[Féminisme lacrymal] – Quand Françoise Héritier débloque (encore)

On se souvient des divagations de Françoise Héritier sur le « patriarcat du steak » heureusement (et brillamment) démontées par Peggy Sastre.

France Culture nous ressert régulièrement un autre de ses marronniers racoleurs par le biais de cette accroche accusatoire  : Françoise Héritier : « Nous sommes les seuls parmi les espèces où les mâles tuent les femelles« .

Partant de là, on glose doctement sur l’antenne, ou plus exactement on pleurniche en choeur sur son statut de victime, accablant à qui mieux mieux la gent masculine, ravalée plus bas que la plus indigne créature animale. Rendez-vous compte, ma bonne dame, même un cloporte, même un ver de terre, il ne tue pas sa femelle, lui !  Et d’illustrer le tout avec la photo d’une pauvrette éplorée :

OUUIIINNN !!!! OUUIIINNN !!!! Bouhouhou, les hommes sont si méchaaants !!!

Sachant que les féministes mentent comme elles respirent (le Gender Pay Gap ou mythe de l’écart salarial étant un des meilleurs exemples des mystifications dont elles sont capables), j’ai tout de suite eu des doutes quant à la véracité de l’affirmation de Madame Héritier.

N’étant pas éthologue (spécialiste du comportement animal) de formation, je me suis contentée (pour l’instant) de faire une petite recherche sur Google. Et que trouve-t-on relativement facilement sur Google ?

Bref. La fieffée idéologue nous a encore monté un bateau. Mais pourquoi donc ? Vous l’aurez compris. Il faut marteler un message, un unique message, tellement simple à comprendre : le mâle humain est le pire criminel de toute la création. Le pire. Et c’est nous, pauvres fâââmes, qui en sommes les victimes depuis la nuit des temps et pour l’éternité. Amen.

***

Pour mémoire, Françoise Héritier, c’est aussi ce genre de déclaration :

Oui oui, la différence sexuée est un scandale, bien sûr et la différence des sexes dans la reproduction aussi, on avait compris. A qui doit-on envoyer sa réclamation pour se plaindre et obtenir réparation ?

***

. Quelques rappels statistiques pour finir :

. Près de 80% des homicides commis par des hommes dans le monde concernent d’autres hommes.

. 80% des homicides commis par des femmes (en France dans cet exemple) concernent aussi des hommes.

. Les meurtres d’enfants sont à 70% commis par des femmes.

Il est donc malhonnête de vouloir prétendre que la violence masculine soit une violence misogyne par essence. De même, celle-ci n’est pas liée à « l’éducation genrée, gna gna gna », puisqu’elle est la même dans tous les pays du monde (le sex ratio des victimes est même plus élevé en défaveur des femmes dans les pays où l’égalité des sexes est actée) et qu’elle se rencontre de la même manière  dans le règne animal. Les idéologues du genre sont donc comme toujours à côté de la plaque.

(1) On pourrait arguer que plusieurs des mâles de la liste tuent des femelles dans des conditions exceptionnelles de stress ou de captivité, ou parce qu’ils sont influencés par l’homme (dans le cas du chien, voire de l’ours – et encore). Peut-être… Mais il en va de même pour l’homme, qui peut lui aussi tuer en condition de stress, de maltraitances anciennes non surmontées, ou coupé de son état « naturel », etc. L’homme tue probablement pour les mêmes raisons que ces animaux : parce que dans des situations de stress, il n’arrive pas à contrôler ses bouffées de violence et/ou sa force musculaire (« hypothèse de la testostérone »)..

Cette objection ne s’applique cependant pas aux insectes (araignées, scarabées…) qui ne vivent pas en captivité et n’ont pas été domestiqués. Les féministes ont-elles songé à introduire une éducation non genrée auprès des scarabées misogynes qui butent leurs femelles non consentantes ? Ont-elles un programme pour leur faire prendre conscience qu’ils ont mis en place une culture du viol ? Parce que tout est dans les stéréotypes de genre, comme chacun sait.

[à suivre…]

. Sur le même sujet :

[Violence masculine ] – Repenser le genre, la sexualité et la violence

L’exploitation féministe des violences conjugales

2 réponses sur “[Féminisme lacrymal] – Quand Françoise Héritier débloque (encore)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *