[Patriarcat imaginaire] – Pascal Picq ou la paléo-anthropologie façon MadMoiZelle

Depuis que les préhistoriens ont le cerveau dévoré par le féminisme, je ne donne plus très cher de leur évolution.

Le Collège de France est-il devenu l’arrière boutique du forum féministe de MadMoiZelle ? C’est à ce constat tragique que conduit la découverte de la bouillie victimaire répandue ces jours-ci par Pascal Picq sur les canaux habituels de la propagande néoféministe : « Domination masculine, violences faites aux femmes… Pascal Picq fait parler les singes et la Préhistoire », France Inter (FI), « Pascal Picq, une préhistoire du patriarcat », France Culture (FC), « Comment les hommes ont-ils inventé le patriarcat ? », L’Obs », etc. Ou comment un chercheur réputé en arrive à se saborder intellectuellement pour complaire au conformisme ambiant et se faire adouber par les forums de la cancel culture. Que la honte s’abatte sur lui.

Même s’il ne s’agit que de pures élucubrations, d’authentiques divagations sans aucune base scientifique et sans la moindre possibilité de vérification, celles-ci nous sont présentées comme le changement paradigmatique du Grand Soir. Pour autant, « plus que d’apporter des réponses, il s’agit de poser des questions et proposer des hypothèses autour d’un sujet encore en chantier » (FC), prend-on la peine de nous préciser.

De simples hypothèses, donc. Mais en l’occurrence ici, de l’idéologie et de la sociologie bourdieusiennes à l’état pur : « Nous, les Homo sapiens, (…) nous rajoutons en plus, avec notre évolution culturelle, les formes symboliques dont avait déjà parlé Pierre Bourdieu sur « la domination masculine », gneu gneu gneu (FI). Revoilà déjà saint Bourdieu et sa « domination masculine », comme c’est original ! Mais avez-vous envisagé un seul instant que vos hypothèses soient fausses et que vos bourdieuseries soient un jour balayées comme les prurits déconstructivistes et néo-marxistes qu’ils sont ?

Et que faites-vous du doute, dont vous parlez du bout des lèvres au détour d’une phrase ? « Nous sommes sans doute l’espèce la plus violente et coercitive entre hommes et femmes aujourd’hui » (FI).

« Sans doute », oui, vous faites bien d’être prudent ! La vérité, c’est que vous n’en savez rien ! D’autant que c’est FAUX et que votre maître à « penser », Françoise Héritier, plus idéologue et militante que scientifique, racontait déjà n’importe quoi sur le sujet ! Car non, bien sûr que non, les hommes ne sont pas les mâles les plus violents de la création : tous les mâles sont violents et tuent leurs femelles, absolument tous, y compris les singes, et vous êtes bien placé pour le savoir ! Alors pourquoi colporter encore et toujours ces sornettes ?

Sous la désolante influence du féminisme radical et de son mentor Françoise Héritier, Pascal Picq en est donc réduit à ravaler la paléo-anthropologie à cette phraséologie victimaire éculée, cette pleurnicherie professionnelle qui veut « questionner le machisme », haan… : « Toute l’archéologie a été marquée par cette culture extraordinairement machiste du XIXe siècle, qui s’est inscrite dans l’université et qui n’a jamais été questionnée » (FC). Eh oui, l’université française aux mains des féministes n’est plus que ce pitoyable défilé d’intellectuels en carton qui « questionnent le machisme » à temps complet depuis que c’est devenu obligatoire.

Pascal Picq va même jusqu’à nous inventer le « féminicide » préhistorique : « Le féminicide est le propre de l’homme. Le pire ennemi de la femme, c’est l’homme et aujourd’hui les chiffres sont là » (FC). Alors que ce concept, qui n’a aucun sens, n’est validé ni par la langue, ni par le droit : « Le terme de ‘’féminicide’’ contrevient à l’universalisme du droit français ». Quant aux chiffres, ils nous disent surtout que les hommes sont toujours et partout davantage victimes de la violence que les femmes (lire : L’exploitation féministe des violences conjugales). Et le verbiage victimaire ne s’arrête pas là : « Car l’histoire des femmes est longtemps restée invisible »; « l’idéologie patriarcale domine », han, snif… Le chapelet nous sera égrené dans son intégralité : Pascal Picq est un élève très scolaire qui a bien appris sa leçon.

Cette manière consternante de réviser toute l’histoire de l’humanité à travers le prisme d’obsessions anachroniques – très marquées à l’extrême gauche qui plus est – est une faute épistémologie très grave, indigne d’un véritable intellectuel. Ceci nous dresse en tout état de cause un tableau affligeant de ce à quoi le coeur de la vie intellectuelle française est désormais réduit. Tout ce galimatias pour obtenir des subventions, des viatiques, des postes à vie ou des micros qui se tendent dans les médias de gauche…

L’art pariétal et le jargon victimaire

Pascal Picq nous ressert également les lieux communs de l’inculture féministe, ce qui est aussi surprenant qu’impardonnable venant d’un préhistorien : « Car il existe très peu de représentations de l’évolution humaine où figurent des femmes » (FC). On se pince ! Tous les historiens et historiens de l’art savent parfaitement que les femmes sont omniprésentes dans les artefacts préhistoriques ou l’art pariétal et que les plus anciennes figurations anthropomorphes, dont les célèbres Vénus préhistoriques (environ 30 000 ans avant J.-C.), sont des femmes ! De même qu’il est parfaitement de mauvaise foi de nous accuser de dire que « c’est toujours l’homme qui peint la fresque et la femme qui empile les pigments » (FC) quand cela fait des lustres que l’on répète que les femmes sculptent l’ivoire des défenses de mammouth et que leurs mains en négatif ou en positif étaient soufflées au pochoir au même titre que celles des hommes ! Ce charabia féministe victimaire sur « l’invisibilisation » des femmes n’en est que plus ridicule : « Ce thème [de la femme] a toujours été invisibilisé » (FI), mais n’importe quoi ! P. Picq doit pourtant concéder que « certes, on connait Lucy, la femelle singe australopithèque », oui mais gna gna gna, ouin ouin, y a pas de fââââmes à la Préhistoire, bouhouhou… Mais quand ce grotesque cinéma s’arrêtera-t-il ? Les femmes de la Préhistoire, on ne parle que de ça !

« L’Origine du monde » de la Préhistoire (Paléolithique supérieur, environ 20 000 ans avant J.-C.). Bloc de grès gravé situé dans la forêt de Fontainebleau (France).

Le modèle des singes et des bonobos

Pour vendre son livre grâce à l’appui du marketing féministe, Pascal Picq établit une hiérarchie implicite au sommet de laquelle il place la « Fââââme », cette précieuse victime hautement sacralisée, suivie par le modèle idéal du bonobo et tout en bas, naturellement, l’homme de sexe masculin, véritable rebut de l’évolution.

Force lui est d’abord de concéder que « les chimpanzés sont très coercitifs, et traduisent un antagonisme sexuel très fort où tous les mâles dominent toutes les femelles. C’est un rapport qui reste assez violent » (FI). Fichtre… Alors qu’il venait tout juste d’expliquer que la domination masculine n’était qu’un produit de la culture humaine, c’est ballot ! (« Les causes principales de notre malheur sont d’ordre culturel »). Et les causes du malheur de la femelle chimpanzé, notre cousine, elles sont de quel ordre ? Leurs maris regardent trop de porno, eux aussi ? La « culture du viol » est trop prégnante sur leurs campus universitaires ? Qu’à cela ne tienne, la logique et la cohérence ne sont de toutes façons que des oripeaux rationalistes dont le féminisme a appris à se passer depuis longtemps.

Le bonobo bien couillu, nouveau gendre idéal.

« Mais l’existence des bonobos, dont les sociétés sont égalitaires », bla bla bla… On nous présente alors l’archétype parfait de cette gynocratie tant fantasmée, le fameux bonobo : « Puis vous avez les bonobos qu’il faudrait presque inventer s’ils n’existaient pas car, chez eux, le rapport mâles/femelles, au contraire, est plutôt sympa. Ils vivent en une espèce de gynocratie (le pouvoir est exercé par des femelles). Les mâles restent ensemble toute leur vie, les femelles migrent à la naissance et trouvent le moyen d’installer un équilibre des pouvoirs, ce qui est une exception » (FI). Lol ! Comment peut-on être plus caricatural…

Surtout quand on sait que la vie chez les bonobos est en réalité loin d’être aussi idyllique : « La violence existe aussi dans cette société «égalitaire et tolérante», en témoignent les fréquentes mutilations physiques dont ils sont victimes. » De même, « ces cousins de l’homme au caractère pourtant pacifique et coopératif semblent privilégier les personnalités dominatrices et brutales, selon une nouvelle série d’expériences. » Ou encore : « En 2014, l’équipe de Michael Wilson (université du Minnesota, États-Unis) a montré, pour 22 communautés de chimpanzés et bonobos, que 92 % des attaques sont provoquées par des mâles, qui constituent également les trois quarts des victimes » (cf. « Les grands singes sont-ils violents ?« ). Encore pire que chez les humains, donc. Soupir…

Il est inutile de multiplier les exemples, on a tous compris que cette idéalisation puérile des bonobos n’était là que pour satisfaire le féminisme séparatiste et revanchard et salir la masculinité ; procédés idéologiques très bien connus, bien peu reluisants et fort peu scientifiques.

Cet angélisme rousseauiste frise en vérité le ridicule total : « Il n’y a pas de fatalité naturelle et universelle prédisposant à la violence » (FI). Mais c’est bien sûr, voyons, la violence n’est que culturelle ; d’ailleurs il suffira de venir prêcher le féminisme sur France Inter pour faire disparaître les crimes, tout le monde sait ça. Comme le dit Camile Paglia, « l’université moderne ne comprend rien au mal », mais vraiment rien… Le plus grave étant que ce féminisme béat de gauchistes niais continuera encore longtemps à mettre les femmes en danger.

« L’évolution créa la femme », c’est cela, oui…

Le titre même de l’ouvrage dont Pascal Picq vient faire la promotion (« L’Évolution créa la femme ») est lui-même tout à fait ridicule, puisque c’est évidemment la biologie qui a créé les différences sexuelles, mais que les deux sexes ont ensuite évolué tous les deux ! Comme si la femme seule était tributaire de l’évolution… Comme si l’homme de sexe masculin était resté ad vitam un chimpanzé arriéré ou un sous-produit de l’évolution… Comment peut-on afficher une telle misandrie sans que personne ne réagisse ?

Surtout quand toute l’histoire de l’évolution nous apprend au contraire que ce n’est pas la femme mais l’homme qui s’est le plus détaché de la nature ! En effet, comme nous le rappelle Eugénie Bastié (par exemple dans cette conférence), le masculin est beaucoup plus construit que le féminin. Camille Paglia insistait sur la même chose : avec les cycles menstruels, la grossesse, l’accouchement, l’allaitement, le soin des enfants, etc., la femme est bien davantage que l’homme soumise aux cycles naturels et aux pouvoirs « chtoniens », comme elle dit. Même ses humeurs dépendent de ses cycles menstruels, sur lesquels elle a toujours bien peu de prise, malgré la contraception – la contraception elle-même modifiant sa nature ou l’altérant.

La masculinité est essentiellement une construction sociale, quoi qu’en pense Pascal Picq. On naît femme, mais on devient homme, Beauvoir avait tort. Ainsi, contrairement aux femmes, les hommes ont toujours eu besoin de rites de passage pour devenir des hommes. Inversement, la féminité va tellement de soi qu’il n’y jamais eu de « crise de la féminité » – alors que de la masculinité, oui.

L’évolution a beaucoup plus modelé et transformé les hommes que les femmes – et particulièrement la civilisation. Mais ce n’est pas parce qu’une chose est « construite » qu’elle doit nécessairement être « déconstruite » ! C’est ici à nouveau l’occasion de répéter que le concept de « patriarcat » au sens de « domination masculine », dont Pascal Picq se gargarise, n’est qu’une chimère 100% idéologique qui ne sert qu’à faire tourner le business néoféministe :

Comme le rappelle également Eugénie Bastié, le « patriarcat » n’a d’autre raison d’être que biologique et évolutionnaire. Les hommes étaient bien obligés de déléguer la grossesse aux femmes et de fait, pour garantir leur paternité, de surveiller et privatiser le corps des femmes (vers 1h13). Il est quand même facile de comprendre qu’aucun homme n’a envie de risquer sa vie pour ramener au foyer des ressources pour élever les enfants du voisin ! Et c’est encore et toujours la principale raison qui déclenche la jalousie ou la violence masculines. La pleurnicherie féministe n’a donc ici aucune raison d’être : « l’auteur montre à quel point le contrôle de la production et de la reproduction de la femme a été un enjeu dans l’histoire de l’humanité » (L’Obs). Évidemment ! Mais il n’y a pas de quoi aller s’inventer une oppression imaginaire ou partir dans des délires paranoïaques…

De même, pendant des siècles, la force physique des hommes était à la fois une menace, une nécessité pour les travaux quotidiens et une sécurité pour défendre sa famille ou sa communauté. Aujourd’hui, elle n’est plus d’aucune utilité sociale; raison supplémentaire qui fait que le patriarcat n’existe plus. Par ailleurs, les hommes n’ont certainement pas « inventé le patriarcat », comme le titre l’Obs, sans le concours actif des femmes, qui l’ont toujours plébiscité à égale hauteur (pour la protection qu’il leur apportait, notamment). Et parce que c’est ce « patriarcat » qui a bâti toute la civilisation humaine, tout simplement !

Assez de male bashing et d’attaques contre la civilisation !

Il y en a plus qu’assez de lire ce genre de choses : « D’après Pascal Picq, c’est l’évolution culturelle de l’homme qui doit être mise en cause » (FI), alors que c’est l’inverse qu’il faut comprendre : c’est l’évolution culturelle qui pendant des millénaires a civilisé et réduit la violence naturelle ! Le « patriarcat » n’est dans les faits rien d’autre que la civilisation ! Cette vieille lune gauchiste et déconstructiviste de la « tabula rasa » qui n’a d’autre but que de démolir la culture et la civilisation pour les livrer stupidement à la barbarie islamique est de plus en plus insupportable.

Pascal Picq va même jusqu’à souscrire au féminisme intersectionnel : « la première classe des opprimés, ce sont les femmes » (FI). Ben voyons… Mais jusqu’où cette débandade intellectuelle va-t-elle aller ? Qu’est-ce que cette politisation délirante d’extrême gauche peut-elle bien apporter à la paléo-anthropologie ? Il en va de même pour sa compromission dans la rhétorique de la « guerre des sexes » : « A quand remonte cette guerre constante faite aux femmes par les hommes ? », gnéé… (L’Obs). Ce vocabulaire ridicule est complètement déplacé.

Je note encore les discours incohérents des préhistoriens, entre ceux qui prétendent abusivement que le « patriarcat » serait né en même temps que l’agriculture et ceux qui réfutent ces billevesées : « Les sociétés où il y avait des équilibres de pouvoir entre les hommes et les femmes ont existé même avec l’émergence des agricultures » (L’Obs). Tout et son contraire, donc. Alors maintenant, le mieux serait que vous cessiez tous de vous (et nous) saouler avec votre « patriarcat », ce concept insane qui ne sert plus qu’à vous estampiller comme des benêts. J’avais déjà abordé ces questions ici :

Je constate donc avec consternation que Pascal Picq vient encore de remettre une pièce dans la machine (à sornettes). « Entre biologie et culture, les sciences humaines ont du mal à s’y retrouver », conclut France Inter et en effet, comme on vient de le voir, les noyades corps et âmes sont nombreuses !

[à suivre…]

  • Voir aussi :

… Et parce qu’on peut encore rêver d’une préhistoire qui ne soit pas polluée par le féminisme, quelques images mises en musique de la Guerre du feu de Jean-Jacques Annaud :

Thérèse Hargot : « Moi, les hommes, je les aime ! »

Thérèse Hargot : « Moi, les hommes, je les aime ! », in Le Figaro, 13/10/2020.

La sexologue et essayiste* répond aux livres d’Alice Coffin et de Pauline Harmange, qui font l’apologie de la détestation des hommes. Forte de son expérience de thérapeute, elle éclaire la complexité des relations entre les sexes.

*Auteur de plusieurs ouvrages, Thérèse Hargot a notamment publié Qu’est-ce qui pourrait sauver l’amour, Paris, Albin Michel, 2020 (208 p., 17,90 euros).

Moi, les hommes, je les aime ! Oui, tous. Je veux le clamer haut et fort. Je ne vous parle pas de certains hommes, de mon père, mes quatre frères, mes amis, mes deux fils, ni de l’amour de ma vie. D’ailleurs, je ne suis pas de celles qui auraient eu une enfance merveilleuse peuplée d’hommes admirables, ce qui justifierait, peut-être, une telle déclaration en pleine guerre des sexes. J’avouerais même avoir été profondément déçue par eux, et l’être encore souvent aujourd’hui. Et pourtant, je veux déclarer publiquement mon amour pour les hommes, les hommes en général. J’aime la gent masculine, j’aime le masculin. Les hommes me sont indispensables, je ne souhaite en aucun cas me passer de leur présence, de leur regard, de leur amour, de leur corps. Ni de leurs livres, leurs films, leurs musiques.

Les hommes nous donnent beaucoup de raisons de les aimer. Prenons par exemple ce que l’on nomme souvent l’« égoïsme masculin » qui s’évalue désormais au travers d’une notion sociologique imposée par les féministes : « la charge mentale », ce « poids psychologique » que représente l’ensemble des tâches domestiques et éducatives, reposant principalement sur les femmes. J’aime les hommes parce qu’ils sont capables de dire « J’ai pas envie », et de ne pas le faire. D’abord, c’est vrai, ça m’a révoltée. « Moi non plus, j’ai pas envie de faire les machines, les repas, les courses. On s’en fiche de nos envies, tu entends ça ? On doit le faire, c’est tout. Et il faut bien que quelqu’un s’y colle ! » , ai-je pu si souvent crier. Jusqu’au jour où j’ai compris la raison de mon énervement : ils s’autorisent ce que je ne m’étais jamais autorisé à faire, m’écouter, vivre mes envies. Quitte à dépérir intérieurement, quitte à m’épuiser littéralement. Imaginer ce que les autres attendaient de moi, imaginer ce qui leur ferait plaisir, imaginer ce qu’il serait bien moralement de faire et m’y conformer, pour tout ça, j’excellais. Dans les faits, j’attendais toujours un « merci », un « tu es formidable » et de mes enfants, un « tu es une super maman ». Je me pensais généreuse, dans le don de moi-même, « femme-courage », « femme-dévouée », « femme-aimante », alors que j’étais totalement centrée sur ma quête de reconnaissance, mon besoin de validation : « Dites-le que je suis quelqu’un d’aimable ! », parce que dans le fond, la seule à en douter, c’était moi. « Si tu changes, si tu t’investis davantage dans les tâches ménagères, si tu me remercies et si tu reconnais tout ce que je fais pour nous, alors moi j’irai mieux », penser cela était mon erreur.

Vivre avec un homme à l’état d’esprit différent du mien m’a permis de comprendre que le changement, c’est à moi de l’opérer. C’est à moi d’arrêter de culpabiliser, à moi de lâcher-prise, à moi d’accepter l’imperfection, à moi de me rassurer quant au fait que je suis aimable. En vérité, la « charge mentale », c’est une création de l’esprit dont souffrent les femmes « control freak », angoissées par l’idée de mal faire, ne supportant pas que les choses soient faites autrement qu’elles les avaient pensées, empêtrées dans leur besoin de réassurance narcissique empêchant, de ce fait, à l’homme de s’investir à part égale dans le foyer. Ce n’est pas une création d’un patriarcat, le problème n’est pas chez les hommes, il est à résoudre chez les femmes.

Prenons, pour autre exemple, le rapport des hommes à la sexualité, qu’il est devenu commun d’appréhender, quant à lui, au travers des « violences sexuelles » . Je passe mes journées à écouter la vie sexuelle des Français dans le cadre de mes consultations et, depuis mon poste d’observation, mon amour pour les hommes ne cesse de grandir. Ce que l’on dit d’eux est faux. Premièrement, les garçons sont aussi nombreux que les filles à avoir été victimes d’agressions sexuelles alors qu’ils étaient mineurs, sans compter l’exposition massive bien qu’illégale de la quasi-totalité des garçons à la pornographie, souvent dès l’enfance, et qui conduit aux mêmes conséquences psychologiques, relationnelles et sexuelles désastreuses. Les corps, les coeurs, les imaginaires des hommes sont aussi blessés, voire certainement plus encore que ceux des femmes.

Deuxièmement, la sexualité masculine est considérablement plus psychologique que nos mères et nos éducatrices n’ont cessé de nous le faire croire : « Les garçons ne pensent qu’à ça, eux ! », « Ils ont besoin de ça, eux ». Ce sont des femmes qui perpétuent des idées fausses sur la sexualité masculine et des stéréotypes sexistes qui bloquent l’évolution de la sexualité au sein des couples. Leur besoin de tendresse, de sensualité, d’amour est aussi important que celui des femmes. Troisièmement, les hommes souffrent d’être sans cesse sollicités sexuellement par la publicité pour provoquer l’acte d’achat nécessaire à la société de consommation. Biberonnés à la culture porno, ils sont parfois rendus esclaves de leurs pulsions sexuelles. C’est un fait. Un fait qui n’excuse en rien leurs comportements irrespectueux. Seulement, les hommes ne sont pas des « porcs », certains le deviennent.

Je pourrais vous parler de mauvaise foi, de paresse, de médiocrité, d’humour vulgaire, d’orgueil, de volonté de puissance, de violence… Les hommes sont des êtres fondamentalement imparfaits, c’est indéniable. Et voilà pourquoi ils sont infiniment aimables. Ceux qui se targuent d’embrasser la cause féministe, ce sont des hypocrites. Moi, les hommes imparfaits, je les aime ! C’est leur humanité que j’aime car elle me permet d’accueillir la mienne. Sur ce terrain-là, nous sommes parfaitement égaux.

Le problème fondamental des féministes postmodernes est de penser que les hommes sont responsables de la souffrance des femmes et de leur situation au sein de la société. Chacun de leurs défauts ou graves manquements au respect des femmes est alors monté en épingle pour prouver leur culpabilité. Elles se pensent victimes d’une domination masculine et agissent en fonction de cette grille de lecture manichéenne, infantile. Dire « Les hommes tuent les femmes. Sans relâche. Ils les violent. Sans cesse. Ils les agressent, les harcèlent, les enferment, les exploitent » et placarder dans la ville « Papa a tué maman » est à la fois une généralisation mensongère et une stratégie perdante.

Le féminisme revanchard, vengeur et justicier nous condamne à percevoir dangereusement les relations entre les hommes et les femmes, à être en perpétuelle alerte. Et la peur, justement, provoque l’agressivité. Ce pseudo-féminisme ne produit rien d’autre qu’une surenchère de violence. La vengeance ne résout rien, jamais. C’est pourquoi la justice existe.

C’est à chacune et à chacun que revient la responsabilité de son bonheur. Les femmes ne s’aiment pas assez, voilà pourquoi elles éprouvent tant de ressentiments envers les hommes. Le changement, c’est d’abord en soi-même qu’il faut l’opérer pour l’incarner. « Nous ne pourrons pas corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur, que nous n’ayons d’abord corrigé en nous » , disait Etty Hillesum : les hommes nous suivront. Car être adulte, c’est quitter sa posture de petite fille, celle de dépendante affective, de victime, de donneuse de leçon, de rebelle. Nul besoin de rabaisser l’autre pour trouver sa juste place, il suffit d’avoir confiance en soi. Être adulte, c’est admettre la différence et y voir une opportunité de croissance. L’acceptation de l’altérité, c’est elle qui permettra à l’amour d’exister et la guerre des sexes de cesser, enfin.

  • Voir aussi :
  • Dans le même ordre d’idées, quel plaisir de voir la belle et talentueuse Maïwenn prendre la défense du cinéma de qualité et envoyer paître les féminystériques, au grand dam du politburo de l’Église de la Pleurnicherie Universelle : Maïwenn tacle les féministes et prend la défense de Roman Polanski. Elle le fait à l’occasion d’une interview au sujet d’ADN, son dernier film qui traite de son grand-père algérien, mais pour le coup, je trouve que son quart de gènes bretons s’exprime drôlement bien aussi : bienvenue au club des bretonnes rebelles ! 🙂