Critique du néo-féminisme

Le néo-féminisme qui déferle actuellement sur l’Occident correspond à ce que l’on appelle les troisième et quatrième vagues féministes.

Il s’agit d’une idéologie victimaire élaborée sur les campus américains autour des années 70 qui prétend que le sexe féminin est opprimé par le sexe masculin partout, tout le temps et depuis toujours. L’humanité serait divisée en deux camps : des victimes perpétuelles, fragiles et innocentes d’un côté et des bourreaux oppresseurs et violeurs de naissance de l’autre.

Le féminisme ayant remporté tous ses combats et obtenu l’égalité des droits, il fallait dès lors, pour ces idéologues en mal de conflit (et de subventions), déplacer le combat sur un autre terrain, celui de la guerre des sexes ; promesse d’une guerre sans fin, de torrents de larmes de crocodile en perspective et assurance de pouvoir se victimiser ad vitam pour flatter son narcissisme.

Cette guerre des sexes a revêtu principalement les habits de l’idéologie du genre et du puritanisme bigot (les deux étant en réalité les deux faces de la même médaille misandre). Quand le néo-féminisme déroule sans fin ses tristes obsessions sexuelles (vulve-clito-vagin à toutes les sauces), c’est toujours la même fixation névrotique sur le pénis qui en constitue le ressort.

Le sexe masculin étant le tabou absolu, il faut désormais tout faire pour que le maximum de petits garçons se féminisent (vêtements de fille, pronoms neutres, matraquage culpabilisateur…) et que toute forme de masculinité soit anéantie (« masculinité toxique », « male gaze », « mansplaining », etc.). Les hommes doivent devenir des femmes comme les autres. Pour ces esprit binaires, « mâle » est uniquement synonyme de « mal ».

Le sexe masculin étant le sexe tabou, il faut aussi faire croire qu’il existe une « culture du viol » (mais attention, uniquement en Occident et si c’est un blanc !) et donc tout faire pour criminaliser toutes les conduites sexuelles masculines. À cette fin, le néo-féminisme américain ira puiser dans le fonds culturel du puritanisme protestant (le calvinisme) avant de déferler sur l’Occident via les pays scandinaves, le Canada, l’Australie et surtout le Québec pour la traduction en français. Et d’importer en France une bigoterie et une pleurnicherie de mijaurées inédites sous nos cieux :  même dans les couvents les plus puritains du XVIIe siècle, on ne serait pas tombée en pâmoison parce qu’un homme vous aurait tenu la porte, frôlé le genou ou lorgné dans le décolleté.

Qu’il s’agisse du féminisme anti-patriarcal mainstream ou de sa version « sextrémiste » radicale (en réalité tout aussi bigote) des Femen, le mot d’ordre commun est la guerre tous azimuts contre la masculinité, allègrement confondue avec un maléfique « patriarcat ». En témoigne par exemple ce visuel particulièrement explicite des Femen : l’objectif est d’émasculer les hommes, en tranchant leurs testicules avec une faucille, communiste de surcroît. Comment illustrer plus clairement le fonds haineux misandro-marxiste du néo-féminisme ?

Visuel trouvé sur le site de Femen France en 2016 : Des couilles brandies, tranchées avec une faucille communiste sanguinolente : tout le programme néoféministe en image !

Tout ceci n’est pas ma culture et je ne veux pas que cela le devienne.

  • Ce site propose divers articles sur ces questions, billets d’humeur ou réflexions plus étayées (cliquer sur les liens) :

L’univers néo-féministe

De l’art ou du cochon (Les nus féminins dans l’art)

Néo-féminisme et islamisme : les convergences

La supercherie du « patriarcat »

Le fantasme de la « culture du viol »

La question du masculinisme

Le féminisme est devenu tellement dominant (sous ses faux airs de victime) et misandre que la réponse masculiniste me semble aussi justifiée que bienvenue. Pour autant, il ne faut pas que ce masculinisme soit l’exact contraire du féminisme et en recopie les pires travers – au risque de devenir un féminisme inversé (ce qui est déjà le cas chez les formes radicales de MGTOW ou des Incels).  Que la faute misandre devienne dans leur camp la faute misogyne est une dérive que je déplore :

Combattre le féminisme, oui. Sombrer dans la misogynie crasse, non.

*

« Dans mon système, la femme est forte et l’homme est faible. La plupart des femmes hétérosexuelles qui ont réussi dans la vie le savent, et elles éprouvent compassion et pitié pour les hommes. Elles aiment les hommes. Elles veulent que les hommes puissent être forts, et elles savent que le seul moyen pour qu’ils le soient est de leur prêter attention. Ce que la plupart des hommes recherchent, c’est l’attention et l’approbation des femmes. Comme les hommes sont simples ! Quand on encourage les femmes à penser qu’elles sont impuissantes, on détruit leur capacité à voir la réalité telle qu’elle est et à triompher par leurs propres moyens. »
Camille Paglia, Femmes libres, hommes libres, Laval (Qc), 2019, p. 199.

Traductions en espagnol :

Neo-Feminismo e islamismo : Convergencias

Puedo testimoniar que de la violación, se sale

Voir aussi la liste de mes articles consacrés au néo-féminisme :

Newsletter et nouveautés sur le site

. Image de couverture : 

Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divines poursuivant le Crime, 1808 (Paris, Musée du Louvre).

3 réponses sur “Critique du néo-féminisme”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *