[Hypogamie féminine] – Un prince charmant sinon rien : pourquoi les féministes sont condamnées à épouser leur chat

Mon dernier article sur le livre de Mona Chollet (« Mona Chollet – Réinventer le célibat ») ainsi que les échanges qu’il a suscités sur mon Facebook m’ont donné l’occasion de réfléchir à nouveau au problème du célibat chez les féministes – au moment où l’actualité est justement saturée de postures féministes « célibattantes » : « Je ne veux plus passer mon temps à éduquer mes compagnons » : pour des femmes, le choix d’un célibat « libérateur » (Le Monde, 24/09/21) ; « Célibataires volontaires : le nouveau militantisme féministe ? » (Sud Ouest, 24/07/21) ; « Quand les femmes hétéros embrassent le célibat volontaire » (Philosophie Magazine, 30/09/21), etc., la liste est encore longue. On peut même citer cet article pas si mauvais de Elle (comme quoi) : « Amour : mais où sont passés les hommes ? » car il soulève, bien que rapidement, le problème central d’un point de vue sociologique que je vais aborder ici :

« DU CÔTÉ DES FEMMES (52 % DE LA POPULATION), RÉUSSITE RIME SOUVENT AVEC CÉLIBAT. »

« Plus une femme est diplômée, plus elle risque de rester seule. Professeur à l’ESCP, Elisabeth Tissier-Desbordes pointe la différence des célibats masculin et féminin. « Schématiquement, entre 30 et 50 ans, la majorité des femmes célibataires appartiennent aux catégories supérieures, tandis que les hommes célibataires sont plutôt ouvriers ou employés. » Pourquoi ? « Parce que, traditionnellement, la mobilité sociale matrimoniale des femmes est supérieure à celle des hommes », remarque Pascal Lardellier, professeur, spécialiste de la communication, ce qui signifie qu’elles se marient souvent légèrement au-dessus de leur condition, alors qu’elles sont peu nombreuses en haut de l’échelle sociale à se lier avec un homme moins nanti. « Un couple formé d’une femme très diplômée et d’un homme qui a le niveau bac reste une transgression », souligne Pascal Lardellier. »

L’hypogamie féminine, l’effet pervers des victoires féministes

Mais une « transgression » pour qui, sinon pour la femme elle-même ? Car dans les faits, ce n’est pas « la société », mais bien la féministe elle-même qui ne peut accepter de revoir ses prétentions à la baisse (je dis « la féministe » plutôt que « la femme », car les premières sont beaucoup plus exigeantes et intransigeantes que les secondes). C’est en tout cas un état de fait que le féminisme conquérant avait omis d’anticiper, un de plus (voir « Les féministes et le coup d’après »).

Alors que l’hypergamie (le fait pour une femme d’épouser un homme de condition légèrement voire très supérieure à la sienne) est une donnée anthropologique quasiment inscrite dans ses gènes – une donnée évolutionnaire en tout cas –, les féministes n’avaient pas prévu qu’en diplômant quasiment 100% des femmes et en leur offrant à grande échelle un statut salarial et économique égaux voire supérieurs à ceux des hommes, cette égalité leur fermerait petit à petit toute possibilité de pratiquer l’hypergamie.

C’est sans doute aussi une des raisons qui expliquent que les féministes soient toujours aussi haineuses vis-à-vis des hommes cadres ou chefs d’entreprise : non seulement elles veulent empocher leurs salaires et occuper leurs postes et leurs statuts qu’elles jalousent férocement, mais surtout elles ne leur pardonnent pas de ne plus les épouser. Car quand il en a la possibilité, l’homme cadre supérieur choisit en général d’épouser une femme jeune avec qui faire des enfants et ce, quel que soit son âge à lui, plutôt qu’une virago carriériste de plus de 35 ans, surtout si cette dernière est en prime féministe, anti-maternité et lectrice de Mona Chollet.

Les femmes de carrière hétérosexuelles se voient donc confrontées au problème de l’hypogamie : accepter un partenaire moins diplômé, moins argenté, moins ambitieux ou d’une classe sociale inférieure à la leur. Les hommes ont pratiqué sans se plaindre l’hypogamie depuis l’aube de l’humanité – parce cela leur offrait en échange l’accès au corps d’une femme jeune et fertile afin de fonder un foyer dont les ressources dépendraient en grande partie d’eux (mais pas seulement, car les femmes ont toujours travaillé ou contribué à leur manière aux ressources économique de la famille). C’était donc tout autant une affaire de ressources que d’envie et de nécessité de vivre en couple et de se reproduire. Et même une affaire de sentiments, car n’en déplaise aux nouvelles féministes, l’amour et l’attirance réciproques ont toujours existé entre les sexes – ce qu’il semble quasiment réac aujourd’hui de rappeler.

La « libération de la femme » a donc fait voler en éclats ce schéma éprouvé. Aujourd’hui, les hommes n’ont plus aucune utilité économique ni même reproductive ; les femmes ayant désormais tous les pouvoirs, contrairement à ce qu’elles prétendent à grands renforts de torrents de larmes antipatriarcales. Et comme leur pouvoir ne se partage pas (surtout pas avec des hommes, leurs ennemis de classe), il ne leur reste que leurs yeux pour pleurer sur leur solitude et leur célibat.

Le refus féministe de l’hypogamie

Sans en avoir conscience, le livre rempli à ras bord de récriminations de Mona Chollet est l’illustration de cet état de fait. Mona a cru toute sa vie au Prince charmant, Mona s’imagine, comme toutes ses coreligionnaires, que les relations de couple peuvent être passées à la moulinette de leur féminisme punitif, rééducatif et déconstructionniste ; que les hommes n’attendent que des viragos toutes puissantes viennent leur apprendre à marcher droit et à se mettre à genoux pour manger dans le creux de leur main. Autant dire qu’elles se préparent des lendemains encore plus désenchantés.

Les hommes n’en peuvent déjà plus de leurs exigences et de leurs névroses. À part quelques écolos masochistes et déconstruits prêts à ramper pour recevoir des coups de fouet (« Oh oui, frappe-moi encore, Sandrine, une teigne avec une trique, ça m’exciiite »), les hommes sont de plus en plus nombreux à jeter l’éponge et se détourner de cette comédie ; de plus en plus nombreux à rejoindre les mouvements dits « masculinistes », laissant de plus en plus de femmes et de féministes se demander « mais où sont passés les hommes ? ».

En réalité, les féministes n’aiment pas le changement

Autant il a toujours été évident pour un homme de suer sang et eau en échange d’une femme et d’un foyer, y compris pour une femme de condition inférieure à la sienne, autant l’inverse est impensable. Élevées comme des princesses Disney attendant leur prince charmant (aujourd’hui en version déconstruite, c’est-à-dire en pièces détachées qu’elles monteront elles-mêmes selon leurs exigences), les féministes du XXIe siècle ne peuvent envisager un seul instant d’abaisser leurs prétentions, ni même, aussi surprenant que cela puisse paraître aujourd’hui, d’épouser des hommes qui ne gagnent pas suffisamment, même – surtout – si elles-mêmes gagnent très bien leur vie.

Cette étude récente « The Ideal Husband? A Man in Possession of a Good Income » (05/10/21) montre ainsi que rien n’a changé : plus un homme gagne de l’argent et plus il aura de chances de se marier, ce qui n’est pas vrai pour les femmes. Donc malgré l’ascension économique des femmes, celles-ci continuent de sélectionner prioritairement les hommes en fonction de leurs revenus :

« Comme l’illustre la figure 1, pour les hommes, à mesure que le revenu augmente, la probabilité de mariage augmente également, de sorte que les hommes de la catégorie de revenu la plus élevée sont environ 57 points de pourcentage plus susceptibles de se marier que les hommes de la catégorie de revenu la plus faible. Il n’en est pas de même pour les femmes. Les hommes à revenu élevé sont plus susceptibles que les hommes à faible revenu de se marier, tandis que le revenu n’est pas lié au mariage pour les femmes. Étant donné que le mariage implique un choix de la part de l’homme et de la femme, ces résultats suggèrent que les femmes sont plus susceptibles de choisir d’épouser des hommes ayant de bonnes perspectives financières, tandis que les perspectives financières d’une femme sont moins importantes pour les hommes lors du choix d’une partenaire. »

Et : « Non seulement les hommes à revenu élevé sont plus susceptibles de se marier, mais ils sont également plus susceptibles de rester mariés. La figure 2 montre la probabilité de divorce pour ceux qui ont été mariés au moins une fois et révèle que pour les hommes, la probabilité de divorce diminue à mesure que le revenu augmente, de sorte que les hommes de la catégorie de revenu la plus élevée sont environ 37 points de pourcentage moins susceptibles de divorcer que les hommes. dans la catégorie de revenu la plus faible. (…) Pour les hommes, les résultats suggèrent que les femmes sont plus susceptibles de divorcer des hommes à faible revenu que des hommes à revenu élevé. »

De même « les hommes à revenu élevé sont également plus susceptibles d’être « recyclés » sur le marché matrimonial. La figure 3 montre que si les hommes à revenu élevé divorcent, ils sont plus susceptibles de se remarier que les hommes à faible revenu. Les hommes du groupe de revenu le plus élevé sont environ 38 points de pourcentage plus susceptibles de se remarier que les hommes du groupe de revenu le plus faible. Encore une fois, cela suggère que les hommes à revenu élevé sont considérés comme des partenaires à long terme par les femmes. »

Ensuite, « non seulement les hommes à revenu élevé sont plus susceptibles de se marier que les autres hommes, mais mon étude a également révélé qu’ils sont plus susceptibles de devenir pères biologiques : les résultats montrent que les hommes à revenu élevé sont plus susceptibles d’avoir des enfants que les hommes à faible revenu. (…) L’inverse est vrai pour les femmes : les femmes à revenu élevé sont plus susceptibles de ne pas avoir d’enfants. »

Autrement dit, les femmes resteront hypergames aussi longtemps qu’elles le pourront, l’hypogamie ne semblant pas près d’être inscrite dans leurs gènes. Raison donc pour laquelle, devant la pénurie actuelle de princes charmants argentés – ou plus argentés qu’elles – prêts qui est plus à les supporter, les féministes militent en chœur pour le célibat. « L’égalité » n’a strictement aucun sens pour elles : aujourd’hui qu’elles ont accédé à l’égalité de statut, de salaires et de diplômes, il reste inenvisageable pour une féministe militante d’inverser les rôles et d’imiter les hommes jusqu’au bout, c’est-à-dire en entretenant sans ronchonner un conjoint qui s’occuperait de ses enfants ou resterait un peu trop longtemps au chômage ou pire, sans revenus ou avec de trop faibles revenus.

Je parle ici surtout des féministes qui militent pour le célibat, car dans la vraie vie, beaucoup de vraies femmes acceptent cette situation et sont les principales pourvoyeuses de revenus dans leurs foyers (j’en connais bien des exemples autour de moi, y compris dans des foyers solides qui durent depuis très longtemps). Les féministes ont simplement (et comme toujours) plus de mal que les autres avec la réalité et avec les conséquences de leur militantisme. Le célibat n’a donc pas fini de leur tendre les bras.

De l’hypergamie à l’homogamie puis à l’hypogamie et au célibat, ou comment les féministes descendent l’escalier

En règle générale, comme expliqué dans cet article du Figaro qui s’appuie sur les derniers chiffres de l’Insee en France (« Le mariage favorise-t-il encore la promotion sociale ? », 21/09/21), c’est la règle de l’homogamie qui préside à la plupart des unions :

« Si les féministes ont tout lieu de se féliciter de la fin de l’« hypergamie féminine » dont pouvait se prévaloir le « deuxième sexe », comme l’appelait Simone de Beauvoir, les sites de rencontre numériques – il en existe des milliers en France – contribuent paradoxalement à renforcer l’homogamie des mariages. Ces sites ouvrent à l’infini les possibilités de faire connaissance entre partenaires de toutes origines, géographiques, sociales et culturelles. Or les critères de sélectivité renforçant l’homogamie la plus décomplexée reviennent au grand galop. La vieille loi, « qui se ressemble (socialement) s’assemble », perdure plus que jamais avec le numérique. » (…) « Les affinités culturelles, les pratiques langagières, photographiques, mais aussi les codes de séduction, différenciés selon les milieux sociaux, favorisent les contacts et les appariements entre personnes socialement proches ».

Les sociologues de l’article n’ont pas évoqué l’hypothèse de l’hypogamie féminine, car celle-ci n’existe pas encore et a bien peu de chances de voir le jour. Les féministes se réjouiraient à les entendre de « la fin de l’hypergamie féminine », alors que dans les faits, ce n’est pas tellement ce que l’on constate. On voit plutôt en ce moment les féministes pleurer à chaudes larmes sur l’hétérosexualité et sur leur célibat en essayant de se convaincre qu’il est leur choix – ce qui ne trompe évidemment pas grand monde. La fin de l’hypergamie et la difficulté croissante pour elles d’accéder ne serait-ce qu’à l’homogamie est en réalité un piège qui se referme chaque jour un peu plus sur elles.

Du refus de l’hypergamie à la vénalité assumée

La vénalité féministe s’affiche au grand jour à travers les récentes jérémiades de Lucile Quillet dans son livre au titre on ne peut plus évocateur : Le prix à payer. Ce que le couple hétéro coûte aux femmes (octobre 2021). Voici donc encore une féministe qui s’en prend à l’hétérosexualité, mais sous un angle (un prétexte) financier cette fois. Elle incarne parfaitement les femmes dont je parle dans cet article ; des féministes qui ne savent que calculer, recalculer, re-recalculer, toujours, tout le temps, qui n’envisagent désormais un homme que comme une source de dépenses ou qui confondent histoire de couple et bilan comptable. Ceci est également à mettre en lien avec le refus de l’hypogamie : alors que les femmes d’aujourd’hui gagnent plus facilement leur vie que les hommes, pour ces calculatrices, avec leur mentalité mesquine et narcissique, il est hors de question qu’il y ait la moindre redistribution au sein du couple. Le titre de l’article s’applique donc parfaitement à elles : épousez votre chat, les filles, vous aurez le plaisir d’être riche uniquement pour payer ses croquettes et changer sa litière et ça, c’est un vrai projet de couple, délivré qui plus est de l’hétérosexualité. Qu’est-ce que vous faites encore sur le marché amoureux ?

[à suivre…)

  • Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *