La femme nue et les hommes vêtus

Édouard Manet, Le Déjeuner sur l’herbe, 1863 (Paris, Musée d’Orsay)

Lorsque Manet fait d’elle le point focal de son célèbre tableau, Victorine Meurent n’a que 19 ans – mais elle a déjà une personnalité affirmée et une présence physique qui l’est tout autant.

Victorine est une femme libre qui se jouera toute sa vie des cadres corsetés de la société française du XIXe siècle. Son parcours nous laisse entrevoir un monde finalement pas si différent du nôtre.

Elle a été tout à la fois modèle et professeur de musique, puis artiste peintre reconnue. Elle a enchaîné les liaisons amoureuses avec les hommes (avec le peintre Alfred Stevens, peut-être avec Manet lui-même…) puis avec les femmes, et entre les deux, elle est partie vivre quelques années aux Etats-Unis.

Le corps que Manet lui peint est le sien, presque grandeur nature. Il n’est pas idéalisé : c’est celui d’une femme réelle qui assume avec le plus grand naturel sa nudité. Elle plante même son regard amusé dans celui du spectateur, semblant lui dire : « Et alors… il est où, le problème ? ». Aujourd’hui, elle dirait à la féministe du XXIe siècle : « Alors comme ça, vous pensez vraiment que je suis la proie sans défense du désir concupiscent des mâles ? »

Victorine ou la nudité assumée

Les réactions outragées de la bourgeoisie parisienne des années 1860 face au tableau préfigurent celles de nos féministes offensées – d’ailleurs souvent des bourgeoises de centre-ville elles aussi. Mêmes cris d’orfraie face au corps dénudé d’une femme au milieu d’hommes vêtus (forcément des voyeurs et des machos), mêmes fureurs face à tout ce qui peut évoquer le désir masculin ou la prostitution (symbole de l’esclavage féminin selon les féministes abolitionnistes).

Car Victorine et son complice Manet se sont bien amusés et n’ont rien oublié de ce qui allait à coup sûr déclencher l’émoi, voire la colère du spectateur. Les allusions à la partie carrée, au sexe et à la prostitution sont partout ; tout est provocation assumée – et pince-sans-rire.

Le regard assuré de Victorine balaie toutes les lectures misérabilistes des néo-féministes. Elle incarne une liberté empreinte à la fois de fermeté et de légèreté. Victorine est pleinement consciente de sa nudité et de l’effet qu’elle provoque, et elle s’en amuse (tout comme Manet, qui baptisait lui-même son tableau La partie carrée).

En réalité, la véritable féministe, c’était elle. Victorine, autant par sa vie que par sa présence sur cette toile, illustrait cette force, cette liberté, cet humour et cette audace qu’ont autrefois pu incarner les mouvements de libération de la femme – mais que les néo-féministes d’aujourd’hui ont préféré abandonner.

Aujourd’hui, justement…

C’est Jennifer Lawrence, en promo à Londres pour son  film Red Sparrow, qui fait capoter les féministes (comme disent les Canadiens), parce qu’elle pose dans une robe Versace décolletée et fendue alors que ses collègues masculins sont chaudement vêtus. Il fait tout de même 9° dehors et la prise photo a duré 5 minutes.

Mais les féministes hurlent comme à leur habitude à l’hétéropatriarcat et au sexisme !

 

Jennifer Lawrence en robe Versace (Londres, 21 février 2018)

Heureusement, Jennifer Lawrence les a toutes envoyé fermement se faire voir en leur rappelant qu’elle est LIBRE : libre de choisir cette robe et de la porter, libre de se découvrir, libre de se faire plaisir et même d’avoir froid si ça lui chante !

Victorine n’aurait certainement pas mieux dit 🙂

(à suivre…)

 

 

Pour découvrir tout l’oeuvre peint de J.-P. C. :

Jean-Patrick Capdevielle. L’œuvre peint

 

Une pensée sur “La femme nue et les hommes vêtus”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *