Évolutions sociétales – Égalité femmes-hommes : mais d’où vient donc ce retour du sexisme chez les jeunes générations ?

Je partage ici mon interview pour Atlantico du 23 janvier dernier, suite à la publication du 6e « rapport » du Haut Conseil à « l’égalité » (22/01/ 2024). Je mets des guillemets car ce n’est pas plus un « rapport » qu’il n’y est question « d’égalité ». Il ne s’agit, comme d’habitude, que d’un interminable tract féministe, où toutes les marottes de l’idéologie du genre et du sexisme anti-masculin défilent benoitement, dans leur costume ordinaire. Mais voyez plutôt:

***

Atlantico : 1- D’après le 6e rapport du Haut Conseil à l’égalité publié lundi 22 janvier, les idées machistes sont en augmentation chez les jeunes hommes. La famille, l’école et le numérique sont « des incubateurs de sexisme », selon le HCE. Qu’en est-il réellement ? Quels biais idéologiques sont présents dans ce rapport ?

Eromakia : Ce rapport enfile les clichés les plus rebattus du féminisme punitif et victimaire – ce féminisme militant hyperpolitisé (à gauche toute !) qui a un besoin vital de s’inventer du « machisme » et du « masculinisme » à gogo pour pouvoir conserver ses subventions. Il n’est qu’à voir sa cible prioritaire : la famille (comme par hasard), cette valeur honnie que l’extrême gauche n’a de cesse de vouloir détruire, quitte à la condamner, quand bien même elle ferait de son mieux : « Les parents, sans s’en rendre compte, n’élèvent pas les filles et les garçons de la même manière », peut-on lire. Coupables à l’insu de leur plein gré, ces pauvres parents… Ne nous y trompons pas, ils sont surtout coupables d’avoir donné la vie et cette faute-là, la féministe militante ne la pardonne pas facilement. Comme souvent, l’accusation de sexisme a bon dos, elle est un mot magique, un fourre-tout bien pratique qui permet d’attaquer et de salir gratuitement toute entité que l’on a en ligne de mire.

Dans ce rapport, les biais idéologiques sont présents du début à la fin. Ils sont particulièrement criants dès qu’il est question des fameux « stéréotypes de genre », cette vieille lune féministe qui ne repose que sur des chimères idéologiques. Qu’appelle-t-on ici des « stéréotypes de genre » ? Le fait que « seulement 3% des hommes ont reçu des poupées et 4% des femmes des jouets voiture dans leur enfance », et alors ? Moi qui suis une femme, il n’aurait manqué que ça, qu’on m’offre un camion quand j’étais petite : je l’aurais immédiatement jeté contre un mur ! Personne ne m’a jamais empêchée de jouer avec les voitures de mes frères – sinon que ces jouets me dégoûtaient ! Ceci dit, on m’a offert des poupées et je les ai aussi jetées : ces objets durs et froids me rebutaient tout autant. Je n’y ai jamais joué, ce qui ne m’a pas empêchée, des années plus tard, de m’accomplir dans la maternité, l’allaitement ou le cododo : il n’y a vraiment que dans la cervelle un peu fondue des féministes qu’un quelconque rapport de causalité existerait entre ceci et cela.

Encore des « stéréotypes de genre », le fait que « 74% des femmes n’ont jamais envisagé de carrière dans les domaines scientifiques ou techniques », sous prétexte qu’elles auraient, si ça se trouve, reçu une poupée dans leur enfance (mais qu’est-ce qu’ils en savent, les auteurs du rapport) ? Comment peut-on encore asséner un tel gloubi-boulga, alors que tant d’études ont démontré, à travers le « paradoxe scandinave » que plus les filles grandissent dans la liberté de choix et dans des sociétés féministes, plus elles choisissent des métiers « de fille » (axés sur le soin, l’éducation, la santé…) ? Pourquoi vouloir interdire aux filles de choisir la vie qu’elles préfèrent, au nom de quel totalitarisme idéologique ?

« Sur Instagram », divaguent-iels encore, « 68% des vidéos véhiculent des stéréotypes assignant les femmes à la maternité » (on notera le choix du verbe, directement issu du féminisme radical), – comme si la maternité, qui rend tant de femmes heureuses depuis des millénaires, devait être dénigrée, combattue et rapportée aux seuls hommes, simplement parce qu’une poignée de mal embouchées voudrait faire payer à toutes les femmes leurs propres turpitudes… Alors qu’on a sous les yeux, en ce moment même, le résultat catastrophique de décennies de combat féministe envers la maternité. A force de subir ces discours mortifères, les jeunes occidentales ne veulent plus du tout faire d’enfants : on assiste à une dénatalité jamais vue. Ces harpies trouvent-elles que ce n’est pas encore assez ? Ces nihilistes ne se sentiront-elles bien que quand plus aucune femme ne sera mère ?

Il est heureusement réconfortant de lire dans le rapport que chez les jeunes adultes des deux sexes, on observe « un retour aux valeurs traditionnelles » (on sourit en imaginant la mine déconfite des auteurs) : l’idée « qu’il est normal que les femmes s’arrêtent de travailler pour s’occuper de leurs enfants » gagne même 7 points chez les femmes (34 %). Également, « près de 60% d’entre elles pensent qu’une femme doit privilégier sa vie de famille à sa carrière » – ce qui pourrait laisser espérer que le travail de sape féministe ait atteint ses limites, ou tout au moins ait échoué à détruire complètement les identités sexuées. Rappelons, s’il était besoin, que s’arrêter de travailler pendant la prime enfance de ses rejetons n’a rien de déshonorant, bien au contraire – puisque ces années perdues peuvent l’être à jamais si l’on a gâché ces années irrattrapables ; c’est à l’adolescence, voire après, qu’on le paye parfois très cher. Les femmes ne seront jamais des hommes et considérer qu’il y a un temps pour chaque chose dans la vie d’une femme ne devrait pas être perçu comme une hérésie (mais au contraire encouragé).

L’école, un « incubateur de sexisme », lit-on ? Parce que les cours de récré ne sont pas assez « dégenrées », peut-être ? Combien de temps encore faudra-t-il supporter ces pitreries ? « Deux tiers des personnes interrogées n’ont jamais suivi de séance d’éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle » à l’école. Mais, encore heureux ! Ce n’est pas le rôle de l’école : on lui demande d’instruire nos enfants, pas de les manipuler.

2- Les jeunes hommes se sentiraient de plus en plus menacés par le féminisme d’après ce rapport. Ce dernier passe notamment à côté de l’aspect culturel, avec entre autres la diffusion massive du rap, qui influe sur le regard que l’on a sur les relations entre les femmes et les hommes. Quelles sont les influences culturelles importantes qui auraient dû être présentes dans ce rapport ? Dans quelle mesure cela a-t-il son importance ?

Les jeunes garçons apparaissent ici très lucides. Ils ont compris que ce « féminisme » voulait moins « aider les filles » que les accabler et les maltraiter, eux, et qu’il menait une guerre parfaitement injuste contre leur sexe. J’observe qu’ils font preuve de bon sens et je donne raison aux 40% (+14%) des 15-25 ans qui considèrent qu’« il est de plus en plus difficile d’être un homme aujourd’hui », aux 52% des 25-34 ans qui estiment « que l’on s’acharne sur les hommes » et aux 59 % qui pensent qu’il « n’est plus possible de séduire une femme sans être vu comme sexiste ». Les moins de 35 ans ont donc, à juste titre, le sentiment d’être « moins bien traités dans la société actuelle en raison de leur sexe ». Les infos, le quotidien et les réseaux sociaux regorgent de faits allant en ce sens, je m’étonne donc que nos idéologues féministes, du haut de leurs tours d’ivoire, s’en émeuvent autant. Le réel n’est décidément pas leur ami.

On devine facilement que c’est de là que vient tout leur ressentiment : les hommes ont enfin compris qui elles étaient et de quoi il retournait réellement. Alors les féministes abattent leur dernière carte, celle de l’« explosion du machisme », histoire de pousser leur combat toujours plus loin en s’en prenant directement aux racines de l’identité, masculine comme féminine, aux fondements de la famille, de l’école, de la culture ; causant du tort, comme à leur habitude, aussi bien aux hommes qu’aux femmes – puisqu’elles voudraient empêcher ces dernières de vivre leur féminité (« Poupées, pas bien ! », « Métier féminin, pas bien ! », « Maternité, pas bien ! »). Mais lâchez-nous, à la fin, laissez-nous vivre !

Il est, comme vous le soulevez, amusant d’observer la danse du ventre des féministes quand elles abordent les « plateformes numériques », « véritables caisses de résonance des stéréotypes de genre », se lamentent-elles. Sauf qu’elles se gardent bien, en effet, d’analyser la culture véhiculée par une certaine catégorie d’intouchables : la culture habituellement 100% sexiste de nos nobles représentants des cités, du rap, des territoires perdus de la république et autres caves d’immeubles où l’on ne se contente pas de donner une poupée à une petite fille ! Et l’on sait très bien que jamais les féministes ne parleront des véritables auteurs de la plupart des contenus numériques les plus authentiquement sexistes et violents. Il est tellement plus confortable de traiter de tous les noms (« machiste », « sexiste », « masculiniste ») un petit garçon auquel des parents de bonne volonté ont offert une petite voiture à Noël, que de nommer une certaine racaille que, par attachement aux idées d’extrême gauche, elles défendront toujours contre l’évidence, fussent-ils pratiquants avérés de tournantes.

Ce deux poids-deux mesures est proprement révoltant et cette seule réalité, parce qu’elle déchire régulièrement notre quotidien, invalide la plupart des élucubrations de ce pseudo-rapport. J’écris « pseudo », car le « sexisme » n’y est toujours invoqué que sur la base de ressentis : « Deux tiers des femmes estiment avoir été éduquées différemment », bla bla bla. Il n’y a donc pas grand-chose de sérieux ou de scientifique dans ce pur exercice de militantisme subventionné.

3- Même s’il est évident que tous les milieux peuvent être concernés, quel est l’impact de l’immigration là-dessus ?

Eromakia : Le mot immigration est, comme prévisible, totalement absent de ce rapport (il est des tabous auxquels on ne s’attaque pas, des réalités qu’on ignore soigneusement). La violence sexiste, pourtant documentée, de certaines communautés, est tranquillement passée sous silence. Seules les familles traditionnelles, celles qui offrent encore imprudemment des poupées ou des voitures à leurs enfants, sont stigmatisées – sans doute n’iront-elles jamais assez loin dans la soumission aux diktats féministes. Pourquoi le HCE ne va-t-il donc pas expliquer à certaines familles que mettre un voile à une petite fille n’est pas franchement égalitaire ? Qu’une excision est autrement pire qu’une poupée sous le sapin ?

4- Les influences culturelles sont-elles davantage « des incubateurs de sexisme » que la famille, l’école et le numérique comme veut bien le dire ce rapport ?

Eromakia : C’est une évidence pour tous ceux qui ne sont pas affublés des mêmes œillères idéologiques que ce rapport. La réalité, c’est que les féministes accusent d’autant plus les jeunes hommes occidentaux de machisme qu’ils le sont chaque jour un peu moins – mais ils sont des cibles tellement moins risquées que d’autres… Car pour décrire le réel, le vrai, il faudrait un courage et une honnêteté que n’ont pas ces auteurs qui préfèrent, comme c’est habituel chez les féministes de gauche, s’acharner sur un ennemi fabriqué de toute pièces, depuis longtemps à terre – j’apprécie au passage que le ridicule concept de « patriarcat » ne figure pas dans le rapport (sans doute son total manque de scientificité a-t-il enfin sauté aux yeux). Il reste que les auteurs des véritables violences sexistes, celles qui sont assez régulièrement suivies de viols et de meurtres, nos courageuses redresseuses de tort sont toujours autant en peine de les voir… puisqu’elles sont couchées à leurs pieds, face contre terre.

8 réponses sur “Évolutions sociétales – Égalité femmes-hommes : mais d’où vient donc ce retour du sexisme chez les jeunes générations ?”

  1. Bonjour, j’aime beaucoup les « Poupées, pas bien ! », « Métier féminin, pas bien ! », « Maternité, pas bien ! ». Un très bon résumé du rapport des féministes aux femmes.

  2. Bonjour à vous. Je me pose une question générale en écho à votre article. Vous évoquez la dénatalité, comme l’on pourrait rapporter une large tendance à la « débaise », surtout chez les jeunes garçons. La schizophrénie des Japonais qui voient leur démographie chuter et le commerce des poupées gonflables et autres sextoys exploser illustre en partie ce problème que l’on voit évidemment ailleurs.
    Je pense que votre site tente de répondre à ma question en filigrane, j’ose néanmoins vous la reposer : quelle part du féminisme dans cette situation de déveine de la pulsion de vie ? Peut-on réellement l’évaluer ? N’y a-t-il pas tout simplement aussi un problème économique, une telle incertitude quant à l’avenir qui complique la rencontre ? J’aimerais votre regard. Bien à vous.

    1. Bonjour,
      Pour ma part, c’est tout vu. Le lavage de cerveau qu’opère le féminisme dans tous les pays occidentaux depuis la fin de la seconde guerre mondiale joue un rôle considérable, je dirais même primordial, dans non seulement la dénatalité, mais l’effondrement de la civilisation toute entière.
      C’est exactement le même féminisme:
      – qui fabrique à la pelle des femmes névrosées, pleurnichardes, malheureuses, seules, perpétuellement sous psychotropes
      – qui entend interdire aux jeunes femmes de vivre comme des femmes (maternité, maternage, éducation des enfants, métiers féminins…)
      – qui détruit toute forme de séduction entre les sexes (drague, rôles sexués, sexualité, complémentarité des sexes)
      – qui décourage les femmes et les hommes d’avoir des enfants (écologisme débile, refus de la maternité)
      – qui ouvre grand les portes de l’immigration et du remplacement des cultures.
      Pour moi, ce féminisme est à 100% RESPONSABLE DE LA DÉNATALITÉ. Etant devenu à 100% l’idéologie de la gauche la plus radicale, le féminisme n’est plus rien d’autre qu’un ferment de destruction dans nos sociétés. Il ne s’arrêtera que quand il aura TOUT DÉTRUIT : l’identité sexuée des hommes et des femmes, leur désir de se rencontrer, de vivre ensemble, de faire des enfants, d’être heureux.
      Si vous regardez attentivement la tête et les discours des féministes médiatiques (Lio, Laure Adler, Rousseau, etc.), vous ne verrez plus que des vieilles folles desséchées ou des vieilles sorcières…

  3. Ah ! Le nom de Lio me fait légèrement sourire. Elle était interviewée par Ovidie et Tancrède Ramonet dans la série de podcasts sur les empêchés de la sexualité sur Radio France. Au passage, une série doc que j’ai trouvée plutôt bien étayée, malgré une patte bien dans l’ère de la doxa du nom en isme qu’imprime la BHL du c.. .
    C’est amusant comment les plus « libérées » d’antan qui criaient leurs pratiques à tous les étages il y a à peine 30 ans deviennent les Marthe Richard du XXIe siècle.

    1. Exactement ! Même Catherine Ringer s’y met, c’est dire. Le retour d’âge est toujours mauvais conseiller pour celles qui ont construit l’intégralité de leur carrière sur leur entrejambe. Heureusement, le féminisme leur apporte sur un plateau leur seconde carrière, celle de manipulatrice au carré.

  4. Au passage, je vous conseille cette série d’Ovidie et Tancrède Ramonet, au moins pour mieux la critiquer. Evoquer une sexualité « hétéropatriarcale », tout ça pour désigner l’acte fonctionnel qui a permis à l’espèce de se reproduire, prête franchement à rire.
    Et puisque vous parlez de toutes ces icônes sensuelles converties en polices de pensée, c’est réellement une question que je me pose : sont-elles toutes victimes de « viol » ou « violences sexuelles et sexistes » ? Ou ne profitent-elles pas d’un créneau porteur et s’emploient à romancer la moindre contrariété avec un homme ?

    1. Pour moi Ovidie est une nouvelle Marthe Richard, je ne supporte plus ces filles qui n’assument pas d’avoir fait carrière avec leurs fesses et qui entendent le faire payer aux hommes. Je suis convaincue que son porno pour lesbiennes n’intéresse absolument personne.
      Godrèche n’est victime de rien du tout, que de sa propre absence de talent artistique et de ses propres manipulations. Aujourd’hui, elle relance sa carrière sur de fausses accusations (elle était majeure sexuellement, elle avait 15 ans quand ils ont eu leurs premiers rapports) et c’est elle qui avait imposé Jacquot à sa famille et exigé de lui qu’il lui écrive un film. Quand je vois tout le monde tomber dans son panneau, je suis effarée. J’espère vraiment que la justice remettra les choses à plat et que Jacquot saura expliquer ce qui s’est passé.

  5. Vous partagez mon intuition : cette banalisation du nombre de victimes correspond davantage à une redéfinition des crimes par quelques-unes qu’à une réelle dangerosité des autres.
    Je voulais seulement glaner votre avis. Je ne sais que penser des Ovidie et consort, il y a une part intéressante mais beaucoup de fumeux.
    La vie n’est pas faite de gentils et méchants tout le temps, je sais que c’est une tentation grandissante dans l’Occident en déclin. Les hommes qui endurent leur souffrance en fermant leur gueule feront peut-être un coup d’Etat à la « Extension du domaine de la lutte », je n’en sais rien mais ce n’est pas à souhaiter. Petite allusion à la journée approchante de la Pleurniche que je n’ai jamais vue transposée à l’autre sexe. J’exprime ma propre verve car je sais que certains ont pas mal tendance à dénigrer Houellebecq. Si on ajoute les crises financières à la médiocrité des arts et à l’impossibilité de trouver un espace d’entente, on ne pourra que regarder cette époque avec amertume. Contrairement à vous, je ne suis pas sûr de la part exacte du féminisme dans tout ça, je sais néanmoins que sa facilité de contagion n’est pas un hasard de l’histoire mais un abondement insupportable par les pouvoir publics.
    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *