[Victimes professionnelles] – Les féministes et la « charge mentale »

On croyait avoir entendu toutes les jérémiades possibles et imaginables au sujet de la dernière oppression imaginaire à la mode chez les néoféministes, la « charge mentale »… mais France Culture vient encore de repousser les limites. Alors que dans la vraie vie, les hommes font le ménage depuis longtemps – j’en connais beaucoup, tout autour de moi, qui l’ont toujours fait, et bien fait, y compris jusqu’à l’obsession, – et qu’un très grand nombre s’y est mis plus récemment, au point que même Le Monde leur consacre enfin un article objectif : « Ils nettoient, repassent, étendent le linge : de plus en plus d’hommes donnent un coup de balai aux stéréotypes » (29/01/21), les hystériques de service sur France Culture s’étouffent et hurlent à qui mieux mieux au « patriarcat et au paternalisme », ne pouvant supporter un seul instant de devoir renoncer à leur meilleur sketch de pleurnicheuses professionnelles. À ce niveau de bêtise et de mauvaise foi, on devrait avoir le droit de parler de paranoïa et de bouffées délirantes : dans un billet bouffi de ridicule, la « philosophe » de France Cul nous explique que les hommes « transcendent » le ménage « en expérience paternaliste au nom d’un bouleversement du patriarcat », gneu gneu gneu (ce qu’on comprend surtout, c’est que l’idéologie féministe finit par être pathogène pour le cerveau). 

Mais qu’en est-il réellement de cette fameuse « charge mentale » dont les pleureuses subventionnées nous rebattent en continu les oreilles depuis 2017 ?

La « charge mentale », c’est le temps et l’énergie (l’investissement personnel) que les femmes consacrent à la « tenue du foyer », c’est-à-dire au soin des enfants et au ménage – avec les préoccupations afférentes. Et les féministes se sentent, comme à leur habitude, lésées, puisque leur conception de l’égalité ne peut s’entendre que dans l’indifférenciation des sexes : toute perspective de différences ou pire encore, de complémentarité des sexes, les rend complètement folles :

(citation tirée de cette interview)

Il était évidemment à prévoir qu’en tant que féministes égotiques et haineuses, y compris de tout ce qui se rapporte à leur propre progéniture, elles allaient en faire des cacas nerveux – dès qu’il faut se préoccuper d’autre chose que de son nombril, la féministe hurle et répand ses habituels torrents de larmes et de plaintes. Elle va alors faire une fixation sur les corvées ménagères et harceler son homme pour qu’ils fasse tout ou presque à sa place, transformant sa vie de couple ou de famille en un enfer de récriminations où chaque geste sera épié, décortiqué, pesé, soupesé, contrôlé, comparé, critiqué, où la mesquinerie le disputera sans relâche à l’acrimonie – pour s’étonner ensuite de se se retrouver, ou de rester, célibataire. Derrière la « charge mentale », on retrouve aussi l’obsession féministe de transformer les hommes en femmes, puisque c’est exclusivement depuis le point de vue de leur propre nombril (ou de leur vagin) qu’elles envisagent l’humanité dans son ensemble. Avant de recenser toutes les incohérences de ces récriminations, demandons-nous d’abord pourquoi les femmes font globalement un tel foin du ménage, et pourquoi elles s’en soucient depuis toujours davantage que les hommes.

. Darwinisme et « charge mentale »

Comme toujours, c’est Peggy Sastre qui en parle le mieux, dans son livre Comment l’amour empoisonne les femmes, Paris, 2018, ou dans cet article en ligne, « 30 000 ans de charge mentale : et après ? », Brain Magazine (08/03/18) : « Ce rapport sexuellement différencié au ménage peut se résumer ainsi : les femmes nettoient pour que la maison reste propre, les hommes pour qu’elle arrête d’être sale. Quand l’enfant paraît, il y a un creusement de ce fossé comportemental entre hommes et femmes. Les raisons scientifiques, c’est que les femmes ont plus intérêt à protéger leur foyer, d’un point de vue hygiénique. Comme ce sont elles qui portent les enfants, ce sont elles qui ont le plus à craindre la saleté et les pathogènes. Elles ont été sélectionnées par l’évolution pour accorder une attention plus forte à ceux-ci que les hommes ». Elle ajoute cependant : « Il y a tout un spectre de comportements entre les deux pôles masculins et féminins, ce n’est pas du tout binaire. Il y a des hommes qui aiment beaucoup faire le ménage, des femmes qui détestent cela. Mais d’un point de vue global, les femmes ont beaucoup plus à craindre le jambon moisi dans le frigo que les hommes. »

À ces différences de comportement, il y a naturellement une cause biologique, hormonale : « Ce qu’on observe dans toutes les études scientifiques sur ce sujet, c’est effectivement que les femmes sont plus fortement dégoutées, par exemple par les excréments, les vers ou la morve. Cette plus forte proportion au dégoût est modulée par une hormone féminine : la progestérone. » Et quand l’enfant paraît, « il y a une division du travail qui se fait assez spontanément. » Schématiquement, les hommes vont chercher l’argent et les femmes se consacrent aux enfants et ce, dans tous les milieux et quelque soit le niveau d’éducation ; c’est quelque chose d’universel qui échappe aux injonctions sociétales.

Peggy Sastre rappelle également que paradoxalement, ce sont les hommes qui effectuent les métiers les plus sales : « Si les femmes sont, relativement aux hommes, plus sensibles à la saleté quotidienne, elles s’éloignent cependant de la saleté « à risque ». Quand les risques supplantent les bénéfices du nettoyage individuel, elles s’en extraient. C’est pour cela qu’on voit que les métiers liés à l’hygiène et qui sont très risqués au niveau pathogénique – comme les égoutiers, les métiers dans les stations d’épuration, les éboueurs – sont des métiers très majoritairement effectués par des hommes. » Inversement, et comme attendu, les femmes sont toujours attirées par les professions en lien avec le care ; c’est le fameux « paradoxe norvégien » qui démontre que plus les femmes sont libres de choisir leur orientation, plus elles choisissent des professions féminines stéréotypées, en rapport avec leur biologie.

En résumé et comme toujours, les féministes sont aveugles au pouvoir de la biologie et de leurs propres hormones, ne réalisant jamais que, même en faisant du féminisme radical, elles ne sont que le jouet de leurs influx hormonaux.

  • Charge mentale et control freaks

La « charge mentale » illustre aussi la tentation féministe de l’hypercontrôle à l’égard des hommes. Dans cet article, « Moi, les hommes, je les aime », la sociologue Thérèse Hargot avait évoqué cet aspect, soulignant deux points principaux :

  1. Les hommes savent résister et être libres, sans être esclaves de leur besoin de reconnaissance : « Prenons par exemple ce que l’on nomme souvent l’« égoïsme masculin » qui s’évalue désormais au travers d’une notion sociologique imposée par les féministes : « la charge mentale », ce « poids psychologique » que représente l’ensemble des tâches domestiques et éducatives, reposant principalement sur les femmes. J’aime les hommes parce qu’ils sont capables de dire « J’ai pas envie », et de ne pas le faire. D’abord, c’est vrai, ça m’a révoltée. « Moi non plus, j’ai pas envie de faire les machines, les repas, les courses. On s’en fiche de nos envies, tu entends ça ? On doit le faire, c’est tout. Et il faut bien que quelqu’un s’y colle ! », ai-je pu si souvent crier. Jusqu’au jour où j’ai compris la raison de mon énervement : ils s’autorisent ce que je ne m’étais jamais autorisé à faire, m’écouter, vivre mes envies. Quitte à dépérir intérieurement, quitte à m’épuiser littéralement. Imaginer ce que les autres attendaient de moi, imaginer ce qui leur ferait plaisir, imaginer ce qu’il serait bien moralement de faire et m’y conformer, pour tout ça, j’excellais. Dans les faits, j’attendais toujours un « merci », un « tu es formidable » et de mes enfants, un « tu es une super maman ». Je me pensais généreuse, dans le don de moi-même, « femme-courage », « femme-dévouée », « femme-aimante », alors que j’étais totalement centrée sur ma quête de reconnaissance, mon besoin de validation : « Dites-le que je suis quelqu’un d’aimable ! », parce que dans le fond, la seule à en douter, c’était moi. « Si tu changes, si tu t’investis davantage dans les tâches ménagères, si tu me remercies et si tu reconnais tout ce que je fais pour nous, alors moi j’irai mieux », penser cela était mon erreur. »

    Il s’agit là du « surinvestissement domestique et sentimental » dont parle Peggy Sastre dans Comment l’amour empoisonne les femmes. On peut parler aussi du perfectionnisme des femmes et de leur plus grande difficulté à gérer leur temps (ce sont encore les hormones qui sont en jeu, avec la chronobiologie) : « Charge mentale : « Le perfectionnisme domestique étouffe les femmes » (Le Figaro, 07/02/18). Cet article rappelle aussi que la charge mentale est de nos jours autant partagée par les hommes que par les femmes, mais que ces derniers ne passent pas leur vie à s’en plaindre.

    Il faut rappeler également la difficulté qu’ont la plupart des femmes à déléguer les tâches ménagères, peut-être parce que c’est en elles de faire ces choses plus soigneusement. Même moi qui ne suis vraiment pas une obsessionnelle de la chose, je suis obligée de repasser derrière mon mari quand il étend le linge, puisqu’il le pose en gros paquets tous chiffonnés sur l’étendoir à linge – mais cela m’a toujours fait rire, il n’y a vraiment pas de quoi en faire un cake ! Il faut relever ici le côté très anxieux de beaucoup de femmes et comprendre que ces histoires de « charge mentale » ont souvent à voir avec la psy, la dépression et l’anxiété, l’autre visage du féminisme.

2. Elle relève ensuite un second point, crucial à mes yeux : le problème est typiquement féminin, car il réside dans le profil largement partagé de « control freak » : « Vivre avec un homme à l’état d’esprit différent du mien m’a permis de comprendre que le changement, c’est à moi de l’opérer. C’est à moi d’arrêter de culpabiliser, à moi de lâcher-prise, à moi d’accepter l’imperfection, à moi de me rassurer quant au fait que je suis aimable. En vérité, la « charge mentale », c’est une création de l’esprit dont souffrent les femmes « control freak », angoissées par l’idée de mal faire, ne supportant pas que les choses soient faites autrement qu’elles les avaient pensées, empêtrées dans leur besoin de réassurance narcissique empêchant, de ce fait, à l’homme de s’investir à part égale dans le foyer. Ce n’est pas une création d’un patriarcat, le problème n’est pas chez les hommes, il est à résoudre chez les femmes. »

Et en effet, le néo-féminisme est très clairement une affaire de control freaks, c’est-à-dire de femmes hypercontrôlantes, d’hégémoniques en quête de domination. Ce trait psychologique se retrouve dans tous les domaines qu’elles entendent régenter, en particulier dans leur volonté obsessionnelle de « rééduquer » les hommes ou, comme elles disent aujourd’hui, de les « éveiller » (le wokisme). Si elles pouvaient diriger en matrones ou en mères supérieures des camps de rééducation pour les hommes, elles se précipiteraient pour le faire :

Personnellement, je mets ces visées rééducationnelles sur le compte d’un désir de maternité refoulé et de ce fait projeté sur tous les hommes, que ces néofem en mal d’enfants considèrent comme des êtres immatures ayant besoin de leurs lumières éducatives. Ou comme leurs chiens, qui sait ? Les chiens sont, selon les éthologues, des petits loups domestiques ayant conservé à vie des caractères de louveteaux ou de bébés ; c’est ce que l’on appelle la pédomorphose, c’est-à-dire « la rétention à l’âge adulte de traits typiquement juvéniles ». Ce qui expliquerait le côté « petit animal mignon » et attendrissant des chiens et possiblement la propension qu’ont les femmes à « bébéfier » et materner ces derniers (ce n’est pas une critique, je suis comme ça aussi avec le mien). Et qui sait, pour les féministes, les hommes également ? Les néofem sont idéologiquement anti-maternité et oeuvrent consciencieusement, consciemment ou inconsciemment, au déclin démographique de tous les pays où le féminisme est dominant. Il ne serait alors pas si étonnant de les voir reporter leur manque de maternage et leurs rêves refoulés d’éducatrices sur leurs compagnons à deux comme à quatre pattes.

Il faut ajouter à cela le pénible côté maniaque, obsessionnel et dépressif de certaines femmes en manière de ménage, confinant souvent aux troubles anxieux voire aux TOC. Si en plus la femme est féministe, j’imagine l’horreur pour le pauvre mari !

  • Paradoxe féministe : les femmes (et les féministes) préfèrent les machos

Le cinéma des féministes sur le partage obligatoire des tâches ménagères relève en réalité d’une forme de dissonance cognitive assez récurrente chez elles. Car dans les faits, elles méprisent et fuient les hommes qui font le ménage ou qui voudraient tenir le poste d’homme au foyer. L’exemple qui suit est tout à fait emblématique :

Parce que dans la vraie vie, ça se passe comme ça, y compris dans les banlieues et chez les fans de PNL (dont je suis au passage moi aussi ! )

Dans la vraie vie, les femmes continuent à attendre d’un homme qu’il apporte des ressources au foyer et que son ambition aille bien au-delà du ménage. En réalité, ce que veulent les féministes, c’est le beurre et l’argent du beurre. Elles veulent un homme qui fasse tout : travailler à l’extérieur, les élever socialement, leur rapporter de l’argent ET faire les courses et s’occuper des enfants. En gros, elles veulent juste être des petites princesses avec un homme à leur service complet (air connu…).

De plus, dans les faits, les femmes, y compris les féministes, restent prioritairement attirées par les machos et les « pervers narcissiques » – pour des raisons biologiques et culturelles que j’ai abordées dans d’autres articles (« [Des souris et des hommes] – Féministes et « pervers narcissiques » : l’amour sorcier » et « Féministes et pervers narcissiques, les liaisons dangereuses« ). Et il s’agit généralement d’hommes qui ne font pas beaucoup le ménage ! Seraient-ils, comment dire… plus sexy ?

Confirmation de ce que j’écris : « Je suis féministe mais j’aime avoir des rapports sexuels avec un macho, pourquoi ? » (Europe 1, 05/02/21)

  • Paradoxe féministe (suite) : plus les hommes sont de corvée ménagère et plus les couples explosent !

Eh oui ! Plus les femmes cassent les couilles de leur mec pour qu’il fasse le ménage et plus elles risquent de voir leur mariage partir en sucette. C’est ce qu’a fait ressortir une vaste étude norvégienne intitulée « L’égalité à la maison » et relayée dans cet article : « Plus un homme aide à la maison, plus il risque le divorce » (Sud-Ouest, 27/09/12). L’étude a en effet montré que « plus les tâches ménagères étaient réparties équitablement dans un couple, plus les risques de divorce étaient élevés«  ! Contre-intuitif, n’est-il pas ?

Les auteurs de l’étude n’osant pas – politiquement correct exige – explorer trop profondément le lien de causalité entre les deux faits, ils se contentent de mettre sur le compte de la « modernité » de ces couples le fait qu’ils soient moins stables. On peut tout de même conclure que les couples répondant le plus aux critères féministes sont des ménages davantage voués à l’échec pour un ensemble de causes dont le partage des tâches ménagères ne serait qu’un aspect. On peut en déduire facilement que la féministe est tellement casse-couille dans tous les domaines de la vie de couple que peu d’hommes peuvent y survivre bien longtemps. Le féminisme est de toutes façons un facteur de célibat assez facile à repérer, même si aucun sociologue (étant quasiment tous des féministes de gauche) n’ose publier de recherches sur le sujet – on ne trouve sur le net que des témoignages de féministes dans le déni (« Chuis féministe radicale, célib et malheureuse, mais ça n’a rien à voir avec mon féminisme, hein ! »).

Le chercheur norvégien reconnait tout de même une causalité « dans les marges » entre divorce et répartition « égalitaire » des tâches : « On peut plus facilement se chamailler si on a les mêmes rôles et si on a le sentiment que l’autre ne fait pas sa part » – et c’est précisément ce qui se passe avec les féministes et leur comptes d’apothicaires dans tous les domaines – car la féministe confond toujours les relations H/F avec un contrat de travail, un exercice comptable ou un acte notarié. Elle passe donc sa vie à calculer, comparer, compter et recompter, se plaindre et récriminer, invoquant sans fin la « charge mentale » et le « patriarcat » tout puissant.

L’étude conclut que si dans sept couples sur dix, c’est la femme qui effectue le plus de tâches ménagères, « elles se satisfont globalement de cette situation et que leur niveau de bonheur en général est très proche de celui des femmes de couples dits « modernes ». » Eh oui, la clé du bonheur conjugal n’est donc pas dans le partage imposé des tâches ménagères… Qui l’eût cru ?

Comme le font aussi remarquer les hommes, non seulement « la femme ne voit pas le travail qui est fait, elle ne voit que ce qui n’est pas fait », mais la plupart des tâches effectuées par les hommes ne sont jamais considérées comme des tâches… Les pneus crevés, le bricolage, la plomberie, vidanger le siphon, tout ces travaux masculins sont systématiquement ignorés et méprisés. Les femmes se focalisent exclusivement sur le partage des tâches ménagères sans jamais proposer leur aide pour les gros travaux – puisque la seule chose qui les intéresse est d’imposer leur imperium sur les hommes et de les transformer en femmes, leur unique critère du juste et du bien.

On peut encore déduire de tout ce qui précède que la « charge mentale » et les récriminations qui l’accompagnent servent régulièrement de prétextes tout trouvés pour accabler un homme qu’on a de toutes façons décidé de quitter – comme dit le proverbe, « quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage ». Avec cet argument imparable, les femmes trouveront facilement toutes les tares possibles et imaginables à leur compagnon.

  • Le progrès technique qui a soulagé les femmes des VRAIES corvées ménagères est exclusivement le fait des hommes

C’est l’aspect le plus ridicule de ces récriminations. Plus les corvées ménagères se sont réduites comme peau de chagrin, plus les progrès techniques ont délivré les femmes de la charge domestique et plus les féministes hurlent à l’oppression. Comme je l’écrivais dans « La glossolalie féministe ou le syndrome du hamster », la féministe du XXIe siècle n’a toujours pas remarqué que le monde avait changé et qu’elle ne vivait plus dans les années 1950. C’est fini, le temps des lavandières où les femmes allaient toutes au lavoir une fois le printemps venu, agenouillées pendant des heures dans des cales de paille et de bois, leur battoir à la main, tapant des journées entières sur les draps de la ferme qui attendaient depuis l’hiver d’être lavés ! Ma grand-mère a connu ça dans la campagne bretonne. Les femmes ne s’en plaignaient même pas, d’ailleurs, elles adoraient ces journées de retrouvailles, à bavarder toute la journée entre copines et voisines. Les ingénieurs qui ont mis au point la machine à laver le linge ont en réalité bien plus fait pour la condition féminine que trois générations de féministes ! Mais aujourd’hui madame tape sa crise parce que c’est son tour de mettre le linge dans le tambour et d’appuyer sur le bouton : je maintiens que c’est juste totalement ridicule !

Les féministes sont systématiquement aveugles à tout ce qu’elles doivent aux hommes. Elles oublient évidemment que leur libération sexuelle, elles la doivent aussi à un homme, celui qui a inventé la pilule en 1956, Gregory Pincus. La vérité, c’est que sans tous ces hommes, les féministes auraient beaucoup moins de temps pour pleurnicher H24 contre le patriarcat. C’est ce qu’écrivait Camille Paglia : « Nous pourrions faire un catalogue épique des réalisations masculines, que ce soit les rues pavées, les installations sanitaires, les machines à laver ou encore les lunettes de vue, les antibiotiques et les couches jetables.(…) Si la civilisation avait été laissée aux mains des femmes, nous habiterions encore des huttes de paille. (…) Il est hypocrite pour les féministes et les intellectuels de jouir des plaisirs et des commodités du capitalisme tout en les dénigrant. (…) Rendez à César son dû. » (in Introduction à Personas Sexuelles, Laval : Hermann, 2017, p. 113-114)

Petit clin d’oeil amusant, on notera que même le marketing pro-femme récent, à travers la campagne de lutte conte le cancer du sein « Thinkpink » (2020), n’hésite pas à recourir aux vieux stéréotype de la femme qui fait la lessive, en associant la couleur rose, la femme et le lave-linge. Les féministes radicales se sont encore étouffées, moi j’ai juste souri.

Campagne Whirlpool / Thinkpink (2020). Lave-linges vendus aux enchères contre le cancer du sein
  • En conclusion : la « charge mentale », c’est surtout une bonne occasion de pleurnicher à vie et de se victimiser pour ne pas disparaître

Car que resterait-il aux féministes contemporaines qui vivent dans le confort grâce aux progrès techniques masculins (l’ingénierie à laquelle elles la doivent étant toujours essentiellement masculine, pour des raisons qui tiennent au cerveau masculin, ne leur en déplaise), si elles n’inventaient pas sans cesse de nouvelles raisons de se victimiser ? Quand les hommes inventent des progrès techniques pour soulager les femmes des corvées ménagères, les féministes s’inventent en retour des oppressions imaginaires pour les remercier.

On conclura sur l’inanité totale de cette « charge mentale », dans la mesure où le célibat étant en augmentation chez les deux sexes (grâce, en partie, à la guerre des sexes promue par le néoféminisme), le partage des tâches se pose donc de moins en moins. Mais plus un problème est microscopique et plus les féministes en font des caisses. C’est la définition même du néoféminisme : s’inventer des oppressions en cascade pour ne surtout pas disparaître.

[à suivre…]

  • Voir aussi :

7 réponses sur “[Victimes professionnelles] – Les féministes et la « charge mentale »”

  1. En lisant cet article (jubilatoire), je repensais à un passage écrit au début du XXème siècle par mon cher G. K. Chesterton, que je cite de mémoire : « En allant étudier des tribus primitives, nos modernes ethnologues ont trouvé des hommes qui se reposaient et des femmes qui balayaient le sol. Ils en conclu que l’homme avait dit à la femme de balayer et qu’elle le faisait. Mais si ces ethnologues avaient interrogé leur propre expérience et observé ce qui se passe en Angleterre, ils auraient compris que si la femme balayait, c’est parce qu’elle avait dit à l’homme de le faire et qu’il ne l’avait pas fait. »

  2. A la lecture de vos articles, je me rassure et me dis qu’il existe des antidotes à la décadence intellectuelle de l’époque. Vous parlez vrai, et en maniant l’humour, mais point trop de flagornerie.
    Plusieurs points me font réagir dans votre texte.

    1) La dette des femmes envers les inventions des hommes : le « féminisme » est en réalité une affaire de « riches »
    Récemment Biden a prononcé un discours LGBT-orienté au Mali, je crois. Il s’est ramassé huées et incompréhensions. Comment prêter attention à ces « trucs » quand l’espérance de vie d’un pays est de 58 ans ? Qui plus est, mais attention au politiquement incorrect, ils en ont un peu « rien à foutre », et sur la condition de la femme dans certains de ces pays il y aurait des choses à dire évidemment qu’une néofem 2.0 préférera ignorer au profit de ses complaintes sempiternelles sur ce qui se passe en pays développés.
    Si Alice Coffin était cohérente avec le charabia idéologique que je ne sais quelle université branchée californienne lui a inculqué, elle bouderait les micros et inventions technologiques lui accordant son droit à s’exprimer. C’est ce qu’un type de Front Populaire a fait remarquer gentiment à la grande philosophe Camélia Jordana : « l’homme blanc hétéro cisgenre a aussi inventé laïcité et droit à l’expression ». J’ajouterais, y compris des opinions les plus bêtes .
    Et Comme dirait un autre grand philosophe Clint Eastwood : « les opinions, c’est comme les trous du cul, tout le monde en a un ».

    2) « Féminisme » : enfant du « gauchisme » : « maladie infantile » selon les termes de Lénine
    Il est peu respectueux de tirer sur les ambulances, alors autant simplement se limiter au constat. De la « gauche », il n’y a plus rien de social au profit d’une gélatine sociétale relativiste. Très peu de ses membres actuels ont une connaissance historique des mouvements ouvriers et des combats que son histoire a portés. Qui d’entre eux connaîtrait Rosa Luxembourg ou Helen Keller ?
    Le féminisme est en réalité l’enfant des mouvements post-68, son pendant actuel est évidemment l’antiracisme. Comme la segmentation politique en communautés est théoriquement infinie, ces enfumages ont beau de jour devant eux, sauf quand les citoyens réagissent contre l’abêtissement.

    3) Ce que révèle la charge mentale, par-delà la rente de victime à vie que vous évoquez, est aussi le syndrome de la « psychologie Marie-Claire ».
    Qu’on m’autorise à pratiquer un peu de psycho pour les nuls. Je crois en effet comme le sous-entendent certains de vos paragraphes que pas mal de ces psittacismes féministes résultent d’une frustration. Je suis abasourdi par les analyses de magazines précités qui relatent du « ghosting, curving » ou je ne sais quelle tendance des relations 2.0. Chaque foi, ces banalités visent à insinuer que les femmes sont des petites choses fragiles et que l’homme a le monopole de l’inconvenance relationnelle. Comme si l’homme ne connaissait jamais les difficultés de la pression sélective, comme s’il n’était jamais habitué aux « vents, râteaux », et j’en passe.
    Bref, je m’offusque, par-delà ma situation personnelle que je « gère » au mieux, de voir combien on peut gaspiller papiers et espaces numériques pour répandre des évidences nombrilistes et pleurnicheuses que beaucoup de personnes enregistrent et gardent pour elles, ayant intégré le « struggle for life » comme dimension normale de l’existence.

    Je ne peux résister à l’envie de vous conseiller de suivre La Grande Librairie sur France 5, pourquoi ? Car chaque fois que vous y entendez une auteure casse-couille, elle est féministe et se plaint. Je décernerais une palme spéciale à une certaine Chloé D. C’est presque machinal, il suffit que j’entende deux ou trois mots de leur manière de penser et ça me soûle. L’émission, heureusement, s’assure de relever le niveau par moments, je pense notamment à Cynthia Fleury. C’est une hypocrisie de la part de pas mal des « féministes » d’ignorer la part fulgurante qu’on leur accorde médiatiquement et éditorialement, serait-ce un complot patriarcal ?

    Ma reconnaissance

    1. Entièrement d’accord avec vous, cher Antoine !
      Je pense que vous parlez de Chloé Delaume, je la trouve complètement conne, elle est facile à reconnaître.
      Oui, les néofem sont d’incroyables pleurnicheuses qui ont remis d’actualité le stéréotype de la précieuse ridicule du 17e, ou de la mijaurée du 18e siècle qui a ses vapeurs, ou encore de la bigote victorienne qui réclame ses sels. Je prévois de faire un article sur l’emprise où je parlerai de tout ça.

  3. Bingo ! Je me garderai de la connaître davantage, le peu que je perçois en quelques minutes d’interview m’effraie. « chui quadra et chai pas comment plaire, blablabla… » On a l’impression qu’être homme serait un luxe et que le sens de leur vie est assez creux, il réside simplement dans le droit à dire ce qu’elles pensent. Et si c’était de la merde ? Et si ça n’intéressait que vous ? Cela dit, votre qualificatif qui est la forme féminine du sexe féminin (insulte à l’origine dévirilisante par métonymie) devrait traduire la pensée de beaucoup.
    Je modère parfois ma tendance à l’invective, je ne conteste pas toutefois son pouvoir libératoire, que vous faites valoir à dose correcte, trouvé-je.
    Au plaisir de vos autres articles.

  4. A y songer, j’ai retrouvé – hélas – le nom d’une autre « féministe » totalement en phase avec le thème de cet article : Titiou Lecoq, honnie de l’internet lorsqu’elle fait primer le combat du panier à linge sur tout le reste de sa vie. J’ai fait l’effort de lire « Les Morues », alors que je furetais dans les rayonnages de ma médiathèque. Pas mal écrit – le mieux que l’on puisse exiger d’une universitaire, – et pourtant, en termes de sens et beauté littéraire, c’est un peu comme de la merde de gare savante. Quand j’y repense, et des vagues souvenirs que j’ai gardés de cette histoire de bobo existentialiste, ce que les féministes racontent confirment beaucoup de vos analyses. Mes observations sociologiques me portent à constater que la plupart des femmes brillantes (scientifiques, musiciennes confirmées, j’en passe) n’ont absolument rien à péter de ces questions sociétales, non qu’elles se fichent de l’injustice, leur logiciel de décodage des rapports humains est simplement un tout petit peu moins grippé par la myopie genrée.

    J’ai pris la liberté de voir des susceptibilités écornées dans d’autres de vos posts, sincèrement, je me demande réellement pourquoi, je parle des féministes je précise. Je ne comprends pas comment l’on peut être si nihiliste et sectaire en même temps. Si c’est une lutte d’influence et de pouvoir, pourquoi se surprendre à recevoir des coups puis geindre ? Je bute sur les incohérences des féministes. Une de mes collègues est « féministe » et se dit « punk », je l’entendais se plaindre en septembre dernier que John Lydon (des Sex Pistols) décidait de soutenir Trump. J’ai essayé de lui faire comprendre qu’historiquement le punk était un mouvement ouvriériste, des cris d’indignation surjouée m’ont empêché d’assister à la naissance d’un contre-argument. Il n’y a rien à faire, je ne comprends pas. Comment , qui plus est, l’un des, si ce n’est le, plus grand(s) des conformismes de l’époque pourrait être rebelle ? Je sèche.

    Au contact téléphonique récent d’une amie perdue de vue depuis quelques années, elle me confiait que sa fille devenait une jeune femme, et que les relations à distance pesait sur cette dernière. Toutefois, me disait-elle, elle a rejoint la « secte » (mon expression) et interroge sa mère au sujet d’un prétendant : « ah ouais mais y veut ceci, y veut cela »… Je vous laisse développer le type de choses à développer.
    – Mais, lui dis-je, pourquoi ne pas lui dire simplement de dire « oui » si ça t’intéresse et non si ça ne t’intéresse pas ?
    – Ben oui, je lui ai répondu comme toi, c’était un peu plus simple avant.
    Au vu de ces nouvelles frictions inutiles que l’on a vu émerger, je voudrais poser une question rhétorique : quels bénéfices pour l’intérêt général dans les 4-5 dernières années post-weinstein ? La plupart des hommes sont tétanisés, et la plupart des femmes s’en étonnent voire s’en attristent, ceci accompagnant les tendances – vous le rappelez vous-même et le néoféminisme n’en est pas le déclencheur soyons honnête – de déclins démographiques, éclatements familiaux, dépressions en tout genre. A la manière d’un Reagan contre Carter, je voudrais demander tout aussi rhétoriquement aux témoins de l’avant et l’après : vivez-vous mieux maintenant ? C’est une question que les intéressé(e)s devront se poser un jour.

    1. Oui, cet article est écrit en référence à Titiou Lecoq, puisqu’elle est l’une des deux importatrices de la « charge mentale » en France. Mais je n’avais pas envie de citer son nom, elle m’énerve depuis trop longtemps.
      Sinon, oui, je pense comme vous, le féminisme n’a jamais rendu plus heureuse aucune femme, et c’est même de pire en pire. A force de rabaisser les femmes, les hommes et de faire baisser le niveau général, il est en train de toucher le fond. Les jeunes japonaises se suicident en masse, les trans ne vont pas bien du tout et les féministes 2.0 qui s’imaginent quelles ont remporté la partie parce que leur folie se répand dans tous les pays développés comme un cancer généralisé se réveilleront avec une grosse gueule de bois dans 10 ou 20 ans. Quand elle auront toutes raté le coche pour fonder une famille, avoir des enfants, construire une vie équilibrée… il ne leur restera qu’à vieillir avec leurs clopes, leurs chats, leur dépression et leur cancer hormonal. On ne reste jamais la reine du bal très longtemps, quand on est une femme (surtout une féministe).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *