[Mythologie féministe] – Les Suffragettes et le droit de vote des femmes

« Oui, mais, gna gna gna, sans les Suffragettes, tu ne voterais même pas, han ! »

Bien. Je crois qu’il est temps de remettre les pendules à l’heure.

  • En France comme partout dans le monde, les femmes n’ont obtenu le droit de vote que quelques années (au pire décennies) après les hommes – et à l’échelle de l’histoire, c’est peanuts de peanuts !

J’avais déjà rappelé quelques faits historiques dans cet article : « La glossolalie féministe ou le syndrome du hamster ».

– Les féministes : « Hiiiiin, les Fâââmes ont dû attendre le XXsiècle pour pourvoir voter, c’est honteux ! Patriarcâât !!! »

Déjà, c’est faux : « Avant le XXe siècle, quelques pays accordent partiellement ou provisoirement le droit de vote aux femmes (…). Le Royaume de France introduit un droit de vote restreint pour les élections consulaires (gouvernements urbains) depuis le XIIe siècle selon les régions. Pour les États généraux depuis le XIVe siècle jusqu’en 1789. » (Source: Wikipedia). Comme on le voit d’emblée, les Suffragettes n’ont pas pesé pour grand chose…

Ensuite, les hommes français ont attendu le milieu du XIXe siècle pour accéder au suffrage universel, et encore, pas tous. Les conditions étaient restrictives et seule une partie des hommes votait.

Au XXe siècle, c’est la gauche qui s’est opposée au vote des femmes car elle savait qu’il serait conservateur. C’est le gouvernement de Vichy qui le premier, en rédige le projet, en 1941. Le vote sera acté en 1944. Par rapport aux hommes et à l’échelle de l’histoire et de la longue durée, cela reste cependant un délai très court. Les militaires français ont quant à eux dû attendre 1945 pour avoir le droit de vote, soit un an après les femmes ! Ils ne font pourtant pas autant de raffut… Et il faudra encore attendre 1956 pour que les français d’Outre-Mer, hommes et femmes, aient le même droit de vote que les métropolitains. Ils ne nous rebattent pas non plus les oreilles comme les pleureuses professionnelles, comme c’est bizarre…

  • Les femmes n’ont pas eu besoin des Suffragettes pour que les hommes leur donnent le droit de vote

Aux États-Unis, « les femmes pouvaient voter dans l’État du New Jersey de 1776 à 1807 sous la condition, comme pour les hommes, d’êtres elles-mêmes propriétaires », etc. On pourra trouver sur cette page Wikipedia de nombreux autres exemples du vote des femmes dans le monde avant les Suffragettes (par exemple en Suède de 1718 à 1771). Le droit de vote est définitivement accordé aux femmes dans la majorité des pays à partir du tournant du XXe siècle : dès 1893 en Nouvelle Zélande, 1901 en Australie, 1906 en Finlande, 1910 dans l’état de Washington, 1911 en Californie, 1912 en Arizona, Kansas et Alaska, 1913 en Norvège, 1915 au Danemark, 1916 au Manitoba, 1917 en Russie, etc.

Je ne vais pas tous les citer, puisque tous les pays occidentaux y viennent les uns après les autres – et ils n’avaient pas de Suffragettes ! De plus, les féministes sont aveugles et borgnes car ce sont des hommes qui, partout, ont réclamé et donné le droit de vote aux femmes… tout simplement parce que c’était la marche de l’histoire et de la civilisation occidentale et que l’égalité juridique des sexes était en germe depuis des décennies, pour ne pas dire des siècles ! Au Royaume-Uni, c’est le philosophe John Stuart Mill qui, à partir de 1867, bataille pour cette réforme. Comme à leur habitude, les féministes ont pris le train en marche et brandi leur petit poing rageur pour revendiquer un combat depuis longtemps porté et remporté par des hommes. Les féministes sont toujours les spécialistes des faux combats et des fausses victoires. C’est tellement plus facile de se poser en David terrassant un Goliath (le patriarcat) mort depuis longtemps !

Pour rappel, les femmes obtiennent le droit de vote en 1919 au Royaume-Uni… quand les hommes eux-mêmes ont attendu 1918 pour avoir tous le droit de voter ! « Il faut attendre 1918 pour que le droit de vote soit étendu à tous les hommes de plus de 21 ans – ou presque- et aux femmes de plus de 30 ans ». Bref…

Petit tableau récapitulatif
  • Les Suffragettes, et tout particulièrement l’une de leurs chefs de file, Mary Richardson, avaient déjà toutes les caractéristiques des hystériques misandres

Comme je l’avais évoqué dans cet autre article, « Punir, censurer, interdire, les féministes au musée », les Suffragettes anglaises se sont surtout illustrées par leur folie destructrice : le 10 mars 1914 à la National Gallery de Londres, la suffragette Mary Richardson attaquait au hachoir la Vénus au miroir de Velázquez (v. 1650), occasionnant sept entailles dans le tableau et endommageant fortement la zone entre les deux épaules. Elle a été condamnée pour cet acte de vandalisme à six mois de prison, le maximum prescrit pour destruction d’œuvre d’art.

Vénus au miroir de Velázquez lacérée par Mary Richardson, 10 mars 1914

Mary Richardson inaugurait ici la figure de la féministe puritaine et misandre ne supportant pas le regard des hommes porté sur la nudité féminine – elle a expliqué plus tard « qu’elle n’aimait pas la façon dont les visiteurs masculins regardaient bouche bée toute la journée » cette peinture. Mary s’en était prise à l’image d’une femme alors même qu’elle prétendait défendre « les femmes ». Qu’est-ce que son inconscient ne supportait donc pas chez cette Vénus ? Eh bien qu’elle soit érotique, bien sûr, offerte au désir des hommes et qu’elle ait le pouvoir de les émoustiller. Et c’est toujours aujourd’hui le problème majeur des féministes qui s’intéressent à l’art.

Les Suffragettes anglaises se sont également signalées par la destruction de dix autres tableaux dans les musées anglais entre mai et juin 1914 et il aura fallu pas moins que la première guerre mondiale pour mettre un terme à ces exactions.

  • Les Suffragettes, reines du terrorisme, du vandalisme et de l’agitation névrotique

Les Suffragettes posent des bombes, allument des incendies, envoient des colis piégés et inaugurent un « règne de la terreur » féministe. Je cite simplement la page Wikipedia qui leur est consacrée :

« Les suffragettes ont parfois eu recours à des méthodes assimilées par certains historiens à du terrorisme. Si certains réfutent ce terme et lui préfèrent le qualificatif de « vandalisme », arguant du fait que les propriétés et bâtiments que des suffragettes ont détruits ou incendiés étaient vides (il y en eut 250 en 6 mois en 1913), l’historien Simon Webb rappelle que Mary Leigh et d’autres suffragettes ont mis le feu à un théâtre, avant d’y faire exploser une bombe, alors que des gens étaient à l’intérieur. Elles ne furent cependant pas accusées de terrorisme, car ce crime n’existait pas à l’époque, et furent poursuivies pour avoir « causé une explosion de nature à mettre en danger la vie d’autrui ». Les suffragettes britanniques placèrent une série de bombes (la plupart explosant avec succès, certaines parfois défectueuses) dans plusieurs lieux, par exemple dans l’abbaye de Westminster, la cathédrale Saint-Paul, la banque d’Angleterre, la National Gallery, des gares, ou encore au domicile du chancelier David Lloyd George. Cette dernière fut placée par la militante Emily Davison. La bombe ayant soufflé les vitraux de la cathédrale de Lisburn en 1914, attribuée aux suffragettes, représente à la fois la première explosion de bombe du XXe siècle en Irlande, précédent celles de l’IRA, et la dernière bombe posée par les suffragettes : elle explosa le jour de l’entrée en guerre du Royaume-Uni, après quoi l’essentiel des suffragettes stoppèrent leurs activités et s’impliquèrent dans l’effort de guerre.

L’historienne Fern Riddell découvrit qu’en plus des bombes, les suffragettes envoyèrent des courriers piégés (méthode dont elles sont les inventrices, selon Simon Webb) contenant des flacons de phosphore qui se brisaient lorsqu’ils étaient manipulés, occasionnant de sévères brûlures chez les postiers. Fern Riddell affirme qu’en 1913, les suffragettes étaient un « groupe terroriste très organisé », et selon elle « il ne fait aucun doute que tout ceci a toutes les caractéristiques de ce qu’on définirait aujourd’hui comme du terrorisme ». Elle cite aussi les propos de la police et des suffragettes, employant tous deux l’expression de « règne de terreur » pour qualifier la campagne menée par les suffragettes, ou les journaux de l’époque titrant sur le « terrorisme suffragette ». Pour Fern Riddell, certains détails indiqueraient qu’au cours de leurs dernières années, il y eut une tentative coordonnée des suffragettes pour effacer leurs actions les plus violentes des ouvrages de mémoires publiés. »

1913: Incendie de l’église Sainte-Catherine d’Hatcham par les Suffragettes

Comme on le peut le voir, c’est tout à fait édifiant. On notera la manipulation typiquement féministe consistant, comme à leur habitude, à réécrire l’histoire à leur avantage – on appelle aussi cela du révisionnisme historique, manoeuvre pour ainsi dire devenue leur marque de fabrique et raison pour laquelle il ne faut en aucun cas abandonner le champ de l’histoire aux féministes.

On relèvera aussi cet aspect significatif : à partir de l’entrée en guerre (1914), les Suffragettes se calment et se consacrent à l’effort de guerre. Car c’est toujours la même histoire : le féminisme hystérique ne peut se développer qu’en temps de paix, une fois que des hommes, au prix de leur sang, ont offert à ces femmes un pays suffisamment pacifié pour qu’elles puissent se livrer à leurs épanchements et hurlements revendicatifs. Mais que la situation se tende et que la guerre soit à nos portes… et elles se rangent aussitôt derrière les hommes. Il en sera évidemment de même avec nos féministes actuelles en cas de future guerre de civilisations (même si beaucoup ont déjà décidé de se ranger derrière les hommes du camp adverse).

En conclusion, on retiendra que les Suffragettes ne sont qu’une imposture féministe de plus, un groupe terroriste d’agitées du bocal qui se sont contentées de prendre le train de l’histoire en marche tout en sabotant gratuitement le patrimoine artistique. Quasiment nulle part, les hommes n’avaient dans leur totalité accès au suffrage avant qu’elles-mêmes y accèdent. La mythologie féministe a fait des héroïnes de ces excitées surtout douées pour hurler, saccager ou étaler leurs névroses. Sans elles, la marche du monde aurait été exactement la même. Tous les pays développés auraient donné le droit de vote aux femmes, les uns après les autres, comme ils l’ont fait bien avant elles – ou bien après, comme la France (1944) ou la Suisse (1971), en fonction de leurs évolutions culturelles et historiques propres. Les Suffragettes, ou l’art féministe de faire du vent et de tirer à soi la couverture, as usual

1959. Affiche Suisse en faveur du vote des femmes.
Parce que c’était la marche de l’histoire et que les hommes aussi l’ont voulu !
  • Et aujourd’hui, l’abstention est majoritairement féminine, ici aux élections européennes de 2019, mais c’est valable pour toutes les élections, en France et dans la plupart des pays d’Europe ! Tout ça pour ça… (soupir).

3 réponses sur “[Mythologie féministe] – Les Suffragettes et le droit de vote des femmes”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *