles-mêmes dans la sorcière jalouse aux envies destructrices face à la concurrence, il n’y a qu’un pas, que je serais assez tentée de franchir…

[à suivre…]

  • Pour aller plus loin…

. Sacha O., une de mes amies Facebook, revient à sa manière sur l’affaire Blanche-Neige et sur les parallélismes (pas si inattendus que cela) entre wokisme et islamisme :

« Pour une fois, il faut remettre ce qu’on appelle aujourd’hui « contes » dans leur contexte historique. A l’origine ils n’ont pas été écrits pour des enfants ; si vous reprenez vos Lumières dans les textes, les enfants n’ont aucun intérêt pour personne avant le milieu du XVIIIe. Les seigneurs ont besoin d’un mâle pour transmettre les biens et les titres, si c’est une femelle, elle aura l’utilité de nouer des alliances politiques à travers des mariages, les autres sont envoyés dans les armées et les couvents afin d’éviter partages des héritages et dots à payer. Les enfants des gueux quant à eux sont des bouches inutiles à nourrir et sont placés en apprentissage dès que c’est possible.
La majorité de la population n’a pas de livre, excepté parfois un livre de prières ; le livre est un bien précieux, rare, réservé à une élite lettrée qui se nourrit de symbolique et ça n’est pas un objet qu’on va donner à un enfant. Personne ne s’attarde le soir à lire de conte à un enfant chez les puissants qui ont des nourrices qui se chargent des besoins essentiels des mioches, quant aux gueux ils n’ont pas les moyens de dépenser une chandelle pour lire. De manière générale, on ne s’attache pas aux enfants parce qu’il en meurt presqu’autant qu’il en nait.
Les fameux contes, de Perrault notamment, sont rédigés pour des adultes précis, et écrits pour remercier des protecteurs. En effet, ceux que nous appelons « artistes » aujourd’hui, ne vivaient de leurs arts que grâce aux bienfaits de leurs mécènes qu’il fallait remercier. Pour ce qui est des textes en eux-mêmes, je vous renvoie à Ovide et Esope, je suis suffisamment flemmarde pour vous ne pas faire l’étude de textes ^^
Avec le temps, ces textes pour adultes ont été édulcorés, moralisés, symbolisés, et c’est ainsi que l’imaginaire des sociétés occidentales s’est construit avec des références simples au bien et au mal (je résume, hein…).
Pourquoi les wokes et leurs nouveaux alliés (dont je parlerai plus tard) s’acharnent-ils à détruire tout ça ? Parce que dans le monde des wokes, il est interdit d’avoir des rêves, seules les névroses de femmes à pénis et de reines d’Angleterre nigérianes sont autorisées. Ils redistribuent leurs cartes du bien et du mal et imposent leur réalité d’aliénés. Et comme nous en avons souvent parlé avec mon amie Éloïse, ils trouvent de parfaits alliés dans l’univers de la religion dont on ne doit pas dire le nom.
En effet, il n’existe pas de contes et légendes qui construisent les enfants dans le monde musulman, tout l’imaginaire est relatif à la religion et n’est pas censé être imaginaire, mais réel. Les enfants se construisent sur un monde de terreur, dans lequel on ne joue pas, duquel on ne s’évade pas, et les références sont très particulières. Comme dans Sa Majesté des Mouches, les garçons sont très vite livrés au groupe et à la rue ; quant aux filles, collées aux culs de leurs mères, elles apprennent le métier d’épouses, de gardiennes du foyer et de la foi (revoir les vidéos d’apprentissage de Asif Arif ou de Bajrafil). L’imaginaire est fait d’imitations, de peurs et de frustrations. Comme pour les woke, le réel devient une névrose dont on ne s’échappe pas et où tout est possible, même le pire. »